04/07/2021 10:27
Nàng Xô Vi, enseignante au Lycée-internat de la province de Kon Tum, est le premier Brâu élu à l’Assemblée nationale. Elle est aussi le plus jeune député du secteur de l’éducation. Une jeune femme à la volonté de fer.
>>Dix jeunes Vietnamiens exemplaires en 2020
>>Global Teacher Prize : une Vietnamienne parmi les dix finalistes
>>Une Vietnamienne spécialiste des méthodes d'enseignement de l'anglais

Nàng Xô Vi, ethnie Brâu, professeure de géographie, élue députée de l’Assemblée nationale de la XVe législature.
Photo : GD/CVN

"Le 10 juin, jour où j’ai reçu la nouvelle de mon élection à l’Assemblée nationale (AN) avec 82,97% des voix, j’ai voulu rentrer immédiatement dans mon village de Dak Mê pour rencontrer mes parents, le patriarche et les villageois afin de leur dire merci". C’est ce que confie avec émotion Nàng Xô Vi, professeure de géographie à l’antenne du Lycée-internat de la province de Kon Tum (hauts plateaux du Centre) dans le district d’Ia H’Drai, à une centaine de kilomètres de chez elle.

Promouvoir l’éducation des minorités ethniques

Nàng Xô Vi est née en 1996 à Dak Mê, un village de la province de Kon Tum situé au carrefour des frontières Vietnam - Laos - Cambodge. Ce village abrite plus de 500 Brâu, l’ethnie la plus minoritaire du pays.

Ayant grandi à Kon Tum où cohabitent 34 ethnies, la jeune femme Brâu s’intéresse particulièrement au développement de l’éducation en faveur des minorités ethniques, à l’éradication des abus sexuels sur les enfants, aux violences familiales et scolaires. "Élue députée à la XVe législature, je veux faire entendre la voix des ethnies minoritaires à l’AN, mobiliser les politiques de soutien à l’éducation et à l’emploi en leur faveur, dans l’objectif de réduire les écarts de niveau de vie et de revenus entre les régions montagneuses, reculées et celles développées du pays", dévoile-t-elle dans son plan d’action.

Désir ardent de faire des études

Après les études au collège, les enfants pauvres d’ici abandonnent souvent l’école pour seconder leurs parents dans les travaux champêtres ou se marier, à 15-16 ans. Mais Vi n’a pas voulu emboîter leur pas. Elle a décidé de tout faire afin de poursuivre ses études. Déterminée, elle a aplani les obstacles. "Je me suis dite qu’il fallait continuer les études à tout prix. Ma détermination est née des violences domestiques que j’ai pu observer et de la vie pénible des enfants abandonnés sans soins dans les familles trop nombreuses. Par conséquent, j’avais hâte de sortir de mon village pour voir ce qui se passait dehors".

Mais après avoir entendu sa fille raconter son vœu, son père lui a répondu : "Ma chérie ! Nous menons une vie très difficile. C’est déjà bien d’avoir achevé le collège. Il faut penser maintenant à trouver quelqu’un dans le village pour le mariage !". Vi lui a répliqué : "Je veux vraiment aller à l’école. Si tu m’obliges à abandonner mes études, je ne resterai certainement pas à la maison".

Nàng Xô Vi entourée de ses élèves.
Photo : Vnexpress/CVN

Le premier Brâu admis à l’université

Puis, la fille Brâu est allée voir le patriarche de son village pour lui exprimer son désir. Avec l’aide de celui-ci, elle s’est inscrite au Lycée-internat de la province de Kon Tum. L’été 2014, après l’obtention du bac, Vi a passé les épreuves d’entrée à l’Université d’éducation de Huê (province de Thua Thiên-Huê, au Centre) avec le soutien de sa mère, devenant ainsi le premier Brâu à avoir réussi le concours d’entrée à l’université.

"Le jour où j’ai quitté mon village reculé pour Huê, j’ai apporté des bagages remplis d’aliments et d’ustensiles remis par mes proches et les villageois. Je me sentais tellement chanceuse d’être soutenue par eux". Vi a dû se débrouiller toute seule pour payer ses études en travaillant à temps partiel dans des restaurants...

En 2018, titulaire du diplôme, elle s’est rendue à Hô Chi Minh-Ville où elle a été embauchée un an plus tard à l’Université de l’industrie alimentaire, avant de se marier avec un confrère issu aussi de Kon Tum. En 2020, sa province natale recrutait des enseignants, le couple a décidé d’y revenir. Vi a été recrutée au Lycée-internat provincial d’Ia H’Drai où elle avait fait ses études. Son école compte six classes avec plus de 180 lycéens.  

Actuellement, Vi et ses confrères se concentrent sur les cours de terminal pour aider leurs élèves à passer l’examen national de fin d’études secondaires en juillet. Après, elle va revenir dans son village en tant que députée. "C’est à la fois un honneur et une grande responsabilité. Je compte faire le maximum pour ne pas décevoir mes électeurs". 

 
Vingt-six députés du secteur de l’éducation

Parmi les 499 personnes élues députés de l’Assemblée nationale de la XVe législature (2021-2026) figurent 26 du secteur de l’éducation, dont quatre professeurs. Le plus jeune est Nàng Xô Vi, 25 ans. 

Hà Ánh Phuong, 30 ans, l’une des dix meilleurs enseignants du monde en 2020, est aussi présente dans la liste. Originaire de l’ethnie Muong, elle enseigne l’anglais au lycée Huong Cân de la province de Phú Tho (Nord).
 

Linh Thao/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm

Phu Quôc rouvrira bientôt ses portes aux touristes étrangers Le Premier ministre Pham Minh Chinh a ratifié la proposition du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme sur la réouverture de Phu Quôc à destination des touristes étrangers à partir d’octobre. Cette décision donnera le coup d’envoi du redressement touristique vietnamien après plusieurs mois de fermeture en raison de la crise sanitaire.