26/09/2021 12:45
L’Américaine d’origine vietnamienne Carolyn Nguyên participe aux efforts de Blue Origin, entreprise aérospatiale du milliardaire Jeff Bezos, dans la construction des systèmes de lancement de fusées pour envoyer des hommes dans l’espace.
>>Succès complet pour la première mission privée de SpaceX
>>Tourisme spatial : quels projets à l'horizon ?
>>Le télescope James Webb rejoindra les étoiles le 18 décembre

Dès son plus jeune âge, Carolyn Nguyên était extrêmement curieuse de tout ce qui l’entourait.
Photo : CTV/CVN

Carolyn Nguyên, 26 ans, a grandi à Fields Corner (Coin des champs), un quartier commercial historique de Dorchester, le plus grand quartier de Boston, Massachusetts, aux États-Unis. Elle n’aurait jamais imaginé qu’elle rejoindrait un jour l’équipe d’ingénieurs construisant des fusées pour Blue Origin, la société d’exploration spatiale du milliardaire Jeff Bezos.

Cependant, dès son plus jeune âge, elle était extrêmement curieuse de tout ce qui l’entourait. Elle aimait démonter les Barbies que sa mère lui achetait pour comprendre comment les éléments étaient reliés entre eux. Cette curiosité l’a amené à étudier dans les écoles Holland et McCormack à l’Académie latine de Boston (BLA) puis à l’Université de Boston.

Aujourd’hui, elle vit à Seattle et aide à construire la prochaine génération de moteurs-fusées de Blue Origin pour amener des hommes dans l’espace. Elle espère inspirer d’autres jeunes de Dorchester à poursuivre leurs rêves comme elle l’a fait, selon le Dorchester Reporter.

Victimes de violence à l’école

Carolyn Nguyên, l’aînée d’une famille de cinq enfants, a malheureusement fait l’objet d’intimidation à l’école lorsqu’elle était jeune. À la fin du primaire, elle a changé d’école pour la BLA. Dans ce nouvel environnement plus serein, elle s’est rapidement acclimatée et a beaucoup apprécié les matières scientifiques.

Carolyn Nguyên à côté de la maquette du moteur BE-7 qu’elle a aidé à construire.
Photo : Blue Origin/CVN
Kellyanne Mahoney, enseignante de 7e année de Carolyn Nguyên et spécialiste du programme Autodesk pour les jeunes, se souvient avec émotion de cette élève spéciale. "Je me souviens particulièrement de Carolyn parce que sa classe était très spéciale. Les élèves étaient super intelligents et je les ai vraiment appréciés", a partagé Kellyanne Mahoney.

Elle a ajouté qu’au cours de l’année de Carolyn Nguyên, l’Académie latine de Boston avait commencé à faire beaucoup plus de collaboration entre les enseignants pour créer des projets interdisciplinaires pour les élèves, en se basant vraiment sur la science. Et ces projets ont contribué à cultiver la passion pour la science chez les jeunes, dont Carolyn Nguyên. "C’est super de voir que, des années plus tard, les élèves font certaines des choses que nous espérions en tant qu’équipe d’enseignants au début des années 2000", a souligné Kellyanne Mahoney.

Pour sa part, Carolyn Nguyên a confié que c’était son professeur de chimie à l’Académie latine de Boston qui l’avait conduite à sa carrière actuelle. "Je ne savais pas que je voulais être ingénieure jusqu’à ce que je rencontre ce professeur de chimie au lycée. Il m’a dit qu’il était ingénieur dans l’armée américaine avant de se tourner vers l’enseignement", a-t-elle rappelé.

Curiosité et volonté : les clés du succès

Au moment de son admission à l’Université de Boston, la jeune fille d’origine vietnamienne s’est spécialisée en neurobiologie. Cependant, après avoir réalisé qu’elle ne voulait plus suivre cette filière, elle s’est rapidement tournée vers le génie mécanique. Elle était attirée par les métiers plutôt réservés aux hommes, comme la réparation d’appareils électroménagers.

Sa passion pour le génie mécanique s’est développée au fil du temps à l’université et elle est finalement devenue ingénieure chez Blue Origin. L’un des projets dans lequel Carolyn Nguyên est impliqué est la construction d’un moteur-fusée alimenté par l’hydrogène carburant BE-7, qui, d’après le milliardaire Bezos sur son Instagram, "sera le moteur qui enverra la première femme sur la lune", selon Geek Wire, un site américain d’actualités technologiques qui couvre les startups et les entreprises technologiques.

Ces prochains mois, elle a décidé de retourner aux études supérieures pour en apprendre davantage sur le design et participer à des programmes pour inspirer la jeune génération à poursuivre ses rêves.

"Vous n’avez pas besoin d’être super intelligent pour travailler dans le domaine des STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques). Il suffit d’être curieux et déterminé à trouver des réponses à vos questions. Que vous soyez talentueux ou non, c’est la persévérance qui compte", a estimé Carolyn Nguyên, ajoutant qu’elle a passé de nombreux entretiens avant de décrocher son poste actuel.
 
Hao Nhiên - Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Hô Chi Minh-Ville redémarre ses circuits fluviaux Les trajets fluviaux sur la rivière Saigon ont repris depuis quelques jours, permettant aux citadins de s’aérer l’esprit à la réserve de Cân Gio. Plusieurs autres itinéraires s’ouvriront dans les prochaines semaines.