27/01/2022 12:34
Rugueuse, combative et portée par son gardien Jesus Owono, la Guinée équatoriale a créé la surprise en éliminant le Mali au tirs au but (0-0 a.p., 6-5 tab), rejoignant le Sénégal en quarts de finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), mercredi 26 janvier à Limbé.
>>CAN : Salah prolonge la malédiction ivoirienne et qualifie l'Égypte
>>CAN : le Maroc et Hakimi viennent à bout du Malawi

La joie du gardien de la Guinée équatoriale, Jesus Owono, et de ses coéquipiers, après avoir éliminé le Mali au tirs au but (0-0 a.p., 6-5 t.a.b.), en 8e de finale de la Coupe d'Afrique des nations, le 26 janvier à Limbé (Cameroun).
Photo : AFP/VNA/CVN

Derniers qualifiés pour le "top 8" de cette édition camerounaise, les joueurs du "Nzalang Nacional" ("L'Eclair") sont sortis vainqueurs d'une séance de tirs au but irrespirable pour faire basculer une rencontre longtemps indécise et souvent indisciplinée.

Malgré deux échecs équato-guinéens, le jeune portier d'Alaves, Jesus Owono, a sauvé les siens en réalisant deux parades décisives, en plus de la tentative tirée au-dessus par le capitaine malien Hamari Traoré.

Owono et ses partenaires tenteront dimanche 30 janvier (20h00) de décrocher une place en demi-finale pour la deuxième fois de leur histoire après 2015, dès leur troisième participation à la CAN. Le rêve continue pour ceux qui ont déjà battu en poules l'Algérie tenante du titre.

Leur prochain adversaire, le Sénégal, est-il prenable ? Il a en tout cas été mis en difficulté en huitièmes de finale par le Cap-Vert mardi 25 janvier (2-0). Et cet opposant rappellera de bons souvenirs à la Guinée équatoriale : lors de l'édition 2012, cette dernière s'était imposée lors de la phase de groupe contre ce cador du continent (2-1).

Pour le Mali, c'est une désillusion : favoris face à la 114e nation mondiale, les hommes de Mohamed Magassouba ont peiné dans la touffeur de Limbé. Ils regretteront sans doute aussi quelques situations litigieuses qui auraient pu aboutir à des penalties en leur faveur.

Moussa Doumbia a ainsi été bousculé dans la surface par Josete Miranda (40e), mais l'arbitre a annulé sa décision de siffler penalty grâce à l'assistance vidéo. Et après l'heure de jeu, une main de Saul Coco dans sa surface n'a pas été étudiée par la VAR.

Les Equato-Guinéens et leur teigneux leader Iban Salvador Edu ont, de leur côté, opposé une belle agressivité, quitte à écoper de quatre cartons jaunes et de frôler, parfois, l'exclusion. Mais leur hargne a fini par payer, au bout de 16 tirs au but !

La suite de l'aventure de la Guinée équatoriale se disputera au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé dimanche 30 janvier, et non au stade Japoma de Douala comme initialement prévu : le match a été relocalisé, en raison de l'état de la pelouse de celui-ci.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires prennent leur destin en main

Le Vietnam délie les nœuds pour relancer son tourisme Le Vietnam a abandonné mi-mai les exigences de test COVID-19 pour les visiteurs entrant dans le pays, une décision qui devrait stimuler la reprise de l’industrie touristique du pays.