27/11/2020 11:50
L'investissement des entreprises japonaises au Vietnam devrait augmenter fortement lorsque la fermeture des frontières sera levée.
>>Tendance "Vietnam + 1" des investisseurs japonais
>>Le Vietnam tient en haute estime son partenariat avec le Japon
>>Binh Duong, destination attrayante pour les entreprises japonaises

Dans l'usine de Canon au Vietnam.
Photo : Danh Lam/VNA/CVN

Lors du forum M&A Vietnam 2020 récemment organisé à Hô Chi Minh-Ville, M. Masataka Sam Yoshida, directeur mondial des services de fusions et acquisitions transnationales, RECOF Corporation-première société de services de conseil en fusion et d'acquisition (M&A) au Japon, a déclaré que les sociétés japonaises débarqueront en masse au Vietnam  dans la période post-COVID-19.

Selon Masataka Sam Yoshida, la première base pour promouvoir la vague d'investissement au Vietnam est que les entreprises japonaises ont besoin de nouveaux marchés pour se développer car la plupart des secteurs au Japon sont saturés. Près d'un tiers de la population a plus de 65 ans, ce qui fait que l'âge moyen des Japonais est de 48,4 ans, soit près de 20 ans de plus que les Vietnamiens. Et la population diminue d'environ 276.000 habitants par an.

Le deuxième facteur est la stratégie de croissance M&A soutenue par l'abondante monnaie au Japon accumulée au cours de ces 20 dernières années, plus de 2.345 milliards d’USD, existant sous  forme de dépôts bancaires à 0% de taux d'intérêt. Avec la pression de réinvestir ce montant, l'année 2019 a enregistré un record avec plus de 4.000 transactions dans tous les types de fusions-acquisitions.

Sur la base du nombre de transactions à fin octobre 2020, le Vietnam est la 5e destination au monde du Japon en termes de nombre de transactions (21 transactions). En particulier, compte tenu du taux de croissance récent des transactions de M&A entre le Vietnam et le Japon, le Vietnam pourrait commencer à concurrencer le Royaume-Uni qui est au 2e rang.

Masataka Sam Yoshida a expliqué plus en détail qu'il y a environ 5.500 entreprises japonaises en Thaïlande, il est donc trop tard pour s'y implanter. En ce qui concerne le Myanmar, il n'y a  moins de 400 entreprises japonaises et les investisseurs japonais  doivent encore attendre pour envisager le moment opportun.

Quelque 2.000 sociétés japonaises 

Pendant ce temps, le Vietnam compte environ 2.000 entreprises japonaises, et le pays classé dans le groupe des destinations sûres et potentielles. Par conséquent, lorsque la fermeture des frontières au Vietnam sera levée, une grande vague d'entreprises japonaises en attente de mener des procédures d'investissement émergera fortement.

Selon les données de RECOF, en 2019, le Japon a effectué 826 transactions de fusions et acquisitions à l'étranger, soit une augmentation de plus de 6% par rapport à l'année précédente. Le chiffre sur les 10 premiers mois de 2020 est de 466 transactions, soit une baisse de 32% par rapport à la même période sous l'impact de la pandémie COVID-19.

Dans la région de l'ASEAN, Singapour est en tête en termes de transactions et de valeur sur la période 2017-2019. À noter que si en 2017, le Vietnam se situait en dehors du top 5 des destinations des investisseurs japonais au sein de l’ASEAN, en 2019, il est passé à la troisième position en valeur avec 389 millions d’USD et 33 transactions, après Singapour et l'Indonésie.

Au cours des 10 premiers mois de 2020, avec 21 transactions et 282 millions d’USD, le Vietnam a dépassé l'Indonésie, pour se classer 2e en termes de ventes et de valeur, après Singapour (2 milliards d’USD). "L'intérêt des investisseurs japonais pour le Vietnam est immense, et ce même pendant la pandémie. Le ralentissement des investissements n'est qu'une question de temps et le marché des fusions- acquisitions sera à nouveau actif lorsque les mesures d'isolement seront levées", a déclaré Masataka Sam Yoshida.

CPV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

La Russie lève les restrictions de voyage pour le Vietnam, la Finlande, le Qatar et l’Inde Le Premier ministre russe Mikhaïl Vladimirovitch Michoustine a signé le 25 janvier un décret selon lequel la Russie lève les restrictions à l’entrée sur son sol pour les citoyens de la Finlande, du Vietnam, de l’Inde et du Qatar à partir du 27 janvier.