03/07/2022 14:26
La maison Pierre Cardin a célébré son créateur, qui aurait eu 100 ans samedi 2 juillet, avec un défilé dans son palais à Venise, en Italie, et l'envie de relancer un empire reposant sur une multitude de licences.
>>Au pied d'une fusée, défilé hommage à Pierre Cardin
>>La maison Cardin se relance et veut intégrer la Fashion week à Paris
>>Mort de Pierre Cardin, monument de la mode

Défilé hommage pour les 100 ans de Pierre Cardin dans son palais à Venise, le 2 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le Palazzo Ca'Bragadin a vu pour la première fois une rétrospective de pièces futuristes et graphiques du couturier évoquant la conquête spatiale.

Pierre Cardin, décédé fin 2020 à l'âge de 98 ans, n'aimait pas "qu'on lui souhaite bon anniversaire" mais avait envie de fêter ses 100 ans, raconte Rodrigo Basilicati-Cardin, son petit-neveu et directeur général de la Société de gestion.

La nouvelle collection faite par ses studios reprend les silhouettes phares de Cardin, comme la robe trapèze ou des accents géométriques, et est axée sur l'éco-responsabilité.

Les pièces sont faites à partir de stocks de tissus dormants de la maison, de polyesters recyclés ou de fibres naturelles de lotus ou de bananier provenant d'une fabrique cambodgienne.

Pas de célébrités au défilé mais 120 des 300 invités étaient des licenciés qui produisent aux quatre coins du monde sous la marque Pierre Cardin.

À l'image du modèle bâti par le couturier qui avait, à partir des années 1960, multiplié à outrance les contrats de licences, ce que son héritier veut préserver en essayant de mieux les contrôler.

Podiums en 2023

"C'est encore un petit empire économique avec ces licences qui arrivent toujours à fonctionner" mais "Cardin, c'est un nom qui s'est marginalisé", explique Arnaud Cadart, gérant de portefeuille chez Flornoy Ferri. "Cela se vend toujours mais plutôt dans des pays émergents et auprès des clientèles peu éduquées au luxe", ajoute-t-il.

Défilé hommage à Pierre Cardin, le 2 juillet à Venise. 
Photo : AFP/VNA/CVN

À Paris, "ce n'est plus rien par rapport à Louis Vuitton ou Saint Laurent. C'est abyssal en termes de réputation et de dynamique commerciale".

Après le défilé-hommage au pied d'une fusée au Bourget, près de Paris en janvier, et celui de Venise samedi 2 juillet, la maison va officiellement intégrer la Semaine de la mode parisienne en février-mars 2023, 25 ans après que Pierre Cardin l'a quittée.

Rodrigo Basilicati-Cardin compte sur l'équipe "soudée" du studio pour relever ce nouveau défi.

"C'est mon travail de veiller qu'on ne déraille pas", souligne-t-il. Il n'a pas l'intention d'inviter un styliste extérieur pour ne pas "dénaturer Pierre Cardin".

Pourtant, "il faut un directeur artistique aujourd'hui, une personnalité. C'est en prenant ce risque-là qu'on peut amplifier le potentiel" de relance de la marque, selon Olivier Gabet, directeur du musée des Arts décoratifs, en marge d'une rétrospective sur la créatrice Elsa Schiaparelli (1890-1973), dont la maison connaît un grand succès avec le directeur artistique Daniel Roseberry avec des pièces portées par Beyoncé ou Lady Gaga.

Le design de Pierre Cardin, qui "s'est appuyé sur une vision du futur qui était cosmique à l'époque", pourrait se traduire aujourd'hui dans des "matières intelligentes, qui rechargent les batteries des téléphones, permettent de réguler la température du corps ou auto-nettoyantes", anticipe Ariane Bigot, adjointe à la direction mode du Salon Première vision.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Souvenirs de Hanoï éclairés par Kirigami, l'art japonais du découpage de papier

Environ 260 stands attendus au Salon touristique international 2022 Environ 260 stands, dont 50 de l’étranger, seront installés au Salon touristique international de Hô Chi Minh-Ville 2022 (ITE-HCMC 2022), a annoncé le comité d’organisation lors d’une conférence de presse donnée mardi 16 août dans la mégapole du Sud.