Binh Dinh
Hon Chuông, un édifice Champa plein de mystères

La province de Binh Dinh au Centre était autrefois la capitale du royaume du Champa (998 - 1471). Encore aujourd’hui, certains vestiges du royaume, qui représentent la culture de l'ancien empire, sont encore visibles dans la province. Parmi ceux-ci se trouve la tour Hon Chuông, restée inexplorée pendant très longtemps.

>>L'architecture originale des tours de Ponagar

>>Des experts indiens aident à restaurer la zone centrale du sanctuaire de My Son

La tour Hon Chuông dans la province centrale de Binh Dinh est un symbole du patrimoine architectural du Champa.
Photo : BTBD/CVN

La tour Hon Chuông, également connue sous le nom de Hon Bà ou Bà Chang, se trouve au sommet de la montagne Bà, à plus de 720 m d'altitude. La montagne se trouve dans la commune de Cat Tài, dans le district de Phù Cat, à environ 50 km de Quy Nhon, une ville côtière importante de Binh Dinh.

Une tour difficile d’accès

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Henri Parmentier, un chercheur et architecte français, a mené des enquêtes et collecté des statistiques pour dresser une carte de presque toutes les tours Champa. Cependant, pour des raisons inconnues, il n’a pas répertorié la tour Hon Chuông.

Des décennies plus tard, des érudits vietnamiens ont entrepris à leur tour des recherches sur les tours Champa et d'autres vestiges culturels de la région. Pourtant, encore une fois, ils n'ont pas pris en compte la tour Hon Chuông, peut-être à cause de son éloignement.

La tour est en effet difficile d’accès. Elle a été construite sur un rocher géant, d'environ 49 m de haut, qui a la forme d'une cloche renversée. On ne sait toujours pas aujourd’hui pourquoi il n'y a pas d'accès direct à la tour depuis le pied de l'énorme pierre. Les côtés de la tour carrée mesurent chacun 4 m de long. L'entrée de la tour est à l'est. C'est aussi la seule ouverture de la tour tandis que les autres côtés sont fermés.

Comme le sommet de la tour s'est effondré, son corps restant ne mesure plus que 5 m de haut. L'intérieur de la tour est actuellement rempli de briques tombées. De nombreux objets en faïence furent néanmoins retrouvés au pied de la tour.

La façon dont les Chams ont transporté les matériaux sur le site pour construire la tour reste là aussi un mystère.
Photo : BTBD/CVN

Le chemin vers Hon Chuông est si accidenté qu'il faut de trois à quatre heures aux randonneurs pour atteindre le pied, s'ils partent du hameau de Chanh Danh dans la commune de Cat Tài, qui est le point de départ le plus proche. Compte tenu du terrain escarpé et accidenté, la façon dont les Chams ont transporté les matériaux sur le site pour construire la tour reste là aussi un mystère.

Pour se rendre jusqu’à la tour, il faut la présence de grimpeurs expérimentés qui, une fois en haut, laisseront tomber une échelle de cordes pour le reste des aventuriers. Une fois là-haut, le panorama sur la province de Binh Dinh est superbe. Il est possible en effet d’apercevoir les lagons Dê Gi et Thi Nai à l'est, la cordillère de Truong Son à l'ouest et les deltas des rivières La Tinh et Côn s'étendant du nord au sud.

Un édifice militaire ?

Parmi les quatre murs de la tour Hon Chuông, seul le mur de l’est est resté à peu près en bon état. Reste que l’on peut toujours voir la technique spéciale qu’utilisait le peuple Champa pour construire leurs édifices, les briques étant disposées de manière inégale pour former les murs. Cette technique fut également appliquée pour la construction de la tour Hon Chuông.

Compte tenu de l'emplacement ainsi que des différences par rapport aux autres tours Champa, on pense que Hon Chuông a joué un rôle militaire plutôt que religieux. Certains chercheurs pensent que la tour fut construite au XIe siècle.

On peut dire que la tour Hon Chuông est un symbole du patrimoine architectural du Champa. Pour percer tous les secrets de cette tour perdue, des recherches approfondies seront encore nécessaires.


Thuy Hà/CVN

back to top