21/03/2020 10:49
Situé en banlieue de Hô Chi Minh-Ville, le village d’An Hôi s’active jour et nuit dans la fabrication de brûle-parfums en bronze. Un métier vieux de 200 ans jusqu’ici préservé, en dépit de l’urbanisation galopante.
>>Quand artisanat rime avec commerce en ligne
>>Dans un village de brûle-parfums à Hô Chi Minh-Ville

La fabrication d’un brûle-parfum est le fruit d’un processus de travail méticuleux.
Photo : GDTD/CVN

Peu de gens imaginent qu’au sein de la  métropole de Saïgon (Hô Chi Minh-Ville) subsiste un village artisanal séculaire toujours en activité. Depuis presque deux siècles, An Hôi, dans l’arrondissement de Go Vâp, pratique avec persévérance un métier traditionnel : la fabrication des brûle-parfums en bronze.
Dès l’entrée du village, on entend les cliquetis des marteaux, ciseaux et autres outils frappant le métal.

"De qualité, les produits d’An Hôi sont appréciés par les gens de Saïgon et de tout le Sud. Ils sont mis en vente un peu partout. À l’approche du Têt notamment, nombreux sont les clients pointilleux qui viennent chez nous pour se procurer un brûle-parfum de qualité à mettre sur leur autel des ancêtres", confie Trân Van Thang, 72 ans, l’un des artisans les plus expérimentés d’An Hôi et patron de l’atelier Hai Thang, qui a