Journée mondiale de l’eau
Gestion des ressources en eau souterraine comme biens communs

La Journée mondiale de l’eau, proposée dans l’Agenda 21 au cours du Sommet de Rio en 1992 et adoptée le 22 février 1993 par l’Assemblée générale des Nations unies, se célébrera mardi 22 mars sur le thème "Eaux souterraines : rendre l’invisible visible".

>>Protéger les ressources en eau

>>L’eau, source de partage et de paix

>>Relever les défis de l’eau, une priorité nationale

La Journée mondiale de l’eau se célébrera le 22 mars sur le thème "Eaux souterraines : rendre l’invisible visible".
Photo : UCLGA/CVN

La Journée mondiale de l’eau vise à attirer l’attention sur l’importance de l’eau douce et plaider en faveur de la gestion durable des ressources en eau douce.

Elle e est l’occasion d’en apprendre davantage sur les questions liées à l’eau, d’inspirer les autres et de prendre des mesures pour faire la différence.

Le thème de cette année attire l’attention de la communauté internationale sur les eaux souterraines, une ressource invisible dont l’impact est visible partout dans le monde. Il vise à sensibiliser au rôle stratégique que les eaux souterraines peuvent jouer dans la réalisation de l’ODD 6 : garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable.

Les eaux souterraines se trouvent dans les aquifères, des formations géologiques de roche, graviers et sable qui retiennent d’importantes quantités d’eau. Ces eaux souterraines alimentent les sources, les rivières et les lacs. Ces réserves en eau se rechargent par la pluie et les chutes de neige qui s’infiltrent dans le sol. Elles peuvent être extraites à la surface par des puits et des pompes.

Au Vietnam, selon Châu Trân Vinh, directeur du Département de gestion des ressources en eau du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, la gestion des eaux souterraines a été effectuée pour l’ensemble des provinces et villes du pays.

Elle a été engagée à travers des contenus : information et vulgarisation de la réglementation, enquête et inventaire de l’état de l’exploitation, enquête et évaluation des sources d’eau, délivrance du permis d’exploration et de prélèvement des eaux souterraines, délivrance du permis d’exercice de l’activité de foreur, planification de l’exploitation, de l’utilisation et de la protection des nappes phréatiques, construction des réseaux d’observation, et remplissage des puits abandonnés.

Cependant, l’étude et l’évaluation des ressources en eaux souterraines n’ont pas été étroitement liées à la planification du développement socio-économique et n’ont pas satisfait en temps voulu aux exigences de la planification de l’exploitation des ressources en eau.

Par conséquent, afin d’améliorer la gestion des eaux souterraines dans les temps à venir, les provinces doivent continuer de sensibiliser le public à l’exploitation et à l’utilisation des eaux souterraines, de renforcer l’application de la loi, de renforcer la capacité d’investigation, de recherche et d’évaluation des sources d’eau.

En outre, les provinces doivent construire et améliorer le système d’observation et de surveillance des nappes phréatiques, mettre en œuvre des programmes de protection des eaux souterraines dans les zones urbaines, planifier la protection, l’exploitation et l’utilisation des ressources en eaux souterraines, notamment dans les régions deltaïques, les régions à fort potentiel.


VNA/CVN

back to top