14/01/2017 08:18
De grandes entreprises aux magasins, de marques internationales aux produits fait-main... tous font de la publicité sur les réseaux sociaux. Et, de fait, Facebook, Google, Youtube, Gmail, Zalo, Twitter... connaissent un développement très rapide du commerce en ligne.
Selon l’agence de publicité Zenith Optimedia (France), les dépenses publicitaires sur les réseaux sociaux devraient croître de 72% entre 2016 et 2019, passant de 29 milliards de dollars à 50 milliards, soit 20% des dépenses publicitaires totales sur Internet. Ceci est possible en raison du développement rapide des réseaux sociaux sur les équipements mobiles, de débit de connexion à Internet croissant et de technologies sans cesse plus sophistiquées, facteurs qui, conjugués, font changer radicalement la manière dont les gens s’informent et consomment.

Facebook, le marché en ligne des employés de bureau.

De grands potentiels à exploiter

D’après un sondage du Département du commerce en ligne et des technologies de l’information du Vietnam (VECITA), l’accès à Internet sur terminal mobile augmente de jour en jour. En 2015, 85% des personnes utilisaient leur smartphone pour accéder à Internet, soit 20% de plus qu’en 2014.

Au Vietnam, ce sont les pages Facebook et Google qui sont les plus attrayantes pour la publicité en ligne. Hoàng Trong Thành, responsable marketing de la sarl Infolinks de Hô Chi Minh-Ville, explique qu’«environ 43 millions de Vietnamiens de 13 à 65 ans utilisent Facebook, en particulier ceux de 13 à 30 ans qui représentent 74% de ceux-ci. C’est une superbe opportunité à saisir pour les entreprises».

À travers ces réseaux sociaux, en particulier Facebook, les vendeurs peuvent présenter rapidement leurs produits dans toutes les villes et provinces du pays. Facebook facilite la tâche en tant que réseau social puisqu’il dirige ceux-ci vers les clients potentiels selon leurs âges, leurs préférences, goûts et besoins. En outre, les frais publicitaires sont moins élevés que la publicité sur des supports plus traditionnels, qu’il s’agisse de la presse écrite, de la télévision ou de la radio. Et Hoàng Trong Thành en affirme l’efficacité : «Les revenus de l’entreprise peuvent doubler ou tripler grâce à la publicité sur les seuls réseaux sociaux».

Le succès fulgurant de start-up

Vo Kim Phuong, responsable marketing de la compagnie de tourisme MC Travel, confirme ce point : «Avec 3 millions de dôngs en publicité sur Facebook par mois, nous avons obtenus 30 contrats d’une valeur totale supérieure à 100 millions de dôngs». Plusieurs jeunes entreprises et commerçants ont créé des «start-up» dans le secteur du commerce en ligne. Dinh Van Quang, né en 1993, a commencé en 2014 une activité commerciale alors qu’il était encore étudiant en marketing à l’école supérieure professionnelle FPT de Hô Chi Minh-Ville. Avec un investissement initial de 200.000 dôngs, il a acheté des produits cosmétiques pour homme et les a vendus à ses amis sur Facebook. De jour en jour, sa clientèle a augmenté rapidement, jusqu’en novembre 2015 où il a décidé de créer sa société, la sarl Quang Thinh Phat, qui emploie aujourd’hui cinq personnes.

L’un des facteurs majeurs de ce succès ? «Chaque mois, nous faisons 20 millions de dôngs de publicité sur Facebook et Google, et désormais sur des applications pour smartphone, qui permettent de réaliser 300 millions de dôngs de chiffre d’affaires par mois», confie Dinh Van Quang. Les commerçants personnes physiques profitent aussi des réseaux sociaux pour trouver des clients ou des partenaires. Truong Thanh Hà, patronne du Hadi shop handmade, vend des produits faits à la main tels que rouge à lèvres, savons, exfoliants, mais aussi des matchas japonais et de la viande de poulet séchée.

En 2015, 85% des personnes utilisaient leur smartphone pour accéder à Internet.

Et sur le plan fiscal ?

Grâce à Facebook, Mme Hà fournit ses amis, les amis de ses amis... Puis, elle a créé sa propre page pour tous ses clients, leur présenter de nouveaux produits et prendre des commandes. N’ayant pas de locaux publics ni de frais de publicité, Mme Ha a gagné des dizaines de millions de dôngs par mois.

Comme Mme Hà, plusieurs employés de bureau profitent des pages individuelles Facebook ou Zalo pour publier des annonces commerciales. Ils vendent des produits fait-maison comme du bœuf séché, de la sauce de poisson, des nem, mais aussi des produits importés comme des sacs à mains, des cosmétiques, des montres, des lunettes... Nguyên Truong Son, président de l’Association de publicité du Vietnam, déclare : «Ces dernières années, la publicité sur les réseaux sociaux comme Google, Youtube, Facebook... s’est épanouie, mais le gouvernement ne perçoit rien au titre de l’impôt sur les revenus des entreprises».

En effet, ces réseaux n’ont pas de bureau de représentation au Vietnam. Elles sont assez nombreuses, de l’ordre de 80, toutes partenaires publicitaires de Google, Facebook, Skype, Zalo, Youtube et Gmail au Vietnam. L’une de celles-ci, la sarl Infolinks, réalise un chiffre d’affaires annuel de 6 à 7 milliards de dôngs, a souligné Hoàng Trong Thành, responsable marketing de cette dernière, mais celui-ci est encaissé directement à l’étranger. La publicité sur les réseaux sociaux se développe largement au Vietnam et intéressent toutes les entreprises, et même certains particuliers. Cependant, le gouvernement aimerait profiter aussi de cette manne. Affaire à suivre.
 
Texte et photos : Dang Huong/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les 55 ans d'un Département de français

Honneur aux 100 meilleures marques touristiques de Hô Chi Minh-Ville La cérémonie de distinction des 100 marques de tourisme de la ville a été organisée le soir du 24 mars dans la mégapole du Sud par le Service municipal du tourisme. Ces entreprises ont contribué considérablement au développement du tourisme local en 2016.