28/11/2016 18:01
L'utilisation des éventails a quasi disparu avec la venue des ventilateurs électriques et climatiseurs. Comme d’autres produits traditionnels cependant, les éventails sont encore aimés pour leur valeur artistique, particulièrement ceux joliment décorés.
>>L’éventail de Chàng Son a fait peau neuve
>>Villages et rues de métiers à l'honneur à Hanoi

Dans un atelier de fabrication d'éventails du village de Chàng Son.
Photo : VNP/CVN

Le principe de l’éventail est de donner un débit d'air sur la peau, ce qui augmente le taux d'évaporation des gouttelettes de sueur. Cette évaporation induit un effet de refroidissement dû à la chaleur latente d'évaporation de l'eau. Au Vietnam désormais, les éventails traditionnels sont moins un objet du quotidien qu’un accessoire de mode.

Dans le Vieux quartier de Hanoï, à Hàng Quạt ou rue des éventails, on vendait auparavant tous les types d'éventails. Mais aujourd’hui, la rue a quasiment perdu sa vocation. Dans le village de Chàng Son du district Thach Thât, à Hanoï, les artisans font divers types d’éventails avec toutes sortes de matériaux tels que bois, plumes, papier, soie, bambou.... En particulier, on y produit encore un éventail traditionnel appelé quạt trổ (éventail gravé et orné).  Un artisanat qui part à vau-l’eau.

Un petit nombre de familles conservent encore des éventails anciens, et les artisans se font rares. Il ne reste qu’une seule famille qui fait des quạt trổ dans ce village.  C’est celle de Dô Thi Tinh, âgée de près de 90 ans. Sa belle fille informe : "L’éventail traditionnel est fabriqué totalement à la main et nous perçons avec des aiguilles de petits trous décoratifs dans la feuille. Ce sont les différences avec les autres éventails en papier".

Dô Thi Tinh, une artisane nonagénaire de Chàng Son, fabrique un éventail dit "quạt trổ".
Photo : CTV/CVN

Comme d’autres éventails, le quạt trổ  est composé de brins (baguettes portant la feuille), de panaches (partie extérieure), de rivure (rivet maintenant les brins et les panaches)… La  monture est ornée d'une ou deux feuilles de papier, sur lesquelles sont ajoutés des poèmes calligraphiés, des idéogrammes sino-vietnamiens ou des dessins artistiques.

Bien que la fabrication demande beaucoup de temps et d’efforts, son prix est plus bas que celui de l’éventail en papier (quạt giấy) et de l’éventail en soie.

Pour cette raison, la fabrication du quạt trổ ne cesse de reculer. La relance du métier d’antan sera difficile. Les villageois ont besoin du soutien  des collectionneurs et des chercheurs.

Vân Du/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Noël 2016 à Hô Chi Minh-Ville Depuis début décembre, à Hô Chi Minh-Ville, les librairies, les supermarchés ou encore les magasins spécialisés en décorations… sont remplis de produits et autres décorations de Noël.