19/12/2019 18:31
Pendant la guerre pour la libération nationale, entre 1945 et 1975, la commune de Cư Pơng dans le district de Krông Buk, province de Dak Lak (hauts plateaux du Centre), était une base révolutionnaire. Les soldats et les habitants de la localité se sont battus avec acharnement pour reconquérir la liberté et l’indépendance, et c’est désormais pour se développer qu’ils luttent contre la pauvreté, et avec la même énergie.

>>Dak Lak : plus de 14 milliards de dôngs consacrés au bien-être social
>>Nouvelle ruralité : "Un programme déployé avec une forte détermination"
>>Nouvelle ruralité : mission accomplie avant terme
 

Environ 20% des habitants de la commune de Cư Pơng ont un revenu élevé.
Photo : Danvan/CVN


Il y a plus de dix ans, Cư Pơng était encore une commune pauvre du district de Krông Buk. À cette époque, les infrastructures étaient encore inadéquates, les pratiques agricoles arriérées et la vie des gens rencontraient de nombreuses difficultés.

Aujourd’hui, Cư Pơng aura vraiment réussi à faire peau neuve.  Des maisons solides et pimpantes, des routes bétonnées, un bon réseau  de canaux d'irrigation, des villages et des hameaux raccordés au réseau électrique national... Pour qui a connu la commune jadis, pas de doute : il y a l’avant et l’après nouvelle ruralité.

Mais les changements ne concernent pas que les infrastructures. La production agricole a également fait l’objet d’une modernisation à marche forcée qui se traduit non seulement par des technologies performantes, mais aussi par une nette élévation du niveau de vie des Êdê, des M’nông et des J’rai qui peuplent la localité.

Y Hluat, agriculteur de son état, est tout à fait représentatif de cet essor économique. "J’étais tellement pauvre, avant…", nous raconte-t-il. "Mais bon, j’ai quand même réussi à faire des économies et à me faire construire une maison. Et puis, grâce à l’association des agriculteurs, j’ai pu apprendre de nouvelles méthodes d’élevage et petit à petit, j’ai commencé à sortir la tête de l’eau. J’ai même une voiture à moi, maintenant".

En dix ans, la Nouvelle ruralité aura fait de cette localité jadis connue pour ses hauts faits d’arme un véritable pays de Cocagne…

À ce jour, près des 9 dixièmes des ménages de la commune ont un revenu annuel de plus de 100 millions de dôngs (3.800 euros). Certains d’entre eux ont même franchi la barre des 500 millions de dôngs (plus de 18.000 euros). Qui l’eût cru, il y a dix ans, encore?

Des caféiers, des poivriers, des hévéas, des arbres fruitiers… C’est une véritable mine d’or dont dispose Cư Pơng, une mine d’or apparemment inépuisable, qui lui rapporte des milliards de dôngs chaque année.

C’est bien simple : en dix ans, la nouvelle ruralité aura fait de cette localité jadis connue pour ses hauts faits d’arme un véritable pays de Cocagne… C’est en tout cas ce qui ressort des propos de Trân Thanh, le président du comité populaire communal, qui est légitimement fier des résultats obtenus.

"C’est en puisant dans ses traditions révolutionnaires que notre commune a pu atteindre ses objectifs de développement socioéconomique. Les infrastructures ont été modernisées, le taux de pauvreté a considérablement baissé… Je pense vraiment que nous serons au rendez-vous de la nouvelle ruralité en 2020", nous dit-il.   

Une embellie économique, donc, qui va de pair avec un mieux-être global, lequel se traduit notamment par un dispensaire communal doté d’équipements modernes et géré par une équipe compétente, à la tête de laquelle officie Y Phem Niê.

"Ces dernières années, l’État nous a aidés à moderniser les équipements et à former des cadres", nous explique ce dernier.  "Beaucoup de personnes démunies, de membres de minorités ethniques et de personnes bénéficiant de politiques sociales ont pu bénéficier de consultations et de traitement médicaux gratuits".

D’une révolution à une autre… Commune avant-gardiste s’il en est, Cư Pơng n’en finit plus de montrer le chemin à suivre…

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Mót Hôi An : quand jus de citron rime avec tourisme local Si le jus de citron est une boisson bien ordinaire, le restaurant Mót à Hôi An en a créé sa propre recette pour devenir une des adresses les plus fréquentées de cette vieille ville de la province de Quang Nam (Centre).