04/06/2022 13:45
En amont du duel entre Metz et Kristiansand, le hand français aura un oeil intéressé samedi 4 juin sur la première demi-finale de la Ligue des champions féminine entre Györ et Esbjerg, avec trois Bleues dans les rangs hongrois, dont Amandine Leynaud qui tirera sa révérence ce week-end.
>>Le quidditch prêt à lâcher Harry Potter pour devenir un vrai sport
>>Hand : le grand huit français des Parisiens, avant de s'attaquer au Final 4 européen
>>Hand : les Ukrainiennes défient la France en qualifications pour l'Euro-2022
>>Hand : les Bleus écrasent l'Espagne en amical

La gardienne de l'équipe de France de Hand féminine Amandine Leynaud reçoit une bise de l'autre gardienne de l'équipe Cleopatre Darleux après leur médaille d'or aux JO de Tokyo 2020, le 8 aôut 2021, à Tokyo.
Photo : AFP/VNA/CVN

En se hissant très régulièrement sur les marches des podiums internationaux (parfois la plus haute) ces sept dernières années, les handballeuses françaises sont devenues les cibles de Györ, le meilleur club du monde avec son armada de stars (Stine Oftedal, Veronika Kristiansen, ...).

C'est ainsi que, dès l'été 2018, Amandine Leynaud a pris la direction de la Hongrie, sur les rives du Danube, à la frontière avec la Slovaquie et non loin de l'Autriche voisine. Elle y a décroché sa première Ligue des champions en 2019, après deux échecs en finales avec le Vardar Skopje (2017 et 2018).

Depuis, d'autres Françaises ont rejoint "Doudou" à Györ : Estelle Nze Minko et Béatrice Edwige à l'été 2019, et Laura Glauser à l'été 2020. Si Edwige est partie à l'été 2021, Leynaud, Glauser et Nze Minko seront bien présentes au Dome de Budapest ce week-end, où Leynaud disputera ses derniers matches d'une immense carrière (championne olympique, mondiale, européenne, et lauréate de la Ligue des champions).

"J'ai pris cette décision et je suis en paix avec cela, mais je ne veux pas trop penser à la retraite maintenant. Je veux juste essayer de profiter du moment, comme je l'ai fait tout au long de l'année", a expliqué la gardienne de 36 ans.

Pour viser un deuxième triomphe européen, qui serait le sixième de Györ, les joueuses d'Ambros Martin devront d'abord se défaire d'Esbjerg, novice à ce stade de la compétition mais qui compte dans ses rangs l'une des meilleures joueuses de la planète, la Norvégienne Henny Reistad, lauréate de la Ligue des champions l'an passé avec Kristiansand avant de partir pour le Danemark.

Reistad, qui avait inscrit 22 buts lors du Final 4 l'an passé (10 en demies et 12 en finale), sera le principal défi à relever pour la défense de Györ et ses gardiennes.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï

Le tourisme aspire à accueillir cinq millions de visiteurs étrangers en 2022 Selon l'Administration nationale du tourisme du Vietnam (VNAT), au cours des sept premiers mois de l'année, le tourisme national a enregistré un taux de croissance mensuel moyen de 62%.