13/05/2022 15:39
Après avoir changé de direction avec souplesse, l'entreprise de Nguyên Thi Yên (Pdg de la Compagnie d’habillement et de textile Nam Duong) a non seulement survécu à la crise sanitaire, mais est également parvenu à se développer pendant la pandémie en faisant une entrée réussie sur le marché international.
>>Vinhomes parmi les dix meilleurs promoteurs immobiliers au Vietnam
>>Le chef du PCV appelle à promouvoir la solidarité et la responsabilité communautaire

Huynh Hanh Phuc, fondateur de Green Connect.
Photo : CTV/CVN
Le parcours d’une jeune entreprise n'est pas simple, le dirigeant doit toujours barrer le "bateau" pour assurer la vie des dizaines, voire des centaines de salariés.

En effet, même en période de troubles causés par l’épidémie de COVID-19, il existe encore de nombreuses jeunes entreprises qui font de leur mieux pour soutenir la communauté.


Un parcours plein d’embuches

En tant que figure connue dans la communauté d’étudiants vietnamiens faisant leurs études à l’étranger, Huynh Hanh Phuc (originaire de la province de Binh Dinh, Centre) est admiré par de nombreuses personnes non seulement parce qu'il était étudiant de l'école la plus célèbre du monde, Harvard, mais aussi parce qu'il a quitté son travail avec un salaire mensuel de plusieurs centaines de millions de dôngs pour rentrer dans son pays d’origine afin de réaliser un projet d'éducation gratuite pour les enfants défavorisés (Teach for Vietnam) depuis 2015.

Hanh Phuc a constaté qu'au Vietnam, il n’existe pas de système efficace de collecte et de tri des ordures. Il s’est donc lancé dans ce projet.

"Les ordures qui étaient triées auparavant sont finalement mélangées dans le camion et déversées dans les grandes décharges de la ville", regrette-t-il.

Pendant la pandémie, de nombreuses entreprises ont continué a bien performer dans le secteur agricole, mais cela a eu un coût pour l’environnement. En effet, la demande de produits agricoles et d'aliments propres a bien augmenté en raison de la montée en flèche des achats en ligne. Mais l’e-commerce a entraîné une augmentation de la quantité d'emballages plastique. Or les programmes de sensibilisation à l’écologie ne sont plus assurés en raison des exigences de la distanciation sociale.

Nguyên Thi Yên, présidente - directrice générale de la compagnie d’habillement et de textile Nam Duong comptant des milliers d'employés, est aux prises avec la vie des personnes en difficulté.

"La pandémie de COVID-19 est considérée comme un +test+ pour la survie des entreprises. Nous ne faisons pas exception, faisant face à de nombreux défis importants en raison de la baisse des commandes clients. Nous avons également été confrontés au choix de se réinventer ou de mourir. Nous avons décidé de transformer le risque en opportunité en produisant des équipements de protection individuelle (EPI) grâce à notre expérience dans l'habillement", a fait savoir Nguyên Thi Yên.

Mais de grandes opportunités signifient également que l’entreprise doit faire face à de nombreux défis de taille.

Le développement durable grâce à une vision claire

Un atelier de production de la compagnie d’habillement et de textile Nam Duong.
Photo : VNP/CVN

"Comme la production d'équipements de protection individuelle est un domaine nouveau pour nous, nous avons dû à la première étape travailler tout en apprenant. Ainsi, lorsque nous recevions une commande pour produire 3 millions de blouses d'isolement à exporter vers l'Europe en quatre mois, nous étions contents mais aussi inquiets car la commande était urgente et le prix des matières premières a augmenté rapidement...", raconte Nguyên Thi Yên.

A ce moment-là, cette entrepreneuse était très stressée car elle devait travailler en permanence, jour et nuit. Le transport des marchandises était difficile, un fournisseur de matières premières pouvait annuler la livraison à la dernière minute... "Heureusement, la commande a finalement été achevée dans les délais et avec qualité. Nous avons été soulagés en sachant que nous avions beaucoup appris et grandi pendant la pandémie", dit-elle.

Après une réorientation de son activité, son entreprise non seulement survit, mais fait également une percée pendant la pandémie, "attaquant" efficacement le marché international.

Pendant les périodes les plus stressantes de la pandémie de COVID-19 en 2020 et 2021, Nguyên Thi Yên et ses associés se sont rendus dans de nombreuses régions du pays pour faire don de plus de 50.000 tenues de protection individuelle d’une valeur de dizaines de milliards de dôngs. Parmi les bénéficiaires de ces dons figuraient le Commandement des gardes-frontières, l'Hôpital national de cancérologie (Hôpital national K), le Centre de contrôle et de prévention des maladies de la province de Hà Nam...

Face aux difficultés, GreenConnect a persisté pas à pas et a même remporté deux premiers prix au concours de solutions pour réduire les déchets plastiques de l'Organisation internationale pour la protection de la nature (WWF) et de l'antenne du Vietnam de l’Alliance pour le traitement des emballages (PRO). GreenConnect était également finaliste du concours de réduction des déchets plastiques du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

La responsabilité envers la communauté

Expliquant la raison pour laquelle Hanh Phuc ne s'est jamais découragé lorsqu'il consacre beaucoup de temps et d'efforts aux travaux qui ne rapportent pas beaucoup d'argent, même s'il possède un diplôme universitaire prestigieux, il a déclaré qu'il pensait toujours aux paroles du scientifique Albert Einstein "N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur".

"Je vois de nombreux problèmes dans le monde qui surviennent lorsque les gens mettent le succès au-dessus de la valeur. Par exemple, il y a des gens qui investissent toujours dans des projets super rentables à court terme, avec la mentalité +Si je gagne, quelqu'un devra perdre+… Cependant, être un créateur de valeur ne signifie pas minimiser le succès ou travailler sans direction, stratégie et ambition", a déclaré Hanh Phuc à propos de sa philosophie de vie.

Occupé à diriger une start-up qui s'est solidement implantée avec 3.000 cafés ouverts à travers le pays et des produits exportés dans 20 pays, Nguyên Duc Hung, CEO de Napoli Coffee, consacre encore beaucoup de temps à travailler pour contribuer à améliorer la vie des familles en situation difficile, de ceux qui veulent reprendre leur vie et des personnes dont la vie a été gravement affectée par la COVID-19.

L'une de ces activités de charité consiste à offrir des chariots à café (d'une valeur de 7,3 millions de dôngs/chariot), former sur la façon de préparer un café et de faire fonctionner les chariots à café, etc. Ce pour aider ces personnes en difficulté à avoir une source de revenus stable. "Nous venons de faire don de quatre chariots à des personnes pauvres de l’arrondissement de Phu Nhuân fin avril et nous continuerons à les déployer à travers le pays tout au long de 2022", a conclu Nguyên Duc Hung.

Hoàng Lan/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
GREAT, un programme australien en faveur des femmes minoritaires

Hanoï et Vietnam Airlines coopèrent dans le développement touristique  La Compagnie aérienne nationale du Vietnam (Vietnam Airlines) devrait coopérer avec l'Association des agences de voyages de Hanoï et avec le Centre de conservation du patrimoine de Thang Long - Hanoï pour organiser des visites nocturnes de la citadelle impériale de Thang Long. Cette visite serait destinée aux passagers de Vietnam Airlines.