15/02/2017 20:50
La Brahma est une race de poule de grande taille, très emplumée, avec une abondance de plumes aux tarses et aux pattes.
>>La renaissance du métier d’aviculteur des seramas à la capitale
>>Des volailles prestigieuses comme cadeaux du Têt
>>Têt : de nombreux produits de luxe chez les Vietnamiens

Une poule Brahma.
Photo : CTV/CVN

La Brahma est devenue une vedette parmi les amateurs de volailles d'ornement, de part son très beau coloris, sa taille impressionnante et majestueuse et sa petite crête à pois. Elle a beau être une poule imposante, elle n'en reste pas moins très calme et peu farouche, se laissant facilement attraper. Et certaines fermes d’élevage se trouvent même à Hô Chi Minh-Ville.

Lê Ngoc Phuong, qui a importé il y a quatre ans six couples de race française au prix de 15 millions de dongs/couple, a créé une ferme dans le quartier de Thanh Lôc, 12e arrondissement de la mégalopole.

La Brahma est une race de poule élevée comme animal de compagnie. M. Phuoc en importe de France, des Pays-Bas, de Grande-Bretagne. Les poules des Pays-Bas ont un plumage multicolore, celle de France sont les plus volumineuses et ont un plumage moins coloré, celles de Grande-Bretagne sont gracieuses et de petite taille.

Une poule Brahma adulte pèse de 7 à 8 kg.

D’origine européenne, les poules Brahma ont bien résisté aux maladies et au climat du Vietnam. L’élevage est facile, la nourriture ne se compose que de riz, de maïs et de  légumes. Et pour que les poules soient en bonne santé, l’éleveur doit veiller à une vaccination régulière et leur donner des gousses d’ail comme aliment complémentaire afin qu’elles soient plus résistantes aux épidémies.

La ferme de M. Phuoc fonctionne bien, ses poules Brahma se vendent comme des petits pains. Une poule de reproduction d’un à trois mois se vend quelques millions de dongs, une poule adulte des dizaines de millions de dongs. Une poule à plumage multicolore se vend cher, jusqu’à 25 millions de dongs le couple. La poule Brahma est censée porter chance, richesse et pouvoir à son propriétaire.

M. Phuoc dispose de deux fermes, une pour multiplier ses poules et l’autre, plus spacieuse, pour élever de jeunes poulets. Ses clients, qui viennent de nombreuses provinces du pays, désirent acheter un animal d’ornement ou en faire un plat succulent qui ravira les convives.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les 55 ans d'un Département de français

Croissance du tourisme de Hanoï au 1er trimestre Au premier trimestre, Hanoï a accueilli près de 932.000 touristes étrangers, soit une hausse de 9,4% en glissement annuel. C’est ce qu’a annoncé Trân Duc Hai, directeur adjoint du Service municipal du tourisme.