Thua Thiên-Huê
Cité impériale de Huê, une destination séduisante sur la carte touristique du Vietnam

Étant un grand patrimoine culturel, la Cité impériale de Huê, dans la province de Thua Thiên-Huê (Centre), est devenue une destination attrayante sur la carte touristique du Vietnam après son odyssée à travers les difficultés.

>> Voyage de presse pour promouvoir le tourisme de Thua Thiên-Huê

>> Un journaliste français vante les beautés de l'ancienne capitale Huê

>> Le palais Truong Sanh, perle de la Citadelle de Huê

La Cité impériale de Huê, un site touristique attrayant du Centre.
Photo : VNA/CVN

Près de trois décennies depuis sa reconnaissance en tant que patrimoine culturel mondial par l'UNESCO en 1993, le complexe de monuments de Huê a dépassé le stade du sauvetage d'urgence et est en train de passer à celui de la stabilité et du développement durable.

Le Centre de conservation des monuments de Huê élabore un projet d’aménagement sur la préservation et le maintien des valeurs du complexe des monuments de Huê jusqu'en 2030 avec une vision jusqu'en 2045. Ce, pour promouvoir pleinement les valeurs des patrimoines matériels et immatériels, jetant ainsi une base juridique pour exploiter et défendre les  patrimoines culturels qui deviendront le "noyau" de l'aire urbaine patrimoniale de Thua Thiên-Huê à l'avenir.

La dynastie des Nguyên (1802-1945) a été le dernière dynastie féodale du Vietnam qui a laissé à la cité impériale de Huê un riche patrimoine culturel matériel et immatériel d'une valeur universelle exceptionnelle.

Selon les chercheurs, parmi les anciennes capitales du Vietnam, Huê est la seule à conserver intacte l'architecture artistique globale du Palais Royal, qui se compose de citadelles, de palais, de temples et de mausolées.

À cause des guerres et des conditions climatiques sévères dans le Centre, le complexe a été dévasté.

Le Centre de conservation des monuments de Huê conserve des photos de la relique prises il y a des décennies, de nombreuses zones devenant des ruines.

Le directeur du Centre, Hoàng Viêt Trung, a déclaré qu'en plus des lourdes conséquences des guerres et des circonstances difficiles du pays pendant la première période de libération, le travail de gestion et de préservation des reliques a rencontré des difficultés en raison de la capacité technologique et des investissements limités.

Après avoir visité Huê en 1981, le directeur général de l'UNESCO, Amadou Mahtar M'Bow, a lancé un appel pour sauver le patrimoine culturel de Huê.

Il a souligné que les héritages de Huê sont en danger et au bord de l'abîme du destin et de l'oubli. Seuls les efforts du gouvernement vietnamien et de la communauté internationale pourraient les aider à sortir de cette réalité.

Suite à cet appel, une campagne internationale de soutien à Huê a été largement déployée. Au milieu de 1982, la compagnie de gestions des sites historiques et culturels de Huê a été créée, puis rebaptisée le Centre de conservation des monuments de Huê.

Au cours des trois dernières décennies, quelque 200 œuvres et ouvrages ont été restaurés et améliorés. Les autorités provinciales ont également déplacé plus de 1.800 ménages hors des zones de protection des reliques.

La création du Fonds de préservation des héritages de Huê devrait permettre de collecter des fonds non seulement auprès du budget de l'État, mais également auprès d'organisations et de particuliers.

La province lance également une loterie pour mettre en commun les ressources pour la préservation.

Porte du midi (Ngo Môn), dans la Cité impériale de Huê.
Photo : VNA/CVN

Dans l’avenir, le Centre restaurera un certain nombre d'ouvrages phares de la Citadelle. Il sera responsable de la mise en œuvre des travaux.

Hoàng Viêt Trung a déclaré qu'il fallait une préparation approfondie pour établir un dossier de projet de restauration, y compris l'étude des matériaux et la collecte des commentaires des experts et des scientifiques. Par conséquent, une feuille de route et un plan sont nécessaires pour garantir l'espace pour les visiteurs.

Le Centre accorde également une attention particulière à la préservation et au maintien des valeurs culturelles immatérielles de la dynastie des Nguyên.

Il a mené un certain nombre d'études scientifiques pour faire revivre d'importants rituels royaux.

Tous sont devenus des produits touristiques attrayants et des points forts des Festivals de Huê, contribuant à diffuser la valeur du patrimoine dans la vie contemporaine.

Établie comme capitale du Vietnam en 1802, la ville de Huê a été non seulement le centre politique mais aussi le centre culturel et religieux sous la dynastie des Nguyên, jusqu’en 1945. Elle a acquis un grand prestige et un grand raffinement qui se traduisirent notamment dans l’architecture, la gastronomie et la musique de Cour. En 1993, l’ensemble de monuments de Huê, dont la Cité impériale, a été classé patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Cité impériale de Huê, qui était le lieu des cérémonies et des actes publics des monarques, est aujourd’hui un haut lieu touristique du pays. Sa construction commença en 1805 sous le règne du roi Gia Long (1762-1820), fondateur de la dynastie des Nguyên, et se termina en 1832 sous celui du roi Minh Mang.

Après deux siècles, 140 ouvrages du site sont encore debout. L’ancienne capitale impériale conserve toujours sa beauté romantique.

VNA/CVN