Wall Street termine en baisse, l'élan aura été de courte durée

La Bourse de New York a terminé en baisse lundi 14 novembre, marquant le pas après deux journées flamboyantes jeudi 10 novembre et vendredi 11 novembre, faute de conviction sur un marché incapable de trouver un élan durable.

>> Wall Street termine en hausse à la veille des élections au Congrès

>> Wall Street dans le vert mise sur la paralysie du gouvernement américain

>> Wall Street conclut en nette baisse, après les élections et avant l'inflation

Le parquet du New York Stock Exchange.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le Dow Jones a cédé 0,63%, l'indice Nasdaq a perdu 1,12% et l'indice élargi S&P 500 a lâché 0,89%. Wall Street n'est pas parvenu à enchaîner une troisième séance positive après le coup de chaud de jeudi 10 novembre et vendredi 11 novembre, qui avait notamment vu le Nasdaq gagner plus de 9% en deux jours.

"Dans la mesure où il y a eu peu de nouvelles ce week-end, il est normal que le marché peine à trouver une direction", a commenté Andy Kapyrin, de Regent Atlantic. Durant la séance, Dow Jones et S&P 500 sont passés un temps dans le vert, après l'allocution de la vice-présidente de la banque centrale américaine (Fed), Lael Brainard, qui a expliqué envisager une décélération du resserrement monétaire pour "bientôt".

Mais l'éclaircie n'a pas duré et les trois indices majeurs de la place new-yorkaise ont tous fini assez nettement en repli. Après l'envolée de fin de semaine, le Nasdaq a calé, stoppé, pour partie, par la remontée des taux obligataires. Le rendement des emprunts d'État américains à 10 ans ressortait à 3,86%, contre 3,81% vendredi 11 novembre.

Quant aux capitalisations géantes de la tech, elles ont mis, pour la plupart, le drapeau en berne, à l'image de Microsoft (-2,25%), Amazon (-2,28%) et Tesla (-2,56%). A l'inverse, parmi les quelques titres à surnager figuraient surtout des valeurs défensives, c'est-à-dire théoriquement moins sensibles à l'évolution de la conjoncture, comme le laboratoire Merck (+2,44%) ou le conglomérat Johnson & Johnson (+1,57%).

"Ce que je retiens de la semaine dernière, c'est que les investisseurs veulent acheter des actions, mais qu'ils ont besoin d'une bonne raison de le faire", avance Andy Kapyrin. En l'espèce, c'est un chiffre d'inflation moins élevé que prévu, publié jeudi 10 novembre, qui avait mis le feu à Wall Street.

Pour Nick Reece, de Merk Investments, ces soubresauts témoignent d'un "bear market rally", c'est-à-dire un courant de hausse éphémère qui s'inscrit dans un cycle, plus long, de baisse. Peter Boockvar, de Bleakley Financial Group, a rappelé qu'en octobre 2008, au cœur de la crise financière, Wall Street avait enregistré plusieurs hausses de plus de 10% sur une seule séance, avant de replonger quelques semaines plus tard.

"Je ne pense pas que le mouvement" observé jeudi 10 novembre et vendredi 11 novembre "soit crédible", estime Nick Reece. "La voie privilégiée reste celle de la baisse." A la cote, l'implosion de la deuxième plateforme mondiale d'échanges de cryptomonnaies, FTX, placée en dépôt de bilan, a pénalisé tout le secteur, de la plateforme Coinbase (-7,56%) aux sociétés de "minage" de monnaie virtuelle Riot Blockchain (-3,75%) et Marathon Digital Holdings (-2,56%).

"À part une poignée d'actions qui sont directement engagées dans ce milieu, comme Coinbase, je ne pense pas qu'il y ait de contagion entre l'univers crypto et l'investissement traditionnel, y compris les actions", a jugé Andy Kapyrin.

La chaîne de cinémas AMC a progressé (+1,94% à 7,34 USD), au lendemain d'un week-end encourageant pour l'activité des salles obscures, marqué par les 180 millions d’USD ramassés au box-office nord-américain par Black Panther : Wakanda Forever", second volet de la saga Marvel et Disney.

Le laboratoire américain Opiant Pharmaceutical (+113,83% à 20,10 dollars) était propulsé par l'annonce de son rachat par le britannique Indivior, pour environ 145 millions d’USD. Petit acteur de la santé, Opiant a fait parler de lui avec son médicament Narcan, capable de bloquer l'effet des opiacés dans l'organisme et ainsi de sauver une personne victime d'une overdose.

AFP/VNA/CVN


back to top