09/06/2019 14:20
Novak Djokovic y était presque. Mais son rêve d'un quatrième titre du Grand Chelem d'affilée s'est envolé dans les bourrasques du Central de Roland-Garros, stoppé samedi 8 juin par Dominic Thiem (6-2, 3-6, 7-5, 5-7, 7-5), à l'issue d'une demi-finale tronquée par la pluie et jouée sur deux jours.
>>Federer emporté par Nadal et le vent, Djokovic et Thiem reprendront samedi 8 juin
>>Roland-Garros: "Écrire l'histoire, une des plus grandes sources de motivation" de Djokovic


Djokovic (g) stoppé par Thiem qui rejoint Nadal en Finale.
Photo: AFP/VNA/CVN

Conséquence de cette deuxième partie de demi-finale à rallonge de nouveau perturbée par une interruption due à la pluie, la finale dames entre les deux novices Ashleigh Barty (8e) et Marketa Vondrousova (38e), prévue à 15h00, a débuté avec près d'une heure et demie de retard samedi.

Il ne lui manquait plus que deux victoires. Deux marches pour asseoir encore un peu plus sa place dans l'histoire. Deux victoires pour aller glaner un quatrième trophée en Grand Chelem de suite, exploit qu'il avait déjà réalisé en 2015-2016.

Mais le scénario a dérapé, et a pris l'eau. Et si Dominic Thiem (4e) y est pour beaucoup, le sale temps qui a régné de vendredi 7 juin à samedi 8 juin Porte d'Auteuil - un mélange de pluie et de vent - a eu sa part dans cette défaite du No1 mondial serbe, saucissonnant ce match au scénario assez fou, en plusieurs épisodes.

"Toujours de gros enjeux"

L'Autrichien, finaliste ici l'an passé, va donc retrouver Rafael Nadal, en quête lui d'un douzième sacre, pour un deuxième opus. Et s'il parvient à jouer comme il l'a fait face au Serbe, on peut imaginer que le suspense aura droit à une petite place.

"J'ai l'impression qu'à chaque fois que quelqu'un va en finale ici, c'est contre Rafa. C'était une incroyable expérience l'année dernière. Je vais essayer de tout faire (pour gagner)", a assuré Dominic Thiem.

La défaite fait forcément mal à "Djoker" même s'il a assuré que malgré l'énorme enjeu dans son viseur, elle ne lui apportait pas plus d'amertume.

"À ce niveau en Grand Chelem, il y a toujours de gros enjeux", a-t-il tempéré, lui qui expliquait deux jours plus tôt que "le sentiment de pouvoir écrire l'histoire" était "plus fort que jamais".

Dès vendredi 7 juin, une journée où les bourrasques s'étaient invitées sur le central, il avait bien fait comprendre que les conditions ne lui allaient pas, que le vent n'était pas son allié. Assez vite agacé, mal à l'aise dans ses frappes, il avait presque lâché le premier set face à un Autrichien totalement étanche aux conditions. Son orgueil l'avait ramené à un set partout, mais le 3e set était parti tout aussi mal que le premier. L'interruption, la deuxième de ce premier bout de match, ne pouvait pas mieux tomber, et sa précipitation à quitter le stade avait d'ailleurs fait naître un doute sur son rôle dans le report qui a suivi.

"Je suis parti dès qu'ils ont annoncé le report", a-t-il répondu pour clore tout débat, renvoyant les questions sur ce sujet aux organisateurs.

"Les pires conditions"

Il n'a en tout cas pas caché sa surprise d'avoir dû jouer dans de telles conditions vendredi 7 juin, "les pires" dans lesquelles il n'ait "jamais joué", a-t-il estimé après sa défaite. "Quand j'ai demandé au superviseur, il m'a dit que tant qu'il n'y a pas d'objet qui vole, on pouvait jouer", a-t-il raconté avant d'ajouter: "Je ne savais pas qu'un parapluie n'était donc pas un objet, comme j'en ai vu voler dans le premier jeu".

Un agacement encore palpable par intermittence le lendemain, où le vent n'avait que faibli par rapport à la veille. Après être revenu à hauteur de l'Autrichien, une autre interruption bénéfique dans le 5e set, à 4-1 pour Thiem après deux heures de jeu, a bien failli lui sourire. Mais malgré sa résistance, il a finalement plié sur la 3e balle de match de l'Autrichien.

Il va donc tenter de repartir en quête d'un autre quadruplé. Pour l'instant, seuls l'Américain Donald Budge, en 1938, et l'Australien Rod Laver, en 1962 et 1969, ont fait mieux que lui en complétant le Grand Chelem sur une même saison. Même Roger Federer et Rafael Nadal, ses deux grands rivaux, ne l'ont jamais réalisé ne serait-ce qu'une seule fois.
 

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh

De belles opportunités pour la promotion du tourisme à Ninh Binh Dans le cadre de l’Année nationale du tourisme 2020, qui sera organisée dans la province de Ninh Binh (Nord), une centaine d’activités culturelles et sportives intéressantes se dérouleront pendant toute l’année 2020, non seulement dans cette province mais encore de nombreuses autres localités du pays.