"Alerte rouge" pour la vaccination infantile à travers le monde

La crise du COVID-19 et la désinformation sont à l'origine de la plus forte baisse continue de la vaccination infantile contre d'autres maladies en quasiment trois décennies, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé et de l'UNICEF publié jeudi 14 juillet.

>>Vaccination des enfants : l'ONU sonne l'alarme sur un risque de "catastrophe absolue"

>>L'UNICEF s'inquiète du déclin alarmant du taux de vaccination infantile

Un membre du personnel de santé marque le doigt d'une fillette après une injection du vaccin contre la polio, en Afghanistan le 28 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

La proportion d'enfants ayant reçu les trois doses du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) est tombée de 86% en 2019 à seulement 81% en 2021. Ce vaccin est utilisé comme indicateur clé de la couverture vaccinale à travers le monde.

Cette baisse enregistrée en 2020 et 2021 fait suite à une décennie d'améliorations.

"Il s'agit d'une alerte rouge pour la santé des enfants. Nous sommes témoins de la plus forte baisse continue de l'immunisation infantile depuis une génération", a déclaré dans un communiqué Catherine Russell, directrice générale de l'UNICEF. "Les conséquences se mesureront en nombre de vies".

Quelque 25 millions d'enfants ont ainsi raté une ou plusieurs doses de ce vaccin DTP en 2021. C'est 2 millions de plus qu'en 2020, et 6 millions de plus qu'en 2019.

Parmi ces 25 millions, 18 millions n'ont reçu aucune dose, la majorité d'entre eux se trouvant dans des pays à revenus moyens ou faibles, notamment en Inde, au Nigeria, en Indonésie, en Ethiopie et aux Philippines.

Les raisons de cette chute sont multiples: conflits, désinformation accrue et problèmes d'approvisionnement ou de continuité des soins liés à la pandémie de COVID-19.

Il était espéré que l'année 2021 commence à opérer un rattrapage après les confinements mais au lieu de cela, les taux de vaccination ont continué à baisser, et ce dans toutes les régions du monde.

Cette couverture trop faible a entraîné l'apparition d'épidémies évitables de rougeole et de polio sur les 12 derniers mois, a souligné le rapport.

Environ 24,7 millions d'enfants ont raté leur première dose contre la rougeole en 2021, soit plus de 5 millions de plus qu'en 2019. Et 14,7 millions d'enfants supplémentaires n'ont pas reçu leur deuxième dose.

La couverture vaccinale pour la première dose contre la rougeole était ainsi de 81% en 2021, un plus bas depuis 2008.

Ces mauvaises nouvelles interviennent alors que les taux de malnutrition sont par ailleurs en hausse. Un enfant malnutri a déjà des défenses immunitaires plus faibles, et est donc plus susceptible de développer des cas graves de ces maladies pourtant évitables.

"Nous devons opérer un rattrapage de l'immunisation pour les millions (d'enfants) manquants, ou nous allons inévitablement voir davantage d'épidémies, d'enfants malades et une grande pression sur des systèmes de santé déjà à flux tendu", a plaidé Catherine Russell.

AFP/VNA/CVN