15/11/2016 16:36
Le ministère des Finances a organisé le 15 novembre à Hanoï un colloque sur «Les mesures financières contre les risques de catastrophes au Vietnam».
>>Vietnam et Japon coopèrent dans l’adaptation au changement climatique
>>Catastrophes naturelles : 1,2 million de bénéficiaires d'un projet norvégien
>>Inondations urbaines : la Banque mondiale donne ses clés

Colloque sur «Les mesures financières contre les risques de catastrophes au Vietnam», le 15 novembre à Hanoï.

Les participants ont discuté des résultats de plusieurs modèles de risques de catastrophes naturelles au Vietnam, l’état des ressources financières en la matière, ainsi que les mesures financières pour faire face à ces risques dans les temps à venir.

Le Vietnam est l’un des pays les plus touchés par le changement climatique, avec une recrudescence du nombre des risques de typhons, crues et sécheresses. On estime qu’environ 60% de la superficie des terres et 41% de la population subiront les dégâts de ces phénomènes naturels. Chaque année, les pertes économiques sont estimées à près de 0,8% du PIB, faisant du Vietnam le troisième pays le plus touchés au sein de l’ASEAN.

«L’élaboration de mesures financières est particulièrement nécessaire. L’assurance catastrophe naturelle est un outil qui contribuera à améliorer la prévention et la lutte contre ces risques, ce colloque étant un forum d’échanges sur les mesures de renforcement de la lutte contre ces fléaux», a souligné Nguyên Huu Chi, vice-ministre des Finances.

Assurances catastrophes naturelles

Depuis 2013, le Banque mondiale, en coopération avec le Secrétariat d’État à l’économie de la Suisse (SECO), a soutenu le Vietnam dans l’amélioration de ses mesures financières et de l’assurance des risques de catastrophes naturelles, notamment en modélisant ces risques, en anticipant la charge financière pour le budget public de tels événements, et en développant le marché d’assurances catastrophes naturelles... Ces modélisations permettront le gouvernement vietnamien et autres organismes et administrations publiques d’évaluer leurs capacités et la situation d’éventuelles lourdes pertes, ainsi que des plans de financement de la lutte contre ces risques. 

Le vice-ministre des Finances, Nguyên Huu Chi, prend la parole le 15 novembre à Hanoï.

Le gouvernement vietnamien possède actuellement des outils financiers différents pour assurer le budget de la lutte contre les catastrophes naturelles, comme le budget prévisionnel, les réserves d’État, le fonds de réserve financière, et le fonds de lutte contre les catastrophes. Toutefois, tous dépendent toujours du budget d’État dans le traitement de l’après des catastrophes.

Le fonds de prévention et de lutte contre les catastrophes du ressort des provinces est destiné à venir compléter les ressources financières du budget central, mais ils connaissent des difficultés de fonctionnement au niveau local.

La Banque mondiale aux côtés du Vietnam

Le gouvernement a récemment promulgué une décision 01/2016/QĐ-TTg sur les mécanismes et processus d’emploi des réserves du budget central au soutien du financement des collectivités locales en cas de catastrophes naturelles, cependant, il n’existe pas encore de stratégie efficace pour optimiser les fonds mobilisés, à commencer dans les provinces.

Les participants ont formulé des recommandations, notamment d’établir une stratégie de garantie financière, d’élaborer des politiques, des mécanismes et des institutions, et de réglementer plus de manière plus efficiente le fonctionnement des fonds de prévention et de lutte contre les catastrophes naturelles.

«La Banque mondiale est prête à soutenir le Vietnam en matière de politiques, à travers, notamment des consultations, afin qu’il puisse surmonter les difficultés rencontrées. Mais il doit d’abord renforcer ses institutions en vue de disposer d’outils financiers permettant de disposer d’alertes précoces de la réalisation de risques de catastrophes naturelles», a indiqué Sebastian Eckardt, économiste de la Banque mondiale au Vietnam.

Les participants ont discuté de moyens de gestion des risques dans son rapport avec le changement climatique, d’expériences en la matière, et évalué, en outre, les incidences des catastrophes naturelles sur les régions et zones vulnérables, ainsi que l’adaptation à de tels aléas.
 
Texte et photos : Mai Huong/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines