Agent orange/dioxine
L’Ordre du Travail de troisième classe à la VAVA

L'Association vietnamienne des victimes de l'agent orange/dioxine (VAVA) a organisé, mardi 28 décembre à Hanoï, un meeting à l’occasion des 60 ans de la catastrophe de l'agent orange/dioxine au Vietnam.

>>L'Association Belgique-Vietnam en solidarité avec les victimes vietnamiennes de la dioxine

>>"Nous voulons briser le silence sur les conséquences de l'agent orange au Vietnam"

>>Agir ensemble pour adoucir la douleur de l’agent orange

La vice-présidente Vo Thi Anh Xuân décerne, le 28 décembre à Hanoï, l’Ordre du Travail de 3e classe à la VAVA.
Photo : Tuân Duc/VNA/CVN

Au nom des dirigeants du Parti et de l'État, la vice-présidente Vo Thi Anh Xuân, première vice-présidente du Conseil central d'émulation et de récompense, a décerné l’Ordre du travail de troisième classe à la VAVA et à son président, le général de corps d’armée Nguyên Van Rinh.

La vice-présidente Vo Thi Anh Xuân a déclaré apprécier les efforts et la solidarité de la VAVA pour surmonter les difficultés et accomplir les tâches assignées par le Parti et l'État. Elle a demandé aux organes compétents et aux localités d'accorder plus d'attention aux soins et à l'aide aux victimes de l'agent orange, de se coordonner étroitement avec la VAVA afin de lutter avec persistance pour que la justice soit rendue aux victimes.

Meeting à l’occasion des 60 ans de la catastrophe de l'agent orange/dioxine au Vietnam, le 28 décembre à Hanoï.
Photo : Tuân Duc/VNA/CVN

Selon le président de la VAVA, Nguyên Van Rinh, entre 1961 et 1971, l'armée américaine a déversé 80 millions de litres de défoliants au Vietnam, lesquels contenaient près de 400 kg de dioxine, à près d’un quart de la superficie du Sud du Vietnam, causant des conséquences graves et à long terme pour l'environnement, les écosystèmes et la santé humaine.

Le pays compte plus de 4,8 millions de personnes directement exposées au défoliant, dont 3 millions en subissent encore les séquelles. La guerre a fini, mais les conséquences de l'agent orange/dioxine et sa douleur sont toujours présentes et durables. Ses séquelles persistent sur de nombreuses générations.


VNA/CVN