11/05/2022 17:34
Une table ronde sur le roman Robinson de l’écrivain belge Laurent Demoulin, sous la formule hybride (en présentiel avec les lecteurs à l’Institut Goethe du Vietnam et en distanciel avec l’auteur), s’est tenue le 10 mai à Hanoï, à l’occasion des Journées de littératures européennes.
>>Table ronde sur le roman D'après une histoire vraie de la Française Delphine de Vigan
>>Prochainement deux échanges avec des auteurs belges

La table ronde sur le roman "Robinson" de Laurent Demoulin s’est tenue le 10 mai à Hanoï. Photo : Mai Quynh/CVN

Dans le cadre des Journées de littératures européennes 2022 à Hanoï, organisées par les membres du réseau EUNIC Vietnam, la Délégation générale Wallonie-Bruxelles au Vietnam souhaite promouvoir davantage la littérature belge francophone auprès des lecteurs vietnamiens. Elle a donc mis en place une rencontre avec Laurent Demoulin, l’auteur du roman Robinson, lauréat du prix Victor-Rossel 2017. L'ouvrage est publié en vietnamien par la Maison d’éditions Nha Nam.

La table ronde a vu également la participation de l’enseignante Trinh Thi Lê Thu, proviseure adjointe de l’École primaire de Binh Minh et la Docteure psychologue Nguyên Thi Mai Huong de l’École normale supérieure de Hanoï.

D’après Laurent Demoulin, Robinson, c’est un roman, pas une histoire vraie. Il le réécrit par la langue de littérature. Et il voudrait insister sur le fait que c’est une histoire d’amour. Il parle des situations quotidiennes d’un enfant autiste. Et pour arriver à de tels quotidiens doux et joyeux, le père doit avoir un amour incommensurable pour son fils. Son aventure peut comporter des choses bien différentes des autres mais ce qui importe c’est qu’il se sent bien et est joyeux dans son monde. L’auteur souhaite que son roman soit vu comme une histoire poétique.

Trouver un équilibre dans ses oeuvres 

Laurent Demoulin donne actuellement des cours à l'Université de Liège. Photo : CTV/CVN 
Et d’ajouter qu’il est très touché du fait que son roman a été traduit en vietnamien. Car d’après lui, pour un artiste, notamment un écrivain, il faut un équilibre dans ses œuvres. Concrètement, étant un papa d’un enfant autiste, il voulait d’abord écrire un livre sur la vie d’un "enfant spécial" et de ses parents, son histoire avec son fils. Mais quand Robinson est traduit en vietnamien et présenté au public dans un pays si lointain du sien, cette histoire devient universelle.

"J’avais beaucoup de doute sur la qualité du livre. La traduction en vietnamien est pour moi extraordinaire parce que tous les auteurs doivent trouver un équilibre entre parler de ce qui est personnel, intime, et parler de ce qui est universel", insiste-t-il.

Répondant à la question d’où il trouve la force pour s’occuper de son enfant en assumant toutes les tâches professionnelles, Laurent Demoulin souligne encore une fois que la force vient de l’amour. "Je crois que l’amour donne des forces aux hommes et aux femmes. L’amour dans plusieurs directions. L’amour que moi je reçois de mon fils ainsi que l’amour que je lui donne. Il ne m’en parle pas mais je le ressens lorsqu’il me regarde avec les yeux fixes. Mais aussi l’amour que j’ai reçu de ma mère et mon père".

Aussi important que l’amour, l’écrivain belge insiste sur l’humour qui l’aide à dépasser toutes difficultés.

Trinh Thi Lê Thu, proviseure adjointe de l’École primaire de Binh Minh où l’on accueille des "enfants normaux" et des "enfants spéciaux", trouve que le roman est un partage et provoque de la compassion pour les parents ayant des enfants autistes ainsi que pour ceux qui s’en occupent. "Nous, en tant que maîtresses, je suis très touchée en lisant le roman. On partage le sentiment avec l’auteur. Il y a des paragraphes qui nous font rire mais d’autres nous serrent le cœur, confie-t-elle. Je trouve que vous êtes un papa très résilient et que votre enfant est chanceux d’avoir un papa comme vous".

Le roman "Robinson", lauréat du prix Victor-Rossel 2017. Photo : VOV/CVN

Résumé et extrait

Dans le roman, Robinson est un enfant autiste. Son père évoque avec délicatesse et humour l’expérience de sa paternité hors norme, où le quotidien (faire les courses, prendre le bain, se promener) devient une poésie épique, et le narrateur, un héros. Bien que leur monde semble si simple et qu’il tourne autour d’activités quotidiennes, il est en réalité une aventure chargée de difficultés, de défis et même de douleurs. À travers ce roman, les lecteurs peuvent sentir le talent de l’auteur, qui peut transformer les douleurs et les déceptions les plus grandes en une douce chanson portant sur la paternité.

Au lieu d’être un ouvrage lourd, Robinson est une histoire pure, drôle et pleine d’énergie. Le petit garçon Robinson, par ses cris de joies, prouve l’amour qu’il a pour son père qui, lui l’accepte totalement. Son père n’a jamais abandonné ni vu la vie en noir mais au contraire a toujours montré amour et affection pour son enfant.

"Robinson n’a aucun problème. Parfois, il s’ennuie, parfois il râle, parfois il a mal au ventre. Mais la plupart du temps, il est gai, harmonieux, bien dans son corps, content de ses occupations. Il n’a pas de problème. Mais il en est un. Dans le monde tel qu’il est et tel que de plus en plus il devient".

Robinson, c’est un chronique, une élégie, une comédie ou un roman d’aventure mais il n’est pas du tout un rapport sur l’autisme, car Laurent Demoulin utilise des mots divers et variés, il est professeur de littérature et également expert en langue. Ordre en désordre, désordre en harmonie, Robinson montre que la vie est telle qu’elle offre de la place pour toutes les différences de l’Homme.

Mai Quynh/CVN
 

Laurent Demoulin en bref

Né en 1966 à Liège en Belgique, professeur au collège, Laurent Demoulin a fait ensuite des recherches sur la littérature et travaille en même temps comme : poète, critique de littérature et professeur de littérature à l’Université de Liège. Ses mémoires de recherche traitent des œuvres de Jean-Philippe Toussaint et Francis Ponge. En outre, il est en charge du Centre de recherche et le Fonds Georges Simenon.
 

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Dào Xá, la patrie des luthiers

Nghê An, une région riche de spécialités culturelles et culinaires Les maisons sur pilotis se reflétant dans la rivière Giang, la culture locale et la riche cuisine des Thai attirent les touristes de passage dans la région montagneuse de l’ouest de la province de Nghê An.