Élaboration de marques pour augmenter les exportations de crocodiles

De janvier à fin septembre, les exportations de crocodiles et produits en peau de crocodile de Hô Chi Minh-Ville ont doublé par rapport à la même période de l’année dernière. Cependant, si l’on veut mettre fin aux fluctuations des prix, les éleveurs locaux devront penser au renforcement de la coopération et au lancement de marques.

>>Une ferme pas comme les autres

Au cours des trois premiers trimestres, Hô Chi Minh-Ville comptait plus de 70.000 crocodiles, dont 5.200 ont été exportés.

Les prix sont passés de 60.000 dôngs le kilo à 150.000 dôngs, ce qui a permis aux éleveurs de faire un bénéfice de 1 à 1,5 million de dôngs sur un crocodile vendu. Au cours des trois premiers trimestres, Hô Chi Minh-Ville comptait plus de 70.000 crocodiles, dont 5.200 ont été exportés. 27.000 autres étaient en attente d'exportation.

Nguyên Ngoc Thanh, président du conseil d’administration de la coopérative Xuân Loc, a indiqué: "Les prix augmentent de plus en plus car le nombre d'élevages diminue fortement. On espère que les prix des géniteurs pourront progresser par rapport à 2017".

Selon la garde-forestière de Hô Chi Minh-Ville, la Chine représente 95% des exportations locales de produits dérivés de cet animal. Les produits sont également exportés vers Hong Kong (Chine), le Japon, la France et la Russie. Le traitement préliminaire et la transformation retiennent actuellement une plus grande attention.

"On a exporté 21.000 peaux de crocodile, contre 9.300 au cours de la même période l’année dernière. Le montant rapporté est également plus élevé, environ 80 milliards de dôngs, contre 40 milliards auparavant", a affirmé Lam Tùng Quê, vice-directeur de la Sylviculture de Hô Chi Minh-Ville.

Les éleveurs et exportateurs sont toutefois préoccupés de la saturation du marché en raison de la hausse des prix. L’excès de l’offre pourrait entraîner de nouveau une baisse des cours. C’est pourquoi il est nécessaire de resserrer les liens entre les éleveurs, entre les éleveurs et les commerçants ainsi que d’édifier des marques pour les crocodiles vietnamiens.

Devant cette situation, Tôn Thât Hung, directeur de la SARL des crocodiles marins, a appelé à instaurer des marques pour la viande ou pour la peau, car les marques permettront d’augmenter la valeur ajoutée.

Les produits dérivés de crocodile en provenance du Vietnam ne représentent qu’une part inférieure à 10% de la demande mondiale, notamment dans le segment des produits de luxe. C’est pourquoi il est important d’adopter des réformes dans la production et les études de marché pour mieux répondre aux exigences et accélérer le développement du secteur.

VNA/CVN

back to top