24/02/2020 15:04
Dimanche 23 février, Google a temporairement changé le logo (Google Doodle) de sa page d'accueil avec une image du graphiste Xuân Lê pour honorer le ca trù (chants des courtisanes) - un type de chants folkloriques du Vietnam, selon l'Agence russe d'information Sputnik.
>>Le ca trù de Dông Môn
>>Le chant ca trù réenchante le public à Hanoï
>>Forte vitalité du ca trù dans le vieux quartier de Hanoï

Le logo de Google, le 23 février. Photo : Sputnik/CVN

Le symbole du ca trù est illustré par l'image d'un groupe composé de trois artistes : une chanteuse, appelée dào nuong ou ca nuong, qui chante en gardant le rythme en jouant du phách, un instrument de percussion composé de deux baguettes de bambou ; un musicien, appelé kep, qui joue dàn day, un luth à long manche à trois cordes ; et enfin un quan biên, qui joue du trông châu, un tambour de louange.

Selon un représentant de Google, en honorant l'art du ca trù, Google souhaite sensibiliser le public et susciter son intérêt pour les arts folkloriques traditionnels menacées de disparaître, rappelant la jeune génération à la source.

En outre, Google souhaite également éveiller la fierté et l’esprit national des usagers, encourageant la jeune génération à explorer la culture artistique unique et riche du Vietnam.

En octobre 2019, le ca trù a été inscrit en 2009 par l'UNESCO sur la liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, a rappelé Sputnik.

Cet art est une forme complexe de poésie chantée que l'on trouve dans le Nord du Vietnam et qui utilise des paroles écrites selon des formes poétiques vietnamiennes traditionnelles.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

La pagode Bút Tháp, chef-d’œuvre d’architecture Dans le petit village de Dinh Tô, à 25 km au nord-est de Hanoï, se trouve un des plus vieux lieux de culte bouddhiste du Vietnam : la pagode Bút Tháp, littéralement la pagode de la Tour du pinceau. Véritable bijou architectural, sa visite s’impose.