Le Vietnam souhaite coopérer avec l’Allemagne sur l’agriculture et l’innovation

Le ministre du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung, a évoqué avec les autorités allemandes, lors de sa visite de travail du 23 au 25 février en Allemagne, les avantages et les difficultés de l’agriculture vietnamienne. Il a appelé le soutien allemand pour ce secteur.

>> Le Vietnam au plus grand salon professionnel des produits bio au monde

>> Le changement climatique met en danger la culture du café au Vietnam

>> Plus de 7 millions d'euros pour aider les agriculteurs à produire du riz et des mangues bio

Signature d'un cadre de coopération entre le Département de développement des entreprises du ministère vietnamien du Plan et de l’Investissement et l'Union agricole allemande.  
 Photo : VNA/CVN

Travaillant avec la directrice exécutive de l’Union agricole allemande, Alina Grumpert, le ministre Nguyên Chi Dung a déclaré que le secteur agricole vietnamien s’est profondément intégré à l’économie régionale et mondiale, avec cinq produits phares que sont produits aquatiques, légumes, noix de cajou, riz et café, dont l’exportation de légumes et de fruits a affiché une croissance annuelle de 28% sur la période 2015-2021.

Bien que le secteur agricole soit considéré comme un pilier de l’économie vietnamienne, contribuant à environ 14,85% du PIB et créant plus 18,8 millions d’emplois en 2020, la proportion des investissements dans le secteur agricole restait très modeste, allant de 5,6% en 2015 à 6,3% en 2020. Les capitaux engagés dans ce secteur ne représentaient que 0,96% du stock des investissements directs étrangers.

Les bénéfices du processus d’intégration laissaient à désirer, comment en témoignait le fait que les produits agricoles vietnamiens demeuraient encore en bas de la chaîne de valeur mondiale et que jusqu’à 70 à 85% des produits agricoles vietnamiens sont exportés à l’état brut ou semi-traité, à faible valeur ajoutée.

Partageant les difficultés du Vietnam, Alina Grumpert a déclaré que dans le contexte où les produits agricoles vietnamiens doivent faire face à une concurrence féroce, il est nécessaire d’améliorer l’ensemble de la chaîne de valeur, au lieu de se concentrer uniquement sur les engrais, les aliments pour animaux, la transformation, le stockage ou la récolte.

Selon elle, l’Allemagne dispose d’une agriculture forte. Bien que seulement 2 à 3% de la population allemande travaille dans ce secteur, la majeure partie de la superficie de l’Allemagne est utilisée pour l’agriculture. La chaîne de valeur agricole allemande solide a rendu l’économie allemande résiliente.

Pour sa part, le directeur des technologies de l’information de BayWa, l’une des plus grandes sociétés allemandes de commerce, de logistique et de services pour les secteurs de l’agriculture et de l’énergie, Tobias Fausch, a indiqué que l’Accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA), effectif en août 2020, offrira des opportunités spéciales pour renforcer les relations commerciales entre le Vietnam et les pays membres de l’UE, en particulier l’Allemagne.

Il a recommandé de trouver des modèles de développement économique socio-environnemental adaptés à l’agriculture. Ce processus doit être soutenu par des progrès scientifiques et techniques tels que la mécanisation, la transformation numérique, la production intelligente, l’agriculture verte et l’économie circulaire, estimant que le développement des modèles de chaîne en est la meilleure solution.

L’Union agricole allemande et les entreprises allemandes ont exprimé leur soutien et leur engagement à continuer de soutenir les entreprises agricoles vietnamiennes. La partie allemande se coordonnera pour organiser des visites des entreprises agricoles vietnamiennes en Allemande, destinées à se renseigner sur le modèle de conversion et l’application des technologies dans l’agriculture.

Dans le cadre de sa visite, le ministre Nguyên Chi Dung s’est rendu au parc de haute technologie Adlershof à Berlin, et a travaillé avec le ministre et chef du bureau du gouvernement de l’Etat de Saxe, Oliver Schenk, pour discuter de la réponse aux besoins en main-d’œuvre qualifiée, de la coopération dans les industries des semi-conducteurs et de la haute technologie et de la transformation économique vers le développement durable.

VNA/CVN

back to top