01/08/2020 08:25
Quoi de mieux qu’une histoire pour expliquer aux enfants… et aux grands que les jeux d’argent peuvent être un gouffre sans fond et provoquer de grands malheurs…
>>Tu Nhi Khanh, la femme d’un joueur
>>Une histoire d'or et d'amitié
>>Légendes du bétel

Les jeux d’argent, un couteau à double tranchant. Photo : Truong Trân/CVN

Rappelez-vous que Tu Nhi Khanh n’avait aucune nouvelle de son mari à Nghê An (Centre). Un jeune homme, tombant amoureux d’elle, renouvelait sans cesse sa demande en mariage. Pour mettre fin à son attente et ses demandes en mariage à répétition, la femme demanda à une de ses servantes d’aller à Nghê An pour trouver le mari.

"Plusieurs années ont passé depuis que mon seigneur est parti, dit-elle à sa servante. Je suis extrêmement inquiète pour lui, car dans un endroit plein de pirates et de rebelles comme Nghê An, tout pourrait arriver à sa chère famille. Tu sais qu’un homme cherche à me demander en mariage, mais je jure de n’aimer personne d’autre que mon mari et de lui rester fidèle jusqu’à ce que la mort nous sépare. Je t’en prie, parle lui de mon fervent espoir que nous serons de nouveau réunis, et essaie de ton mieux de le persuader de revenir à la maison".

Un mari repenti ?

Quand la vieille servante arriva à Nghê An, on lui dit que le gouverneur Phùng était mort et que son fils Trong Quy avait dilapidé tous ses biens. C’était impossible pour elle de retrouver son maître, personne ne connaissait son adresse. Un jour qu’elle flânait dans le marché, elle l’aperçut par hasard. Elle le suivit jusqu’à sa misérable chaumière, lui donna le message de sa femme et le persuada de revenir à la maison.

"Comment puis-je revenir mainte-nant ?, dit-il à la servante. Je n’ai même pas de vêtements décents à me mettre sur le dos. Attends jusqu’à ce que je gagne suffisamment d’argent pour acheter quelques vêtements convenables pour un fils de mandarin et je retournerai avec toi". La vieille servante lui mit dans la main un peu d’argent et dit : "Je vous en prie, ne vous inquiétez pas, Maître ! La jeune maîtresse a pensé à cela et m’a donné un peu d’argent pour vous afin d’acheter le nécessaire. Je vous en prie, retournons à la maison, et je suis sûre que tout va s’arranger et tout sera pardonné !".

Ce fut un grand bonheur pour Trong Quy de retrouver sa femme. Il jura de mener une vie nouvelle pour être digne de son amour et de sa fidélité.

La passion plus que l’amour

Mais malheureusement, il se mit de nouveau à jouer, car il était convaincu que c’était la manière la plus facile et la seule pour gagner beaucoup d’argent.  Il rencontra un autre compagnon de jeu, un riche commerçant du nom de Dô Tâm.  Ce dernier était en réalité attiré par la beauté de Tu Nhi Khanh et jurait qu’il allait l’avoir tôt ou tard. Il suivait Trong Quy partout et prétendait être son ami le plus dévoué.

Un jour, Dô Tâm lui offrit beaucoup de vin et le fit boire, puis mit sur la table une grande pile d’argent et proposa : "Cher ami, vous avez été chanceux ces derniers jours. Que penseriez-vous de faire un pari avec moi maintenant ? Si vous gagnez, cette pile d’argent sera à vous, mais si je gagne, vous me devrez le double et laissez-moi garder votre femme comme gage !".

Trong Quy était déjà un peu gris. Il regarda la pile d’argent avec des yeux avides et pensa : "Pourquoi pas ? J’ai été chanceux ces derniers temps, alors peut-être vais-je gagner cette fois. Je jure que si je gagne cette fois-ci, je ne jouerai plus jamais de nouveau et je jure de mener une vie nouvelle pour faire plaisir à ma femme. Et si… ? Dans le pire des cas, je travaillerai dur pour gagner de l’argent et récupérer ma femme".

"Acceptons le pari !", dit Trong Quy à Dô Tâm. Mais Dô Tâm gagna et Trong Quy ne pouvait rien faire d’autre que d’envoyer chercher sa femme. "J’ai fait un pari, et j’ai perdu", dit-il. "Je suis extrêmement désolé, mais je ne peux rien faire maintenant, sauf de vous demander de rester avec mon ami, jusqu’au jour où je gagnerai assez d’argent pour payer la dette et vous récupérer".

À la période féodale, le destin de la femme dépendait grandement de son mari.
Photo : CTV/CVN

Tu Nhi Khanh fut horrifiée de la nouvelle. Son visage était devenu aussi blanc qu’une feuille de papier, mais elle essaya de son mieux de dissimuler ses émotions et dit d’une voix docile : "Mon mari est mon Seigneur et Maître. Quoi qu’il ordonne, je dois lui obéir. Mais pourriez-vous me laisser retourner à la maison, dire adieu à mes enfants avant de vous suivre pour de bon ?"

Dô Tâm fut ravi de la voir si obéissante et sans résistance, il accepta la demande tout de suite. Tu Nhi Khanh retourna à la maison, embrassa ses enfants et leur dit adieu, sans verser une larme, puis se suicida. Le terrible choc ramena Trong Quy à ses esprits. Il renonça aux jeux et commença une vie nouvelle. Il travailla dur jour et nuit, pour le bien de ses enfants qu’il avait négligés jusqu’ici.

Avec le temps, le sacrifice de la femme dévouée transforma un mari indigne en un digne père qui donna à ses enfants le meilleur que le monde puisse leur offrir.

Ông Ngoai/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Les autres articles
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

Kiên Giang voit une augmentation des arrivées touristiques en juillet La province de Kiên Giang (Sud) a accueilli près d'un million de visiteurs en juillet, soit une augmentation de 75,3% par rapport au mois précédent.