11/08/2019 06:00
Un jeune couple franco-vietnamien est en train d’accomplir, à vélo, un périple de 16.000 km reliant leurs deux pays natals. Un projet audacieux, nommé "Non La", qui vise à collecter 16.000 dollars pour une association caritative.
>>Anoa Suzanne Dussol, ambassadrice du tourisme vietnamien pour la France
>>Un doux rêveur fait 10.000 km pour jouer aux échecs à Hôi An

Le couple franco-vietnamien à la frontière autrichienne. Photo: NVCC/CVN

Nguyên Khanh Nguyên, 25 ans, et son mari français Thibault Clemenceau, 29 ans, ont décidé de passer leur "lune de miel" au travers d’une rude épreuve: voyager à vélo, de la France au Vietnam. Avec un triple objectif: découvrir ensemble la splendeur des paysages, rencontrer des habitants et collecter de l’argent pour l’association "Poussières de Vie" - maison commune d’enfants vietnamiens déshérités.

Le 16 avril 2019, à partir de la Vendée (le département de naissance de Thibault Clemenceau, à l’Ouest de la France), le jeune couple a pris la route sur deux VTT bien chargés. Un long itinéraire totalisant 16.000 km qui doit traverser de nombreux pays européens et asiatiques, avant de s’achever vers mars 2020 à Hô Chi Minh-Ville (au Sud du Vietnam).

"Ce voyage à vélo, nous l’appelons Non La (chapeau conique). C’est un couvre-chef familier pour les Vietnamiens. Au Vietnam, je l’ai vu partout: dans les champs, sur les routes, dans les marchés... Avec ces deux Non La portés sur les porte-bagages, nous espérons qu’ils évoqueront l’image du Vietnam auprès des habitants qui nous verront passer", explique Thibault Clemenceau.

En plus du plaisir de la découverte, le couple sera chargé d’une noble mission: solliciter la contribution individuelle mais aussi des organisations charitables, et ce, dans l’intention de "collecter 16.000 dollars au profit d’enfants vietnamiens déshérités".   

Un coup de foudre franco-vietnamien

Leur périple devrait se terminer en mars 2020.
Photo: NVCC/CVN
Le voyage dit de "lune de miel" du jeune couple franco-vietnamien a été décidé il y a un an, dès après son mariage. "Thibault m’a dit un jour: +Est-ce qu’on pourrait faire tous les deux un voyage à vélo, de ma ville natale en France à la tienne au Vietnam?+ Enthousiasmée à cette idée, j’ai été d’accord sans hésitation. Je savais qu’un trajet de 16.000 km s’avérait très difficile pour moi qui n’avais jamais roulé à bicyclette plus de 10 km. Mais, il suffit pour nous deux d’être ensemble pour ressentir une joie profonde, un bonheur débordant", se rappelle Khanh Nguyên.

Un plan détaillé a donc été tracé et complété pas à pas pour établir cet itinéraire audacieux. "Après des années de travail assidu, nous avons mis de côté une somme suffisante pour concrétiser notre voyage de rêve", ajoute-t-elle avec un sourire.  

Nguyên Khanh Nguyên et Thibault Clemenceau se sont rencontrés dans un café à Hô Chi Minh-Ville. Thibault travaillait pour une compagnie française installée dans la ville. Leur mariage a eu lieu deux ans après. En compagnie de son aimée vietnamienne, le Français se livra aux activités caritatives au profit des enfants déshérités parrainés par "Les Poussières de Vie (PdV)", une organisation à but non-lucratif à Hô Chi Minh-Ville. Créée en 2000, PdV se charge de la nourriture et de la scolarisation d’environ 5.000 enfants défavorisés.

"Durant cette période, nous entretenions financièrement trois fillettes - Diêm, 13 ans, et ses deux petites sœurs de 11 et 7 ans. Nous étions très heureux de les voir vivre sans souci, et de faire des progrès scolaires", confie Khanh Nguyên avec une pointe de fierté.

Ces activités caritatives ont constitué une force motrice pour la concrétisation de leur projet. "En faisant un long voyage à vélo, de la France au Vietnam, nous ambitionnons de créer un fonds philanthropique pour aider les enfants défavorisés vietnamiens. Nous souhaitons que les gens de par le monde y apportent leur contribution", explique-t-elle.  

La préparation du voyage a été faite avec soin. Les deux jeunes aventuriers se sont procurés deux VTT et des objets nécessaires comme tente, sacs de couchage, ustensiles de cuisine, imperméables, médicaments, trousse d’outils (pour réparer le vélo)… Sans oublier les deux Non La qu’ils considèrent comme des symboles du Vietnam. 

Sur la page web "Non La Project - Bicycle Aventure", l’itinéraire du jeune couple est noté et complété successivement, étape par étape. Un agenda figuratif sur lequel nous pou-vons voir par exemple: Début juin, 40 jours après le départ, on a fait 2.000 km, en passant par la France (de l’Ouest à l’Est), la Suisse (Genève, Lausanne, Alpes…), l’Allemagne (forêt Noire, Munich…), avant d’arriver en Autriche. Ou encore: Le 5 juillet, le 4.000e kilomètre a été franchi, soit le quart du trajet. On a traversé huit pays européens, réalisant parfaitement le plan prévu.

Un couple d’aventuriers

D’ordinaire, ils pédalent 50 km par jour, et peuvent parfois atteindre 90 km quand il fait beau. Refusant les chemins carrossables traversant la plaine, le couple d’aventuriers choisit de prendre des sentiers de montagnes qui offrent des paysages sauvages.

"Là, on peut découvrir des beautés de la nature et tenter de conquérir des hauts sommets de montagne. Récemment, nous avons  passé un col à 1.419 m d’altitude. Et en Suisse, j’ai été heureuse de voir, pour la première fois de ma vie, la neige tomber", s’enthousiasme Khanh Nguyên. "C’est vraiment notre lune de miel. Nous sommes contents d’avoir une expérience de vie commune, de pouvoir pédaler coude à coude, de découvrir ensemble des choses extraordinaires…", confie-t-elle.

Au 5 juillet, ils avaient parcouru 4.000 km. Photo: NVCC/CVN

Il y a eu néanmoins de dures épreuves. Parfois, ils ont dû passer la nuit en forêt, où la température est descendue jusqu’à -4°C. Sans oublier les chemins escarpés dans des régions montagneuses reculées. "Il y a eu des moments où je me suis sentie faible, voire découragée. Mais, animée par l’amour et la motivation de mon mari, et aussi par la volonté de vaincre, j’ai réussi à me surpasser", avoue la jeune femme.  

En échange, ils ont pu vivre des moments inoubliables: rencontrer des habitants de diverses localités, s’immerger dans la vie très variée d’une région à l’autre, présenter le Vietnam et promouvoir sa belle image symbolisée par le "Non La remarquable". De plus, leur projet de collecter 16.000 dollars sur le trajet de 16.000 km de route (c’est-à-dire: un dollar par kilomètre) marche bien. Pour le moment, pour 4.000 km parcourus, ils ont réussi à réunir presque 5.000 dollars. La somme provenait de divers pays, dont notamment Vietnam, France, Allemande, États-Unis, Australie, Autrice, Canada …

Si l’aventure à vélo se termine à la date fixée, le couple débarquera à Hô Chi Minh-Ville vers mars 2020. "Chaque jour qui passe, je me rapproche de mon pays natal", exprime Khanh Nguyên. Quant à Thibault, il déclare: "Une fois à Hô Chi Minh-Ville, premièrement, je consacrerai de bons temps à ma famille vietnamienne et goûterai toutes sortes de spécialités"

Nghia Đàn/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 et ce nombre devrait atteindre 47 millions en 2030, soit une croissance annuelle de 9% à 11% durant cette période.