16/01/2022 11:20
Que ce soit au Vietnam ou ailleurs sur la planète, la crise sanitaire perturbe le sport professionnel. Les instances sportives nationales devront redoubler d'efforts et réagir de manière flexible pour obtenir le meilleur résultat possible lors de grands événements internationaux de 2022.
>>Une stratégie à long terme axée sur la performance
>>Vers un nouveau départ du sport vietnamien

À cause de la crise sanitaire, les footballeurs ont dû s’entraîner selon le modèle de "bulle fermée".
Photo : CTV/CVN

Le COVID-19 bouleverse de nombreux secteurs d’activités et le sport n’y échappe pas. Beaucoup de compétitions nationales ont été reportées ou annulées pour prévenir tout développement de l’épidémie. Pour la première fois de son histoire, la ligue de football professionnelle a décidé de ne pas terminer le Championnat national de première division (V-League). Et ce n’est qu’en décembre 2021 que quelques tournois ont repris, notamment les Championnats nationaux d’athlétisme qui se sont tenus au stade de My Dinh à Hanoï.

La crise sanitaire a provoqué des restrictions en termes de mobilité des populations, et bien souvent, les sportifs n’ont pas pu aller à l’étranger pour s’entraîner et concourir. Cela a affecté grandement leurs performances et le développement des jeunes talents, qui ont besoin d’être constamment mis au défi pour améliorer leur niveau.

Un seul mot d’ordre : s’adapter

Aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, la délégation vietnamienne est rentrée au pays les mains vide. Elle s’est classée derrière plusieurs pays d’Asie du Sud-Est comme la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie et les Philippines.

"L’annulation des stages à l’étranger et les compétitions internationales ont eu des effets négatifs sur la psychologie des sportifs. Dans les premiers temps, nous ne pensions pas que la pandémie allait durer si longtemps. Maintenant, tout le monde doit apprendre à s’adapter", a souligné Truong Minh Sang, entraîneur de la sélection nationale de la gymnastique artistique.   

L’athlétisme national se prépare à marquer les SEA Games 31.
Photo : VNA/CVN

Tout au long de l’année 2021, le football a été l’un des rares points lumineux du sport national. L’équipe nationale a brillé, en se qualifiant pour le 3e tour du tournoi éliminatoire de la zone Asie pour la Coupe du monde de 2022 au Qatar. Les footballeurs ont dû s’entraîner selon le modèle de "bulle fermée", c’est-à-dire que leurs contacts avec l’extérieur étaient limités au maximum. Tous les trois jours, ils étaient en plus soumis à des tests PCR. Auparavant, après des rassemblements de courte durée, les joueurs avaient souvent la possibilité de rendre visite à leurs familles. Mais en raison du respect du modèle de prévention de la pandémie, certains ont dû attendre deux ou trois mois avant de pouvoir rentrer chez eux.

"La mise en place du modèle de bulle fermée a vraiment été déstabilisante. Mais nous avons appris à nous adapter pour l’intérêt de l’équipe", a insisté un membre du staff de l’équipe nationale.

La manière dont l’équipe s’est adaptée à cette nouvelle configuration, sans même parler de sa première qualification pour le 3e tour du tournoi éliminatoire de la zone Asie pour la Coupe du monde, est un exemple qui pourrait à l’avenir être répliqué au sein d’autres disciplines.

L’année 2022 sera bien chargée au niveau sportif pour le Vietnam puisque le pays accueillera les 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31). C’est cette année aussi que se tiendra la 19e édition des Jeux asiatiques, à Hangzhou, en Chine, du 10 au 25 septembre 2022.

Ces compétitions demanderont aux représentants du pays et plus généralement à tout le secteur sportif de grands efforts pour réaliser de belles performances dans un contexte sanitaire toujours instable.

Préparation et entraînement

Les sportifs prometteurs auront l’opportunité de faire des stages à l’étranger.
Photo : CTV/CVN

"Tirant les leçons de l’expérience de 2021, nous devons appliquer des politiques spécifiques visant à faciliter le processus d’entraînement et de compétition. Les experts espèrent que la réouverture des lignes aériennes internationales facilitera la préparation des sportifs", a déclaré Lê Thi Hoàng Yên, chef adjointe du Département général de l’éducation physique et des sports.

"En tant que pays hôte des 31es SEA Games, nous devons assurer au maximum la santé et la sécurité des sportifs, des volontaires et des spectateurs", a-t-elle ajouté.

D’ici la tenue de ces grands événements, le Département général de l’éducation physique et des sports continuera de créer des conditions optimales pour aider les sportifs à exprimer pleinement leur potentiel. Il les enverra le plus possible participer aux grandes compétitions internationales pour accumuler de l’expérience. Les sportifs prometteurs auront aussi l’opportunité de faire des stages à l’étranger pour profiter d’un encadrement professionnel de haut niveau et pour se frotter aux meilleurs de leur discipline.

"Nous avons augmenté la somme octroyée aux meilleurs sportifs pour leurs repas et entraînements. L’objectif est que chacun puisse suivre un régime nutritionnel en fonction de ses besoins", a-t-elle souligné.

La stratégie est en place. Espérons qu’avec des mesures stratégiques et synchronisées, le sport vietnamien marquera de son empreinte les prochaines grandes échéances internationales, à commencer par les SEA Games 31 et les ASIAD 19.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous au Centre de la quintessence du village artisanal vietnamien

Les touristes sud-coréens et américains plébiscitent le Vietnam En avril, 101.000 touristes étrangers se sont rendus au Vietnam, soit une hausse spectaculaire de 242,9 % sur un mois et de 520,6 % en glissement annuel.