11/12/2020 11:13
Donald Trump a frappé jeudi 10 décembre un nouveau coup diplomatique en obtenant du Maroc un accord "historique" de normalisation avec Israël, dans le cadre du plan de paix américain au Proche-Orient, et en reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, une décision fermement condamnée par les indépendantistes sahraouis.

>>Les combats de poursuivent au Sahara occidental
 

De gauche à droite : le PM israélien Benjamin Netanyahu, le président américain Donald Trump et le roi du Maroc, Mohammed VI.
Photo : AFP/VNA/CVN


"Une autre avancée HISTORIQUE aujourd'hui !", a écrit sur Twitter le président américain Donald Trump. "Nos deux GRANDS amis, Israël et le royaume du Maroc, ont accepté de normaliser complètement leurs relations diplomatiques - un grand pas en avant pour la paix au Moyen-Orient!"


Rabat a confirmé l'annonce par un communiqué du Palais royal. Le roi Mohammed VI a indiqué à M. Trump que son pays allait "reprendre les contacts officiels (...) et les relations diplomatiques dans les meilleurs délais" avec l'État hébreu.

Le souverain a par ailleurs assuré au président palestinien Mahmoud Abbas la poursuite de "l'engagement permanent et soutenu du Maroc en faveur de la cause palestinienne juste".

Il ne s'agit pas d'une "reconnaissance" d'Israël, a souligné un haut responsable diplomatique marocain, même si des liens existent entre les deux pays, notamment du fait de l'importante communauté juive d'origine marocaine en Israël, qui compte environ 700.000 personnes.

"Le Maroc a reconnu Israël en 1994, il y a eu une présence diplomatique pendant huit ans à Rabat et Tel-Aviv", jusqu'à leur fermeture au début des années 2000, a rappelé le haut responsable.

Vols directs 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est félicité de cet accord "historique", dont l'annonce coïncide avec le début des fêtes juives de Hanouka. Il a évoqué des "bureaux de liaison, puis des relations diplomatiques directes et des vols directs entre les deux pays".

Le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a au contraire dénoncé auprès de l'AFP un "péché politique (...) qui ne sert pas la cause palestinienne".

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a lui salué un "pas important vers davantage de stabilité et de coopération" dans la région.

L'
Égypte a été le premier pays arabe à signer la paix avec Israël en 1979, avant la Jordanie en 1994.

Sur le règlement du conflit israélo-palestinien, le Maroc est en faveur d'une solution à deux États avec Jérusalem-Est comme capitale des Palestiniens, et contre la politique de colonisation d'Israël dans les Territoires occupés.

Le roi du Maroc préside le "Comité Al-Qods" (Jérusalem en arabe), créé par l'Organisation de la coopération islamique pour 
œuvrer à la préservation du patrimoine religieux, culturel et urbanistique de la Ville sainte.

Avant le Maroc, Bahreïn et les Émirats arabes unis avaient annoncé ces derniers mois la normalisation de leurs relations avec Israël, dans le cadre des accords dits d'Abraham, menés par la Maison Blanche représentée par Jared Kushner, gendre et conseiller de Donald Trump.

Le Soudan a également donné son accord de principe et selon Jared Kushner, la reconnaissance d'Israël par l'Arabie saoudite est "inéluctable".


AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Vung Viêng, un paisible village de pêcheurs à Quang Ninh Les touristes pourront trouver un havre de paix au cœur de la baie de Bai Tu Long, province de Quang Ninh (Nord). Il s’agit du village flottant de pêcheurs de Vung Viêng, qui a conservé sa simplicité et sa tranquillité.