08/01/2020 09:12
Dans la nuit du 7 au 8 janvier, une base abritant des militaires américains en Irak a été visée par des roquettes, attaque que la partie iranienne n’a pas tardé à revendiquer. Le Pentagone a confirmé la frappe, précisant que plus de 12 missiles balistiques avaient visé des sites abritant des soldats américains et ceux de la coalition.
>>Iran : plus de 50 morts dans une bousculade lors des funérailles de Soleimani
>>Iran : Trump dit qu'il n'aurait pas besoin du Congrès pour lancer une frappe
>>L'Iran critique les Européens pour leurs positions "non constructives"

Une base abritant des soldats américains en Irak.
Photo : USAF/VNA/CVN

Cinq jours après l'élimination du général Qassem Soleimani, l'Iran a lancé mercredi 8 janvier la riposte contre les États-Unis en tirant des missiles contre deux bases abritant des soldats américains en Irak.

Les raids, revendiqués par Téhéran, marquent un tournant faisant redouter une déflagration généralisée sur le sol irakien, une escalade régionale, voire une guerre ouverte entre Washington et Téhéran.

"Plus d'une douzaine de missiles" ont été lancés depuis l'Iran contre les bases d'Aïn al-Assad et d'Erbil, selon le Pentagone, qui a précisé qu'il évaluait sa "réponse" à l'attaque.

Aucune information sur la nature des dégâts ou d'éventuelles victimes n'a été communiquée.

Ces frappes, survenues en trois vagues, ont été menées avec "des dizaines de missiles", ont annoncé les Gardiens de la révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique, cités par la Télévision d'État iranienne.

Téhéran a promis des "réponses encore plus dévastatrices" en cas de nouvelle attaque et menacé de frapper "Israël" et des "alliés des États-Unis".

Acte de vengeance, selon l'Iran

Peu après l’apparition de l’information, le Corps des gardiens de la révolution islamique a revendiqué la frappe, selon la chaîne Press TV. D’après cette même source, il s’agit d’un acte destiné à venger Qassem Soleimani, ce général assassiné dans la nuit du 2 au 3 janvier par les États-Unis.  

En outre, la déclaration du Corps des gardiens souligne que l’Iran avait toujours prévenu que toute agression déboucherait sur une riposte dure.

Par la suite, les Gardiens de la révolution islamique ont déclaré que tout pays dont le sol servira de place d’armes pour les attaques contre l'Iran deviendrait la cible d’une frappe de riposte.

D'après les dernières informations, le guide suprême iranien, Ali Khamenei, est arrivé à l'état-major militaire.

Sur son comte Twitter, l'agence Fars a partagé une vidéo, l'accompagnant du commentaire : "Vengeance dure".

SPUTNIK-AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite culturelle pour les diplomates à Hanoï

Hanoï développe l'industrie sans fumée Le projet du tourisme intelligent a été mis en place par le Service du tourisme de Hanoï en collaboration avec la filiale du Groupe des postes et des télécommunications du Vietnam dans la capitale, afin d'accélérer l'industrie sans fumée de la capitale.