13/08/2021 23:19
Depuis l’apparition de la quatrième vague de COVID-19, les garde-frontières de la province de Soc Trang au Sud travaillent sans relâche pour prévenir tout risque épidémique depuis la zone frontalière. Ils sont aussi au chevet des populations dans le besoin.
>>Soutien en faveur des personnes impactées par le COVID-19
>>COVID-19 : les habitants du Centre solidaires avec les Saïgonnais

Des produits de première nécessité ont été distribués par les garde-frontières de la province de Soc Trang à des familles en difficulté.

Dès l’aube, des motos transportant du matériel de première nécessité à destination des personnes en difficulté ont quitté, le 27 juillet, le poste frontière de Vinh Châu (province de Soc Trang). Le colonel Ly Van Tiên, chargé des affaires politiques du poste frontalier de Vinh Châu, explique que depuis le mois de juin, ses équipes ont fait parvenir près de trois tonnes de riz et d’autres denrées alimentaires et produits aux population pour une valeur de plusieurs dizaines de millions de dôngs. "Tous ces produits sont destinés exclusivement aux personnes vivant dans les zone de quarantaine et à celles en situation extrêmement difficile", affirme ainsi le colonel.

Dans la matinée, ce sont 50 paquets, comprenant chacun 10 kg de riz et des boites de nouilles instantanées, qui ont été remis à chaque famille pauvre  par les garde-frontières. Thach Van Ni, vivant dans le hameau de Soài Côn, dans le 2e quartier du chef-lieu de Vinh Châu, a déclaré avec émotion : "Je vis tout seul, je suis vieux et je suis souvent malade. Depuis l’arrivée du COVID-19, ma vie est devenue encore plus difficile. J’ai perdu mon travail et personne ne m'embauche. Heureusement que je reçois des produits de première nécessité accordés par les gardes-frontières". 
Pour  Thach Thuy  Chanh Ti, vivant aussi dans le hameau de Soài Côn, les cadeaux des gardes-frontières sont extrêmement significatifs dans ce contexte actuel. "Merci les soldats, grâce à eux, nous pouvons rester à la maison et éviter de nous faire contaminer", partage Mme Chanh Ti.
 
Selon le colonel Lê Van Anh, commissaire politique adjoint des garde-frontières de la province de Soc Trang, l'épidémie de COVID-19 rend la vie des habitants locaux, notamment celle de l’ethnie Khmer, encore plus difficile. "Face à cette situation, l’organisation du Parti et le Commandant des garde-frontières provinciaux ont confié aux unités membres la tâche d’aider les locaux à surmonter les difficultés. En coopération avec les autorités locales,  nous venons vers eux pour qu’ils se puissent avoir des provisions en quantité suffisante pendant la durée de la pandémie", explique Lê Van Anh. 


Lutter contre les entrées et sorties illégales
 
La situation épidémique à Soc Trang s'avère compliquée ces derniers temps car
la province recense de nombreuses personnes travaillant comme ouvriers dans les zones épidémiques telles que Hô Chi Minh Ville, Binh Duong ou Dông Nai. Sans compter des entrées et sorties illégales par voie maritime.
 
Afin de sensibiliser les gens à se donner la main et à s'unir dans la prévention et le contrôle de COVID-19, toutes les unités relevant des garde-frontières de Soc Trang se coordonnent avec 11 communes, quartiers et villes qui se situent dans la zone frontalière maritime. Tous ensemble, il se rangent derrière le 
mouvement : "Participer aux activités de prévention et contrôle de l'épidémie de COVID-19 et lutter contre les entrées et sorties illégales". Ce sont ainsi plus de 5.000 familles qui se sont engagées dans cet activité. 

Dons des produits alimentaires dans une pagode khmère à Soc Trang. 

Spécifiquement, les gardes-frontières provinciaux agissent surtout auprès des propriétaires de véhicules et les pêcheurs afin que ceux-ci mettent en œuvre de manière stricte le principe des "3K" : ne pas effectuer des entrées et sorties illégales; ne pas faciliter les entrées et sorties illégales; ne pas transporter de personnes étant entré ou sorti illégalement.
 
Trân Van Xêp, vivant dans le hameau de Cang, chef-lieu de Trân Dê, s’est engagé dans ce mouvement : "Je respecterai strictement cette convention importante. J’ai aussi demandé aux membres de ma famille de ne transporter sous aucun prétexte des personnes entrant illégalement dans le pays. Lors de la détection d'un navire présentant des signes d'infraction, nous téléphonerons  immédiatement  aux garde-frontières pour que ces derniers puissent appliquer les mesures rapides, nécessaires et adéquates", dit Trân Van Xêp.


Bien contrôler la pandémie 

Selon le mot d’ordre "Aller dans toutes les ruelles, frapper à la porte de chaque famille", les groupes du poste frontalier collaborent étroitement avec le Front de la Patrie, les organisations de masse et les autorités communales pour impliquer le plus possible la population dans la prévention et la lutte contre la pandémie.
 
Grâce à ce travail coordonné, les locaux ont pris conscience du danger du COVID-19 ainsi que de l'urgence de respecter strictement la réglementation en matière de prévention et de contrôle de cette pandémie.
 
De nombreuses personnes ont ainsi informé les organismes compétents des cas d’infractions aux règles. Par exemple, dans la soirée du 11 juillet, les locaux ont détecté, au 2e quartier du chef-lieu de Vinh Châu, des gens rentrant de Hô Chi Minh-Ville. Les garde-frontières de Vinh Châu se sont coordonnés avec les autorités locales pour demander à ces personnes de faire des déclarations médicales. Immédiatement, les personnes ont été placées en isolement. Autre exemple, Ngô Sia, un habitant vivant dans le hameau de Prey Chop B, commune de Lai Hoa à Vinh Châu, a eu l'intention d’inviter ses proches afin de participer à un culte de grande envergure. Les gardes-frontières de Vinh Châu ont été informés de cela et, en coopération avec l'équipe locale de prévention et de contrôle de COVID-19, ont pu expliquer à temps le danger d’un rassemblement dans ce contexte actuel. La famille a reporté cette cérémonie, ayant compris les risques qu’ils faisaient encourir à leur communauté.
 
Les actions mises en place par les gardes-frontières de la province de Soc Trang contribuent largement à la lutte contre le COVID-19 dans leur province. Grâce à eux, la pandémie est mieux contrôlé et la souveraineté nationale est garantie. 
 
Texte et photos : Phuong Mai - Trung Hiêu/CVN
 

* Article publié dans le cadre de la mise en œuvre de l'arrêté gouvernemental  N°84 daté du 29 mai 2020 sur les mesures à remédier aux difficultés dans la production et les affaires commerciales, à doper le déblocage des investissements publics et à assurer la sécurité sociale dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Expérience de voyage en ligne, une nouvelle orientation pour le tourisme de Hà Giang Face aux impacts négatifs de l'épidémie de COVID-19, la province septentrionale de Hà Giang profite des plateformes numériques pour promouvoir son secteur touristique.