26/12/2016 09:03
Phú Quôc dans la province de Kiên Giang (Sud) est la plus grande île du Vietnam avec une superficie de près de 590km², soit l'équivalent de Singapour. Le gouvernement a récemment approuvé la planification du développement socioéconomique de Phu Quôc pour 2030 qui prévoit d'en faire une région administrative et économique spéciale.
>>L’année nationale du tourisme : Kiên Giang a eu le vent en poupe
>>Passez les fêtes de fin d’année au Saigon - Phu Quôc !

Vue est exceptionnelle depuis le Saigon-Phu Quôc Resort & Spa.

Selon la planification de développement, l'île de Phu Quôc sera non seulement un centre du tourisme haut de gamme, mais aussi un centre scientifique et technologique du pays et de l'Asie du Sud-Est, en particulier dans la recherche en biologie, un centre sanitaire de haute qualité ainsi qu'un centre de commerce international. En 2020, elle accueillera 2-3 millions de touristes dont 35-40% d'étrangers, puis de cinq à sept millions de touristes en 2030 dont 45-50% d'étrangers.

De nombreux atouts pour l’écotourisme

De forme triangulaire, on compare Phu Quôc à un poisson nageant vers le Nord. Elle est appelée "l'île des perles" et ses spécialités sont le poivre et le nuoc mam (saumure de poisson). Elle est attrayante pour ses belles plages de sable fin, ses eaux cristallines et ses forêts sauvages. L'agence d'information ABC News a classé l'an dernier la plage Bai Dài, située dans la commune Duong To, comme l'une des cinq plus belles plages du monde à l'issue d'une élection des meilleures plages cachées "Hidden Beaches". Cette Bai Dài est décrite comme un paradis de soleil, d'eau limpide et d'air pur.

Comme les autres localités du Sud, Phu Quôc jouit d'un climat tropical avec une saison sèche de novembre à fin mai et une saison humide avec mousson de juin à novembre. La saison des pluies se caractérise par de courtes averses de quelques minutes qui ne gâchent en rien un séjour. La température va de 27°C à 30°C en saison des pluies et de 30°C à 35°C en saison sèche.

Phu Quôc est une chance unique pour ceux voulant découvrir des paysages vierges loin de toute faune touristique envahissante.

Le parc national de Phu Quôc occupe environ 70% de l'île avec des plantes dont l'âge va jusqu'à 1.000 ans, des chutes d'eau magnifiques cachées en plein cœur de la jungle, des rivières aux eaux limpides, une riche faune comprenant une vingtaine d'espèces animales classées au Livre Rouge du Vietnam, et une abondante flore de 929 espèces. Vous pourrez bien évidemment vous baigner dans les trous d'eau des rivières ou vous promener à pied sous le feuillage d'arbres séculaires au son du chant des cours d'eau. En d'autres termes, un lieu idéal pour l'écotourisme.

Pour les amateurs de mer, Phu Quôc ne décevra pas davantage. L'eau, dont la température est de 25 à 28°C en saison des pluies et de 30°C en saison sèche, est d'une limpidité et d'un bleu tels que l'on voit le fond. Des plages renommées telles que Sao (étoile) ou Kem (glace)... sont encore sauvages. Ces eaux abritent des récifs coralliens, refuge de nombreuses espèces de poissons qui ont disparu ailleurs, mais aussi de tortues carets qui pondent toujours dans le sable des plages tranquilles.

Sport très apprécié des jeunes vietnamiens comme des étrangers, la plongée sous-marine permet de découvrir ces magnifiques récifs avec toute sa faune et sa flore multicolores. Souvent les touristes découvrent la plongée en piscine dans leur hôtel avant d'aller en mer.

La nuit, les touristes peuvent louer une moto pour faire le tour de l'île. Partir en vadrouille et s'arrêter à une plage pour déguster des fruits de mer que peut-être l'on n'a jamais mangé de sa vie. Si l'on n'aime pas la moto, la pêche aux calmars pourrait être plus intéressante ? Elle a lieu la nuit avec de puissantes lampes pour les attirer, un véritable spectacle que de voir dans le noir une myriade de bateaux illuminant la mer, donnant l'impression qu'au large des côtes il existe aussi une mystérieuse Atlantide asiatique. Le meilleur moment pour pêcher est entre novembre et avril, à proximité des massifs de coraux des îlots de Dôi Môi et Mong Tay, au sud-ouest de l'île, à environ 14 miles de la ville de Duong Dông. Entre mai et octobre, les meilleurs sites sont les îles de Ông Dôi et Dâm, à environ six miles du port d'An Thoi, au sud de l'île.

La planification agréée par le gouvernement prévoit les politiques les plus privilégiées de tout le Vietnam pour les investisseurs. L'île en a déjà attiré des centaines. Elle est reliée à Hô Chi Minh-Ville, Phnom Penh (Cambodge), Kuala Lumpur (Malaisie), Jakarta (Indonésie), Phuket et Bangkok (Thailande) par des vols de seulement 500 km à 1.200 km. Se rendre à Phu Quôc depuis le Vietnam est aisé et peu coûteux. Deux possibilités : l'avion ou le bateau.

D'abord par bateau, deux ports ont une ligne, Rach Gia et Hà Tiên, à un tarif très abordable. Si auparavant, il fallait huit heures pour se rendre à Phu Quôc, aujourd'hui il suffit de deux heures et demie. Ensuite par avion : outre les vols de Vietnam Airlines, Air Mékong propose depuis le 28 avril un vol quotidien direct à partir de Hanoi à 6h00 du matin. C'est le premier vol direct sans escale à Hô Chi Minh-Ville, ce qui permet de réduire de moitié sa durée. Depuis mars 2010, il y a également la ligne Cân Tho-Phu Quôc. Se rendre à Phu Quôc sera plus facile en 2012 après la mise en service de l'aéroport international de Phu Quôc. Selon la planification, l'aéroport pourra accueillir vingt B777 et B747-400 avec une capacité annuelle de transit de sept millions de personnes.

Des projets d'investissement non moins nombreux

Les investissements vietnamiens et étrangers dans les secteurs de la restauration, de l'hôtellerie et autres services de tourisme à Phu Quôc augmentent. L'île compte neuf hôtels de trois à quatre étoiles et des centaines d'autres pour un parc de plusieurs milliers de chambres. Des hôtels tels que Mango Bay, Saigon-Phu Quôc, Sasco Blue Lagoon Resort, Chen La, Long Beach... ont un taux d'occupation moyen de 80%, la plupart de leur clientèle étant étrangère.

Une plage magnifique devant le resort 4 étoiles Saigon - Phu Quôc.


Phu Quôc compte actuellement 75 projets cumulant 48.187 milliards de dôngs. Récemment, les autorités de Kiên Giang ont travaillé avec des consultants étrangers pour la construction d'une zone de villégiature avec casino dans la commune de Bai Thom, au Nord-Est de l'île.

L'ex-vice-président du Comité populaire de Kiên Giang, Dang Công Huân, précise que cette zone de 30.000 m² comprendra de cinq à six hôtels 5 étoiles totalisant 2.500-3.000 chambres. Ces projets à capital 100% étranger ont un coût cumulé de quatre milliards de dollars. Entre 2011-2012, plusieurs ouvrages clés entreront en service comme le port maritime d'An Thoi, le port fluvial de Duong Dông, outre de nombreuses routes. Phu Quôc s'oriente vers des services touristique de haute qualité comme un développement durable, et compte bien concurrencer les hauts lieux du tourisme de la région et du monde, tel que la proche Phuket, en Thaïlande.

Toutefois, la récession économique a eu beaucoup d'incidence sur l'investissement à Phu Quôc. Des projets de grands groupes mondiaux comme le centre financier et touristique de deux milliards d'euros du groupe suisse Tructsse et de la compagnie vietnamienne Vinaconex, la zone de villégiature Stabay de 1,8 milliard de dollars du groupe britannique Stabay, ont pris du retard.

Selon le comité de gestion du développement de Phu Quôc, celui-ci a demandé en 2008 au Comité populaire provincial de retirer la licence à 21 projets. Tandis que les projets de construction d'aéroports et de ports maritimes réalisés suivant conventions BOT (construction-exploitation-transfert) ou BT (construction-transfert) sont en bonne voie, d'autres, la plupart de communications, sont en retard. Selon le chef adjoint du comité d'investissement et de développement de Phu Quôc, Nguyên Van Sau, le gouvernement n'a financé cette année que de 230 milliards de dôngs des ouvrages de communications. Cependant, ce district insulaire réalise trois projets de communications importants dont la route faisant le tour de l'île. Le seul tronçon An Thoi-Duong Dông de 27 km a un coût de 1.208 milliards de dôngs sur les 1.563 milliards de dôngs de l'axe Nord-Sud d'une longueur de 51,2 km.

Le projet du pont Nguyên Trung Truc n'a toujours pas été mis en chantier en raison de manque de capitaux, raison pour laquelle le district a demandé au gouvernement de modifier les modalités juridiques de ce projet en autorisant une convention BT, proposition qui a été acceptée.

Par manque de fonds, de nombreux projets seront en retard comme le développement du réseau d'adduction en eau du district de Duong Dông d'un coût de 12,8 millions de dollars, bien qu'il bénéficie d'une aide publique au développement de la Banque mondiale, de 10,65 millions de dollars.

Phu Quôc connaît d'autres difficultés dont le manque d'électricité, d'eau potable, de main-d'œuvre qualifiée... L'ambition de faire de Phu Quôc un paradis implique des efforts non seulement des autorités et de la population locale, mais aussi des ministères et secteurs.
 
Hà Minh-Saigontourist/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Maroc - Vietnam : Une longue amitié pas prête de s'éteindre

Le 7e festival des métiers traditionnels de Huê débute Le 7e festival des métiers traditionnels de Huê 2017 a débuté le 28 avril dans la ville de Huê, province centrale de Thua Thiên-Huê, en réunissant 327 artisans de 40 villages artisanaux et établissements à travers le pays.