27/12/2020 21:33
La cuisine vietnamienne présente des variations subtiles selon les régions et ses ingrédients sont réputés très frais. Pourtant, seulement une poignée de films sur la cuisine vietnamienne ont été produits ces dernières années.
>>Un documentaire vietnamien sur des travailleuses migrantes primé aux États-Unis
>>Des jeunes vietnamiens lèvent des fonds pour produire un film d'animation historique 

Une scène du film +Chàng dâng ca, nàng an hoa+ du réalisateur Phan Dang Di. Photo : Phuong Linh/CVN

La cuisine traditionnelle se transmet de génération en génération. Elle représente également une expression de l’identité culturelle. Il est donc particulièrement regrettable qu’il n’y ait pas eu beaucoup de films et d’émissions de télévision sur les cultures culinaires et la nourriture vietnamiennes, analyse le réalisateur Dung Nghê, qui a réussi à réaliser un film télévisé Ngu hoi tân hy sur le métier de fabrication de la sauce de poisson, le nuoc mam.

Il assure pouvoir compter le nombre de films sur la cuisine vietnamienne sur les doigts d’une main parmi des centaines de téléfilms et de long-métrages sortis en salles. Ces derniers temps, deux films sur la gastronomie ont été présentés au public : Vua banh mi (Roi de pain vietnamien) du réalisateur Nguyên Phuong Diên et Banh mi Ông Màu (Pain vietnamien fait par M. Màu) du réalisateur Minh Mum.

Le public avait pourtant été impressionné par certains films comme Mùi ngo gai (Parfum de coriandre) qui parlait du pho du Vietnam ou par la comédie d’action Kungfu Pho (Kung Fu Pho) qui faisait se joindre l’art martial et la présentation de la gastronomie vietnamienne.

En 2019, le réalisateur Phan Dang Di a réalisé le film Chàng dâng ca, nàng an hoa (Il sert du poisson, elle mange des fleurs) - une partie de la série d’anthologies alimentaires en huit parties de la chaîne HBO Asia, Food Lore, racontant des histoires liées à la culture culinaire de pays asiatiques dont la Malaisie, l’Indonésie, la Thaïlande, le Vietnam, l’Inde, le Japon ou les Philippines.

La cuisine a aussi été représentée dans certains films comme Cô Tham vê làng (Mme Tham retourne son village), Gao nêp gao te (Famille de Vuong) ou Ca rô anh yêu em (Ca rô, je t'aime)…

Toutefois, le réalisateur Dung Nghê a analysé que les producteurs de films n’ont pas encore produit de films intéressants concernant la cuisine vietnamienne de chaque région du pays. Par conséquent, il apparaît difficile pour de nombreuses personnes de connaître la quintessence de la gastronomie traditionnelle que leurs ancêtres ont transmis.

Récemment, la société d’exploitation cinématographique BHD a annoncé le recrutement d’acteurs et d’actrices pour le film Can bêp tinh yêu (La salle de cuisine d'amour) parlant d’amitié et d’amour, entrecoupé de scène sur les cultures culinaires dans le monde, en particulier sur la cuisine vietnamienne.

Valoriser la quintessence de la gastronomie 

La comédie d’action +Kungfu Pho+ qui faisait se joindre l’art martial et la présentation de la gastronomie vietnamienne. Photo : Phuong Linh/CVN

Les producteurs de films ont déclaré qu’il était difficile de faire des films sur la cuisine. "Les caméramans doivent choisir une position pour avoir de bons angles et pour mettre en valeur la quintessence de la cuisine et, plus important encore, les cultures de différentes régions à travers la gastronomie", a partagé le réalisateur Phuong Diên. Il faut en plus former les acteurs à jouer de bons cuisiniers.

Avant de jouer dans le film Vua banh mi (Roi de pain vietnamien), les acteurs ont dû apprendre à faire du pain en l’espace d’une semaine pour maîtriser les étapes de base de la fabrication de ce pain.  Pour avoir des meilleures scènes lors du tournage du film Bêp hat (Singing kitchen), le chef cuisinier Ngô Thanh Hoà a été invité en tant que consultant pour aider les acteurs jouant les personnages principaux.

Les festins et les plats présentés dans le film étaient cuisinés par des artisans célèbres de la cuisine de la province centrale de Thua Thiên - Huê, a informé la directrice de la création du film Gai già lam chiêu (Les vieilles filles ont beaucoup de trucs).

Les dépenses sont ainsi l’un des obstacles les plus importants pour avoir de bons angles pour un festin ou un repas dans un film alors que seuls quelques producteurs étaient d’accord risquer 5 milliards de dôngs sur un film sur la cuisine vietnamienne, a révélé le réalisateur Namcito de Gai già lam chiêu.
 
Thuy Hà/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Bientôt l'ouverture de l’Année nationale du Tourisme 2021 La cérémonie d’ouverture de l’Année nationale du Tourisme 2021 aura lieu dans la soirée du 20 avril au site national spécial de l’ancienne capitale Hoa Lu, dans la commune de Truong Yên, district de Hoa Lu, province de Ninh Binh (Nord).