19/03/2021 17:37
Établi en 2001, le Département de néonatologie de l’hôpital Hùng Vuong, de Hô Chi Minh-Ville, a sauvé des milliers de bébés de faible poids à la naissance, des bébés prématurés et des nourrissons atteints de lourdes maladies. En particulier, les médecins et infirmières de ce département accueillent également des centaines d'enfants abandonnés dès la naissance par leurs familles.
>>Intervention chirurgicale satisfaisante sur un fœtus in fœtu à l’hôpital pédiatrique Nhi dông 2
>>Fécondation in vitro au Vietnam, un service médical à valoriser


Les ''blouses blanches'' héroïques du Département de  néonatologie.

En entrant dans le Département de néonatologie de l'hôpital Hùng Vuong, nous pouvons voir des enfants faibles couchés dans des incubateurs spécialisés, entourés de nombreuses machines et de matériel médical. Les sages-femmes font la navette entre les incubateurs pour s’occuper des nourrissons. Il s’agit d’une unité spéciale qui nourrit les bébés prématurés, en insuffisance pondérale et les nouveau-nés atteints de maladies telles que l'insuffisance respiratoire ou la jaunisse.

Selon Bùi Thi Thuy Tiên, responsable du Département de néonatalogie, nourrir des bébés prématurés souffrant d’insuffisance pondérale est extrêmement difficile car ils ont un système immunitaire incomplet et leurs organes ne sont pas complètement formés. De plus, le cerveau de l'enfant est aussi incomplet et souffre d'insuffisance respiratoire, les poumons n’étant pas encore développés et étant sensibles aux maladies endothéliales.

La responsable du Département de néonatalogie a déclaré que chaque année son unité dispense des soins et des traitements pour environ 2.300 à 4.500 nourrissons de faible poids à la naissance, souffrant de différentes pathologies. Parmi eux, il y a environ 30 à 50 cas de nourrissons pesant moins d'un kilogramme. Ces dernières années, grâce à l'application de nouvelles techniques telles que la ventilation par oscillations à haute fréquence (HFO) ou la thérapie par pompe surfactant par méthode Lisa ou le cathéter central à insertion périphérique pour alimenter (PICC), le taux de survie des prématurés est en constante augmentation. En 2020, ce taux a atteint 92,27 %. Le département de néonatalogie a même réussi à nourrir un enfant de 500 grammes né après 24 semaines de grossesse seulement.

Malgré ces résultats positifs, les installations du département de néonatalogie restent toujours à l'étroit. Bien qu’elle ait 100 lits alloués, cette unité doit régulièrement accueillir 120 à 130 enfants. Le fait d'avoir des enfants qui doivent partager ensemble un incubateur présente un risque plus élevé d'infection.

La ''deuxième mère'' des enfants abandonnés

Cette sur-population par rapport aux capacités d’accueil oblige le personnel soignant à travailler beaucoup plus. Vo Thi Dep, infirmière en chef du département de néonatologie, explique ainsi que chaque infirmière ou sage-femme prend soin de sept à huit bébés .Certaines peuvent à peine se reposer, faisant l’impasse même parfois sur leurs besoins personnels comme manger ou aller aux toilettes.

''Il est beaucoup plus difficile de s'occuper des bébés de faible poids à la naissance et des prématurés que de s'occuper d'un bébé normal. Ils ont une respiration instable et il faut les nourrir par voie intraveineuse. Le problème est que les veines des bébés prématurés peuvent être aussi petites qu'un  cheveu. Il y aussi les bébés qui n'ont pas de réflexe de succion, il faut donc les entraîner à téter. Le travail est très difficile mais le personnel médical ne se plaint pas et est rarement irrité. Ils prennent leur responsabilité très au sérieux et font tout pour s’occuper du mieux qu’ils peuvent de nos jeunes patients'', explique Mme Vo Thi Dep.

''Il y avait beaucoup de bébés à la naissance qui étaient seulement plus grands que la main, mais ils sont maintenant des enfants en bonne santé et intelligents. Si leurs parents ne me le rappellent pas, je ne peux même pas les connaître. Pour être reconnaissant, il y a beaucoup d'enfants qui s'appellent Hoàng Yên, Thuy Tiên. Ce sont les noms des médecins du département et cela nous rend très heureux'', a partagé Thuy Tiên.

Des germes de vie préservés

Au département de  néonatologie, tous les nouveau-nés sont soignés par le même cœur de personnel de santé.

Avec le talent, l'enthousiasme et beaucoup d'amour, les infirmières et les médecins ont secrètement préservé des germes de vie et ont œuvré pour leur permettre d’avoir une meilleure santé. Leur amour est même allé au-delà de leur responsabilité lorsqu'ils ont décidé d’accueillir également des centaines d'enfants abandonnés par leurs familles.

''Parce que beaucoup de parents ont entendu dire le médecin que l’enfant aura une santé faible et que les traitements seront trop couteux, ils préfèrent abandonner leurs enfants'', partage Vo Thi Dep.

Ces enfants sont soignés par les agents de santé comme les autres enfants. Selon Vo Thi Dep, chaque année, environ 30 à 40 enfants sont abandonnés par leurs parents et sont pris en charge par les personnels médicaux. Comme de vraies mères, jour et nuit, en service commandé, les infirmières et les sages-femmes s'occupent précieusement des enfants. ''La plupart des enfants abandonnés doivent subir un traitement long, de 2-3 mois, voire 5-6 mois. Nous les aimons tous parce que les enfants naissent avec des désavantages et un manque d'amour maternel'', a déclaré Ngoc Loan, une sage-femme.

Depuis plus de 15 ans au département, Mme Loan a été témoin de beaucoup d'abandons de bébés. Elle est la personne parfaite qui s’en occupe et les emmène ensuite dans les centres de protection sociale. Chaque fois qu'elles changent leurs couches, leurs vêtements, elle leur parle, les dorlote comme ses propres enfants. Chaque fois qu’elle amène les enfants aux centres de protection sociale, elle ne peut pas dormir parce qu'elle s'inquiète de savoir s’ils iront bien dans leur nouvelle maison.

''Nous n'avons qu'un seul souhait, c’est que tous les nouveau-nés naissent en bonne santé et soient les bienvenus chez eux, grandissent dans l'amour de leurs parents, de leurs famille et de leurs proches'', a partagé l'infirmière en chef Vo Thi Dep.

Comme  les anges envoyés sur terre par Dieu, elles accomplissent chaque jour tranquillement leur mission de cultiver les germes de vie.

Texte et photos : Quang Châu/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Vung Viêng, un paisible village de pêcheurs à Quang Ninh Les touristes pourront trouver un havre de paix au cœur de la baie de Bai Tu Long, province de Quang Ninh (Nord). Il s’agit du village flottant de pêcheurs de Vung Viêng, qui a conservé sa simplicité et sa tranquillité.