France : 61e festival Jazz à Juan

C’est le doyen des festivals de jazz en Europe. Le 7 juillet 1960, Claude Luter, Charles Mingus, Martial Solal, Stéphane Grapelli, pour ne citer qu’eux, accrochèrent les premiers leurs accords aux branches des pins maritimes de la pinède Gould.

>>Jazz sous les pins

>>De Penelope Cruz à Cate Blanchett, pluie de stars au festival de Venise

Depuis, chaque été, les stars du jazz du monde entier s’y pro-duisent en laissant leurs empreintes musicales y résonner encore pour ceux qui savent s’en souvenir. Seule 2020 aura été l’année du rendez-vous manqué à cause de la pandémie de COVID-19.

Mais cette année encore, les cigales ont dû partager leurs chants avec les 23 formations qui ont offert, du 6 au 19 juillet, des concerts de très grande qualité. Le ton fut donné dès la première soirée par le légendaire guitariste crooner George Benson, suivi le lendemain par la lady organiste et son jeu ancré dans le swing, Rhoda Scott. Enfin, celui qui à 15 ans signa son premier succès international avec Diana, Paul Anka, conclut la soirée.

Avec une telle programmation, le 61e festival Jazz à Juan ne pouvait que bien être lancé... ce qu’il fut.

Texte et photos : Daniel Ambrogi/CVN
 

Diana Krall.
Zakir Hussain du groupe Cross Currents Trio.
Vue de la mythique scène de la pinède Gould.
George Benson.
Cécile McLorin Salvant.