Avatar triomphe et nourrit l'espoir des cinémas pour 2023

Avatar : la voie de l'eau devient le plus gros succès de l'année au cinéma en France, détrônant Top Gun : Maverick et alimentant l'espoir pour 2023, année qui s'annonce décisive pour les salles obscures.

>> Avatar 2 entre en fanfare au box-office nord-américain

>> Avatar 2 réalise un des 20 meilleurs démarrages du siècle

>> Avatar 2 continue à surfer au sommet du box-office nord-américain

L'actrice Zoe Saldana à l'avant-première mondiale du film Avatar 2 à Londres, le 6 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Selon les chiffres compilés par Disney, plus de 6,87 millions de spectateurs ont embarqué pour l'astre Pandora depuis la sortie de ce nouvel Avatar, le 14 décembre.

Pendant les vacances, le film a attiré plus de 500.000 spectateurs par jour, un rythme qui lui a permis de détrôner l'avion de chasse de Tom Cruise et les 6,76 millions d'entrées réalisées avec son come-back de Top Gun depuis mai.

Au niveau mondial, la France offre au film de James Cameron, qui a déjà dépassé le milliard d'USD de recettes, son troisième plus gros revenu estimé, derrière les États-Unis et la Chine.

"Le public familial est très présent ainsi que les spectateurs occasionnels qui n'étaient jamais encore retournés au cinéma depuis trois ans et le début de la pandémie", se félicite auprès de l'AFP Frédéric Monnereau, directeur de la distribution chez Disney.

"Ce succès est une bonne nouvelle pour l'ensemble de l'industrie du cinéma et des salles", a-t-il ajouté, notant que "plus un film fait d'entrées, plus il génère de taxes" reversées à la production de films, dans le système français.

Si personne ne se risque à parier sur le score final (peut-être 10 millions, chuchote-t-on chez Disney), Avatar devrait poursuivre sur sa lancée début 2023.

Le premier volet, il y a 13 ans, avait attiré au total 14,7 millions de spectateurs - et reste le film le plus rentable de l'histoire (près de 2,9 milliards d'USD de recettes mondiales).

Public "plus sélectif"

De quoi redonner le sourire aux salles, après une année 2022 où une partie du public a encore fait défaut. Les chiffres de la fréquentation ne seront dévoilés que lundi mais elle devrait être en recul d'environ un quart par rapport à l'avant-COVID.

En 2022, "l'ensemble du public est retourné en salles, mais en étant plus sélectif", analyse pour l'AFP Eric Marti, spécialiste chez Comscore : les films américains ont été un "moteur" quand, côté français, seuls les films "avec une certaine originalité" ont résisté, au détriment des grosses comédies par exemple.

La France s'en sort mieux que d'autres pays comme la Corée, le Royaume-Uni ou surtout l'Italie, note-t-il.

"L'année se termine mieux qu'elle n'a commencé", tempère le délégué général de la Fédération des cinémas français, Marc-Olivier Sebbag : "nous sommes très optimistes pour 2023 où on retrouvera enfin un offre de films comparable aux années d'avant crise".

De Harrison Ford à Dany Boon

Pour Eric Marti, les succès de films comme Top Gun et Avatar ont en tout cas prouvé aux studios "qu'ils ne pouvaient pas se passer de la salle".

En 2023, les cinémas parient notamment, au rayon action et aventure, sur Keanu Reeves et le nouveau John Wick, Tom Cruise dans Mission: Impossible, et le retour de Harrison Ford dans Indiana Jones. Ant-man doit inaugurer une nouvelle "phase" de l'univers Marvel.

Steven Spielberg livrera son film le plus intime (The Fabelmans - 22 février), Christopher Nolan présente Oppenheimer, sur le "père" de la bombe atomique tandis que la coqueluche du cinéma indépendant Greta Gerwig est attendue sur un projet aussi énigmatique que rose bonbon, Barbie, avec Margot Robbie dans le rôle-titre.

Côté français, l'année sera marquée par le Astérix et Obélix de Guillaume Canet et son casting XXL (Gilles Lellouche, Vincent Cassel, Marion Cotillard mais aussi les rappeurs Bigflo et Oli, les YouTubeurs McFly et Carlito ou la star du ballon rond Zlatan...) ainsi qu'une ambitieuse adaptation des Trois Mousquetaires, dont deux volets doivent sortir en 2023.

Aussi attendus, côté comédie, Philippe Lacheau à deux reprises (Alibi.com 2 et 3 jours max), Dany Boon avec La vie pour de vrai ou le duo Eric Toledano/Olivier Nakache (Une année difficile).

AFP/VNA/CVN

back to top