20/06/2021 07:03
Après trois mois d’essais cliniques de la 2e phase du vaccin Nano Covax, la quantité d’anticorps contre le coronavirus de tous les volontaires a augmenté. Le signe pour les chercheurs vietnamiens qu’il est temps de passer à la 3e et dernière étape avant la mise sur le marché.
>>Le Vietnam vise les transferts de technologie des vaccins anti-COVID-19
>>Essai de la phase 3 du vaccin Nano Covax sur les 240 premiers volontaires
>>Lancer l’essai de la phase 3 du vaccin Nano Covax
>>Vaccin "made in Vietnam" : des signaux optimistes

Injection du vaccin Nano Covax de la 2e phase à un volontaire.

Minh Quyêt/VNA/CVN

Nano Covax est le premier vaccin anti-COVID-19 du Vietnam expérimenté sur l’homme. Développé par la Société de biotechnologies pharmaceutiques Nanogen, ce vaccin repose sur la technologie à base de protéine recombinante qui diffère des vaccins inactivés et de ceux vivants atténués, développés par certains établissements de recherche.

Ses essais cliniques sur l’humain sont divisés en trois phases. Les deux premières visent à évaluer la production d’anticorps, la dernière permettra de vérifier si le vaccin empêche réellement les gens de tomber malade.

Après trois mois d’essais cliniques de la 2e phase, lancée  le 26 février dernier, la quantité  d’anticorps contre le coronavirus de tous les volontaires a augmenté.

Innocuité et efficacité du Nano Covax

D.N.D, 45 ans, domiciliée dans le quartier de Hoàng Liêt, arrondissement de Hoàng Mai, à Hanoï, est l’une des 554 volontaires de la 2phase d’essais cliniques. Après avoir pris connaissance de ce programme au début de 2021, elle et deux autres membres de sa famille ont décidé de s’y inscrire.

Avant de participer effectivement au projet de recherche clinique, ils ont bénéficié d’un examen médical préalable. Mme D. a informé qu’après avoir été vaccinée, elle a eu mal au point d’injection et était fatiguée mais sans fièvre. Après trois jours, ces symptômes ont disparu.

Après la 2e injection, elle a bénéficié d’un examen médical chaque semaine. Actuellement, sa santé est bonne. "Je souhaite apporter ma part à la prévention et la lutte contre cette pandémie", a partagé la volontaire. N.V.N, 34 ans, un autre volontaire, originaire de l’arrondissement de Tây Hô, à Hanoï, a fait savoir qu’avant de participer à ce programme d’essais, il avait étudié soigneusement les informations, en particulier les effets secondaires possibles après la vaccination. "Je crois fermement à la médecine nationale et aussi aux compétences des médecins et des infirmiers vietnamiens, donc je n’ai pas hésité. C’est ma contribution pour faire reculer l’épidémie", a-t-il dit.

Selon le Pr. agrégé - Dr. Hô Anh Son, directeur adjoint de l’Institut de recherche médicale et pharmaceutique militaire (Académie de médecine militaire), la 2e phase d’essais du vaccin Nano Covax est presque terminée. Les volontaires continueront d’être surveillés pendant six mois, à compter de la première injection.

Pour vérifier l’efficacité et l’innocuité du vaccin, les règlements  du processus d’essais cliniques doivent être bien respectés. Concrètement, après l’injection, les volontaires sont observés sur place pendant la première heure. Chez eux, ils doivent noter dans un journal de suivi des informations sur leur état de santé quotidien et l’apporter lors des consultations médicales.

Les premiers jours après la vaccination, l’équipe médicale a toujours des contacts avec les volontaires. Après la deuxième dose, les volontaires ont subi, une fois par semaine, un examen médical (prise de sang, mesure de la pression artérielle...) pour mesurer la quantité d’anticorps et seront suivis pendant six mois.

Évaluant l’efficacité protectrice et  l’innocuité du Nano Covax par rapport aux autres vaccins actuellement autorisés, Hô Anh Son a estimé que les meilleurs vaccins contre le COVID-19 avaient une efficacité de production d’anticorps de plus de 90%, alors que d’autres n’atteignaient qu’environ 60% - 70%. Pour ce vaccin vietnamien, tous les volontaires ont produit des anticorps. 

"La quantité d’anticorps contre le virus SARS-CoV-2 a augmenté chez tous les volontaires. Leur santé est bonne. Aucun n’a nécessité une intervention d’urgence. C’est un très bon signe et une nouvelle extrêmement encourageante. Jusqu’à présent, le Nano Covax est à la fois sûr  et efficace", a souligné le Professeur Hô Anh Son.

Environ 13.000 volontaires pour la 3e phase

La recherche vaccinale COVID-19 de la Société de biotechnologies pharmaceutiques Nanogen commence à porter ses fruits.

Minh Quyêt/VNA/CVN

D’après le directeur adjoint de l’Institut de recherche médicale et pharmaceutique militaire Hô Anh Son, la 3e phase d’essais doit être effectuée ce mois-ci avec la participation de 13.000 volontaires. L’Académie de médecine militaire a mobilisé de nombreux médecins, techniciens, étudiants... pour que cette phase puisse être déployée dans dix provinces et villes du pays. Les critères de recrutement des volontaires seront donc plus assouplis en raison de l’innocuité du Nano Covax enregistrée lors des deux premières phases. Les participants doivent être âgés de 18 à 75 ans. Une numération globulaire ainsi que la recherche d’anticorps contre le virus SARS-CoV-2 seront effectuées. "Ceux déjà exposés au coronavirus ou disposant d’anticorps seront éliminés", a insisté Hô Anh Son.

Actuellement, en dehors de la société Nanogen, le Vietnam comptabilise  trois autres établissement de recherche et de production de vaccins que sont l’Institut des vaccins et  produits biologiques médicaux (IVAC), la Sarl des vaccins et   produits biologiques médicaux N°1 Vabiotech, le Centre de recherche et de production de vaccins et   produits biologiques POLYVAC). Après le Nano Covax de  Nanogen, les deux autres de l’IVAC et de  Vabiotech seront testés  cette année. Des tests sur les animaux sont actuellement menés pour évaluer leur innocuité et leur immunité.
 
Huong Linh/CVN

* Article publié dans le cadre de la mise en œuvre de l'arrêté gouvernemental  N°84 daté du 29 mai 2020 sur les mesures à remédier aux difficultés dans la production et les affaires commerciales, à doper le déblocage des investissements publics et à assurer la sécurité sociale dans le contexte de la pandémie de COVID-19.



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Un symbole de Hanoï sous le ciel du Sud Qui dit chùa Môt Côt (pagode au pilier unique) dit Hanoï. Néanmoins, il en existe à Hô Chi Minh-Ville une autre, de même forme et de même taille. Un témoin de l’attachement des gens du Sud envers la capitale millénaire.