24/04/2021 19:28
Le Vietnam et le Japon ont signé, vendredi 23 avril à Hanoï, une note diplomatique concernant des aides non remboursables japonaises pour deux projets liés à l’océanographie et à la recherche et l’analyse des déchets rejetés dans les eaux.
>>Océanographie : un symposium scientifique international à Nha Trang
>>Près d’un siècle de recherches sur Hoàng Sa et Truong Sa

Vue de la cérémonie de signature de la note diplomatique le 23 avril à Hanoï.

Photo : VietnamPlus/CVN

Les projets "Réception d’un navire de recherche marine" et "Soutien aux équipements de surveillance et d’analyse des déchets plastiques marins" ont été scellés par le ministre vietnamien des Ressources naturelles et de l’Environnement, Trân Hông Hà, et l’ambassadeur du Japon au Vietnam, Takio Yamada.

Le ministère vietnamien s’est engagé à utiliser de manière efficace le navire et les équipements fournis par le Japon pour résoudre les défis auxquels se trouve confronté le Vietnam dans la gestion des ressources marines et la protection de l’environnement marin.

Ces projets qui contribuent à améliorer la qualité des recherches scientifiques en mer, témoignent de la coopération étroite et efficace entre les organismes spécialisés des deux pays dans la matérialisation des engagements des hauts dirigeants vietnamiens et japonais, s’est félicité le ministre Trân Hông Hà.

De son côté, l’ambassadeur japonais a souhaité que ces deux non-projets d’aide non remboursable permette d’améliorer les capacités vietnamiennes dans la surveillance, la recherches et la mise en œuvre des enquêtes de base liées au milieu marin et aux ressources marines, contribuant à la mise en œuvre de la Stratégie de développement durable de l’économie maritime du Vietnam jusqu’en 2030 avec une vision à l’horiwon 2045.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.