Hanoï : l’agriculture écologique et la campagne moderne

Hanoï se concentrera sur la restructuration des circuits de production agricole et l'amélioration de leur efficacité. La ville développera une agriculture écologique et de haute technologie basée sur la recherche scientifique et l'utilisation de technologies de pointe.

>> Hanoï cherche à développer l’agriculture écologique liée au tourisme

>> L’agriculture reste un pilier de l’économie nationale

>> Phu Tho : pour une agriculture écologique durable

L'agriculture écologique participe à maintenir l’équilibre de la relation entre l'homme et la nature.
Photo : Hông Dat/VNA/CVN

C’est ce qui ressort du Programme d’action du Comité du Parti de la capitale concernant les objectifs de développement de Hanoï d’ici à 2030 et les orientations à l’horizon 2045.

L'agriculture écologique participe à maintenir l’équilibre de la relation entre l'homme et la nature, ce à travers trois axes : sociaux, économiques et environnementaux. Elle contribue à assurer une croissance inclusive et une gestion durable des ressources dans le contexte du changement climatique.

Actuellement, la capitale compte onze fermes d’agriculture biologique, et plusieurs d’entre elles ont coopéré avec des zones touristiques comme l’agropark de Long Viêt à Soc Son (en banlieue de la capitale), le village artisanal de Hông Vân à dans le district de Thuong Tin (en banlieue de Hanoï), etc. De nombreux modèles de production agricole biologique existent et ont permis aux paysans d’améliorer leur efficacité commerciale et économique.

Cependant, ces derniers affichent actuellement un modèle modeste avec des services simples. Ils ne s’intéressent pas encore aux investissements d’infrastructures et n’ont pas encore conclu de partenariats permettant de devenir une destination intéressante.

Afin que l’agriculture écologique devienne un secteur de pointe de l’agriculture de la capitale, il est nécessaire pour les responsables du secteur agricole et des localités concernées de porter l’innovation et de mettre en œuvre des programmes d’action concrets. Ces programmes pourront ouvrir une brèche pour la stratégie de développement de l’agriculture écologique et ainsi créer une "force attractive" susceptible d’attirer des investissements et d’entraîner une renommée suffisante pour attirer des touristes.

Ngoc Vy/CVN