16/06/2022 13:08
Dix jours après la disparition du journaliste britannique Dom Phillips et de l'expert brésilien Bruno Pereira en Amazonie, les pires craintes se sont confirmées mercredi 15 juin : un suspect a reconnu avoir enterré leurs corps et des "restes humains" ont été retrouvés sur les lieux des recherches.
>>Amazonie : les recherches des disparus se concentrent sur une excavation
>>Un journaliste britannique et un expert brésilien disparaissent en Amazonie

Les portraits du journaliste britannique Dom Phillips (gauche) et de l'expert brésilien Bruno Pereira disparus, lors d'un rassemblement devant le ministère de la Justice, le 14 juin à Brasilia. Photo : AFP/VNA/CVN

"Hier soir nous avons obtenu les aveux du premier des deux suspects arrêtés (...) qui a raconté en détail comment le crime a été commis et nous a dit où les corps avaient été enterrés", a expliqué lors d'une conférence de presse à Manaus (Nord) le chef de la police fédérale de l'État d'Amazonas, Eduardo Alexandre Fontes.

Le policier a indiqué que le suspect, un pêcheur de 41 ans nommé Amarildo da Costa de Oliveira, avait reconnu avoir participé au "crime", mais sans préciser son rôle. Le pêcheur avait été amené par la police sur les lieux des recherches pour leur montrer l'endroit précis.

"Des excavations ont été effectuées sur place, les fouilles vont continuer, mais des restes humains ont déjà été retrouvés", a ajouté M. Fontes. "Dès que nous aurons pu vérifier grâce à l'expertise qu'il s'agit bien de restes des corps de Dom Phillips et Bruno Pereira, ils seront restitués aux familles".

L'épouse brésilienne du journaliste, Alessandra Sampaio, a tenu à remercier dans un communiqué "toutes les équipes qui ont mené les recherches, notamment les indigènes bénévoles" dont l'absence lors de la conférence de presse a été critiquée par de nombreux observateurs.

"Même si nous attendons encore les confirmations définitives, ce dénouement tragique met fin à l'angoisse de ne pas savoir où de trouvaient Dom et Bruno. À présent, nous allons pouvoir les ramener à la maison et leur dire adieu avec amour", a-t-elle déclaré.

"Aujourd'hui, nous débutons aussi notre combat pour la justice (...) Nous n'aurons la paix que quand seront prises les mesures nécessaires pour que de telles tragédies ne se reproduisent pas".

 Zone dangereuse

Le journaliste britannique et l'expert brésilien avaient été vus pour la dernière fois le 5 juin, durant une expédition dans la zone de la Vallée de Javari.

Vue aérienne d'Atalaia do Norte, dans l'Amazonie brésilienne, où le journaliste britannique Dom Phillips et l'indigéniste brésilien Bruno Pereira devaient se rendre. Photo : AFP/VNA/CVN

Cette région proche de la frontière avec le Pérou et la Colombie est réputée très dangereuse, s'y déploient de multiples trafics de drogue, de pêche ou d'orpaillage illégal.

Elle est devenue ces dernières années un axe stratégique pour les gangs de narcotrafiquants qui acheminent par voie fluviale de la cocaïne ou du cannabis produits dans les pays voisins.

Auteur de dizaines de reportages sur l'Amazonie, Dom Phillips, 57 ans, installé au Brésil depuis 15 ans, s'était rendu une nouvelle fois dans la région dans le cadre de recherches pour un livre sur la préservation de l'environnement.

Bruno Pereira, 41 ans, expert reconnu et défenseur des droits des peuples autochtones, a travaillé durant de nombreuses années à l'agence gouvernementale brésilienne pour les affaires indigènes (Funai).

Il a notamment dirigé l'antenne de la Funai à Atalaia do Norte (Nord-Ouest), localité où les deux hommes étaient censés rentrer en bateau quand ils ont disparu, ainsi qu'un programme de protection de groupes indigènes isolés de la zone.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï

Dak Lak et Hanoï coopèrent dans le tourisme Un séminaire sur la coopération entre Hanoï et Dak Lak a eu lieu jeudi 11 août dans la ville de Buôn Ma Thuôt de la province des hauts plateaux du Centre.