09/03/2017 17:17
La société des mesures statistiques Nielsen vient de publier un rapport qui indique que les Vietnamiens sont les plus économes du monde. 76% de la population ont des réserves de fonds personnel. Cependant, proportionnellement à leur revenu, ils sont en réalité parmi les plus grands consommateurs du monde.
Des visiteurs au Festival asiatique de la soie 2016, à Hôi An, province de Quang Nam (Centre).
Photo : Lê Lâm/VNA/CVN

Selon Nielsen, 76% des Vietnamiens possèdent des réserves dans leurs comptes bancaires. Ils dépensent ainsi leur monnaie pour des besoins occasionnels. Plus précisément, 35% des interrogés consacrent la majorité de leur revenu pour les voyages, 33% pour les vêtements, 32% pour les loisirs, 30% pour les nouvelles technologies et 27% pour la rénovation et la décoration intérieure.

L’essor des voyages à l’étranger

La Société vietnamienne des agences de voyages (VISTA) a publié pour sa part les statistiques concernant l’année 2015. Les chiffres ont montrés qu’environ 5 millions de visiteurs vietnamiens ont fait les voyages à l’étranger. Les dépenses totales de ces derniers se sont élevées à 6 milliards de dollars (en comparaison des 3,5 milliards en 2012). Le tourisme est l’un des plus grands secteurs économiques du pays. L’essor massif de ce secteur au Vietnam tient compte de plusieurs facteurs.

D’une part, grâce au progrès technologiques, la planification et la réservation se sont largement simplifiées : la destination, le transport, l’hôtel, les restaurations, les monuments touristiques, les activités… etc. Elles peuvent être réalisées immédiatement et gratuitement à partir d’un smartphone ou d’un ordinateur. De plus, les agences de voyage peuvent conseiller avec rapidité aux clients les services raisonnables et adaptés à leurs besoins.

La Chine est une des destinations favorites des touristes vietnamiens.
Photo : Xinhua/VNA/CVN

D’autre part, le prix des voyages baisse de manière générale. Réciproquement, grâce au développement économique, le niveau de vie des Vietnamiens augmente. À titre d’exemple, un tour de 5 jours et 4 nuits en Thaïlande ne coute que 5 millions de dôngs par personne, tandis que pour 4 jours et 3 nuits en République de Corée ou à Singapour, le prix s’élève à seulement 10 à 13 millions de dôngs. Si l’on aime les programmes plus diligents, on peut facilement trouver des billets à prix bas disponibles à tout moment. La réservation auprès d’hôtels plus ou moins confortables peut facilement se faire via internet ou les applications de smartphone et d'agences de voyage.

Enfin, les nombreux jours fériés et ponts de congé des entreprises permettent également aux employés d’élaborer des plans de voyages avec davantage de flexibilité. «Il est rare qu’une famille reste à la maison pendant tous les neuf jours fériés du Têt. Il faut voyager pour se détendre et mes enfants peuvent ainsi découvrir de nouveaux endroits», partage une habitante à Hô Chi Minh-Ville.

Les Vietnamiens amateurs de shopping

À côté des voyages, les Vietnamiens dépensent aussi une grande partie de leur monnaie dans le shopping. À l’ouverture des boutiques de la marque Zara au Vietnam, l’entreprise a dépassé tous les records : plus de 5.500 clients ont visité ses boutiques le premier jour pour un profit de 5,5 milliards de dôngs (près de 228.000 euros). «Le Vietnam est un marché qui possède un grand potentiel dans la mesure où la classe moyenne s’agrandit. Cette catégorie de personnes s’intéresse beaucoup à la mode, explique Rendy, chef du bureau de représentation de Zara au Vietnam. Je peux prévoir que l’apparition d’autres marques comme H & M va également faire la vogue dans un avenir très proche», confie-t-il.

Des clients pendant les soldes du Black Friday au centre commercial de Vincom Center Bà Triêu, à Hanoï.
Photo : Hoàng Hùng/VNA/CVN

Les autres marques comme Mango, GAP, Marks & Spencer attirent aussi les amateurs de shopping, même si le prix de leurs produits est plus élevé que la moyenne. «Je fréquente les centres commerciaux tous les week-ends. Et évidemment je ne manque pas l’occasion de faire du shopping à chaque fois», raconte un client au centre commercial de Vincom. Le besoin s’expose jusqu’à l’étranger, puisque certaines personnes sont près à partir vers les pays voisins comme à Singapour ou en Thaïlande, pour acheter des vêtements de marques que l’on ne trouve pas au Vietnam.

Les jeunes sont sûrement les plus grands fanatiques de la mode. En effet, ils sont les premiers à se ruer sur les dernières tendances du monde, comme les sneakers Nike, Adidas ou New Balance qui se présentent partout au Vietnam malgré des prix élevés, à partir de 4 millions de dôngs minimum. Il est difficile de freiner les accros : plusieurs étudiants n’hésitent pas à sauter leur repas, voire reporter leur frais de scolarité «pour acheter les nouvelles chaussures d’édition limitée», dit Phuong, étudiante à Hanoï.

Voyager et dépenser sans compter, tel est le nouveau style de vie très particulier des Vietnamiens !

Dang Duong/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gastronomie marocaine, au royaume des senteurs et des couleurs

Cà Mau cherche à attirer des investissements dans le tourisme La province de Cà Mau (extrême-Sud) appelle à investir dans deux projets touristiques d’une valeur de 52,7 millions de dollars dans la zone de Dât Mui, district de Ngoc Hiên, et le long de la rivière Trem, dans le district de Thoi Binh.