15/01/2020 16:13
Tout est relancé ! La neuvième étape du Dakar-2020 a considérablement resserré les écarts en tête du classement général après la victoire, pour seulement 15 secondes, de Stéphane Peterhansel (Mini) devant Nasser Al-Attiyah (Toyota), mardi 14 janvier en Arabie saoudite.
>>Dakar : Serradori brille devant Alonso
>>Dakar : Sainz accroît son avance

Le Français Stéphane Peterhansel et son copilote portugais Paulo Fiuza lors de la 9e étape du Dakar, entre Wadi Ad-Dawasir et Harad, le 14 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le Français Stéphane Peterhansel a devancé d'un souffle le tenant du titre au terme des 410 km de spéciale entre Wadi Ad-Dawasir et Haradh. C'est la troisième victoire d'étape sur le rallye cette année pour "Monsieur Dakar".

"On n'a pas commis de fautes, on n'est pas loin de faire la spéciale parfaite", s'est félicité Peterhansel. "Pour faire des temps, il faut attaquer à fond, donc il y a eu un peu de prise de risque et beaucoup de concentration."

Le local de l'étape, le Saoudien Yasir Seaidan (Mini) a pris la troisième place.

L'Espagnol Carlos Sainz (Mini), qui comptait plus de 6 min d'avance en tête du général au départ de la spéciale, a perdu 6 min 31 sec sur le vainqueur du jour.

A trois étapes de la fin, la lutte au classement général entre les trois hommes se retrouve complètement relancée, Sainz ne conservant la tête que pour 24 secondes devant Al-Attiyah. Peterhansel reste troisième mais revient à 6 min 38 sec de la première place.

De son côté, le tenant du titre s'est montré satisfait de sa journée. "On a fait de notre mieux et je pense qu'on a fait une très bonne étape. Je suis plutôt content de resserrer l’écart avec Carlos", a-t-il déclaré. "Les trois voitures sont très proches les unes des autres. Pour tous les trois, il est possible de gagner le Dakar."

Marathon 

Mercredi 15 janvier, la dixième étape emmène les pilotes dans "l'Empty quarter", une région du Sud de l'Arabie saoudite qui représente la plus grande mer de sable au monde.

Dans cette étape marathon, les concurrents vont devoir batailler dans des dunes gigantesques avant de retrouver le bivouac le soir, sans possibilité de faire appel à une assistance.

"On va dans un endroit où il y a des dunes très compliquées. Il risque d'y avoir des petits rebondissements", a prévenu Peterhansel. "Jusqu'à maintenant - je touche du bois - je ne me suis jamais enlisé, mais il suffit de dire ça pour s'enliser le lendemain."

"Demain et après-demain vont être très, très difficiles pour tout le monde", a renchéri Al-Attiyah.

Chez les motos, la course a repris après l'annulation de la huitième étape lundi  13 janvier à la suite du décès du motard portugais Paulo Gonçalves, 40 ans, victime d'une violente chute.

Le Chilien Pablo Quintanilla (Husqvarna) s'est adjugé la spéciale en devançant le tenant du titre, l'Australien Toby Price (KTM), de 1 min 54 sec, et l'Espagnol Joan Barreda (Honda) de 2 min 42 sec.

Quatrième de l'étape, l'Américain Ricky Brabec (Honda) a conservé une avance confortable en tête du général, 20 minutes devant Quintanilla.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

La pagode Bút Tháp, chef-d’œuvre d’architecture Dans le petit village de Dinh Tô, à 25 km au nord-est de Hanoï, se trouve un des plus vieux lieux de culte bouddhiste du Vietnam : la pagode Bút Tháp, littéralement la pagode de la Tour du pinceau. Véritable bijou architectural, sa visite s’impose.