Ski alpin
Yule renoue avec le succès à Madonna di Campiglio, Noël encore éliminé

Deux ans après sa dernière victoire en Coupe du monde, le Suisse Daniel Yule est remonté sur la plus haute marche du podium à l'issue du slalom de Madonna di Campiglio (Italie), alors que le Français Clément Noël a encore été éliminé.

>> Ski alpin : le parallèle de Lech/Zürs boudé par nombreuses têtes d'affiche

>> Ski alpin : Noël retrouve le podium à Flachau

>> Ski alpin : Odermatt résiste à Kristoffersen à Alta Badia

Le Suisse Daniel Yule célèbre sa première place dans le slalom de Madonna di Campiglio, en Italie, le 22 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Plus rapide que le Norvégien Henrik Kristoffersen de huit centièmes et que l'Allemand Linus Strasser de 18 centièmes, Yule a remporté sa cinquième course individuelle de Coupe du monde, toutes des slaloms. Cela valait bien une courbette de Kristoffersen, qui a dû s'incliner après la course.

Sa dernière victoire remontait à 2020, à Kitzbühel (Autriche). Il avait alors connu sa plus belle saison, ponctuée de trois succès, dont un autre à Madonna di Campiglio, preuve que la piste située dans le Trentin-Haut-Adige lui réussit bien. Le Suisse de 29 ans avait terminé en septième position lors du slalom d'ouverture de la saison, à Val d'Isère.

Derrière lui, Kristoffersen confirme son excellente saison en montant sur le podium pour la quatrième fois. Très régulier, il avait déjà terminé deuxième des deux géants d'Alta Badia le week-end dernier, dans les dolomites italiennes.

"L'erreur est vite arrivée"

À l'inverse, le champion olympique de la discipline Clément Noël commet régulièrement des erreurs cette saison. Le Français a enfourché un piquet dans le milieu du parcours, alors qu'il réalisait une belle seconde manche, loin de la retenue dont il avait fait preuve lors de la première, sans doute par manque de confiance. Il avait déjà connu pareille mésaventure lors du slalom d'ouverture de la saison à Val d'Isère.

"L'erreur est vite arrivée, ça m'arrive beaucoup trop souvent, a-t-il analysé après la course. Je vais essayer de bosser là-dessus. Ça fait un bon paquet d'éliminations de suite, si on compte la saison dernière. Je ne peux pas revenir dessus, je peux juste essayer de bosser, de revenir à un bon niveau."

Cette nouvelle contre-performance va encore faire reculer le Vosgien au classement WCSL, qui détermine les numéros de dossards, et donc l'ordre des skieurs, lors des prochaines courses. "Le slalom, c'est au moins 50% de confiance, d'envie d'aller vite, a-t-il ajouté. Il y a plein de choses qui se jouent dans la tête. J'espère que j'arriverai à mettre tout en place dans les prochaines courses."

Le Norvégien Henrik Kristoffersen qui a terminé 2e du slalom de Madonna di Campiglio dans les Alpes italiennes, le 22 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le temps presse, car dans les mondiaux de ski alpin, qui se dérouleront en France, à Courchevel-Méribel, auront lieu dans un mois et demi (5-19 février). Pas non plus dans sa meilleure forme, son compatriote Alexis Pinturault a pris la quatorzième place - ex æquo avec le Norvégien Timon Haugan - à cause d'une faute dans le milieu du parcours, tandis que les autres Français engagés, Paco Rassat (33e), Victor Muffat-Jeandet (34e) et Steven Amiez (abandon) ne se sont pas qualifiés pour la seconde manche

Les Autrichiens frustrés

Premier à l'issue de la première manche, le costaud Norvégien Lucas Braathen, en pleine forme cette saison, a craqué lors de la seconde, échouant au pied du podium. Le skieur de 22 ans, enfin régulier au plus haut niveau, ne réussit donc pas le doublé après sa victoire à Val d'Isère.

Sur la piste italienne, ce sont les Autrichiens qui ont longtemps fait leur loi, Manuel Feller et Marco Schwartz en tête, suivis de Fabio Gstrein et Adrian Pertl. Mais ils ont tous été délogés par les quatre premiers, et doivent finalement se contenter d'un Top 10.

Leur compatriote Johannes Strolz, médaillé d'argent olympique du slalom à Pékin en février dernier, a connu l’infortune : bien engagé dans le parcours italien, il a rencontré sur son chemin un... piquet, qu'il avait éjecté bien involontairement quelques mètres plus haut, et qui a failli le faire tomber.

Cette scène s'est répétée à Madonna di Campiglio, où les piquets ont volé, gênant parfois les skieurs. Au classement général de la Coupe du monde, le Suisse Marco Odermatt (796 points), qui ne dispute pas les slaloms, trône toujours devant un trio de Norvégiens : Aleksander Aamodt Kilde (525), également absent à Madonna di Campiglio, puis Kristoffersen (385) et Braathen (365).

AFP/VNA/CVN



back to top