24/04/2022 08:40
Fleuriste renommée et formatrice d’art floral, Lê Thi Luong est une artiste accomplie. Elle participe à construire une société meilleure. Bien que le COVID-19 ait provoqué de nombreux obstacles, son envie de propager l’amour se poursuit.
>>L’artisanat des tuiles yin-yang à Quynh Son
>>Un artisanat en or se perpétue à Quang Ninh
>>Huong Thuy fait fleurir la terre à sa manière

Mme Luong (2e à droite) enseigne l’arrangement floral. Photo : LTL/CVN

Je connais Mme Luong à travers les histoires que ma mère racontait sur les personnes inspirantes qui l’entouraient. En parlant directement avec elle, j’ai trouvé, derrière le glamour d’une personne qui avait reçu trois records de Guiness Book en composition florale, une femme gentille, énergique et modeste.

Des mains dédiées à l’art floral

Lê Thi Luong est issue d’une famille d’horticulteurs dans le village de Nghi Tàm, à Hanoï. La pauvreté ne l’a pas empêchée de se passionner pour l’art floral. Chaque fois qu’elle passait devant de grands étals de fleurs, elle souhaitait toujours être fleuriste.

Grâce à sa persévérance, à son talent et à ses nombreuses années de travail, Mme Luong est devenue une décoratrice florale et a obtenu certains succès. Cela fait aujourd’hui 20 ans que l’artisane s’est lancée dans cette affaire. Elle souhaite toujours porter sa carrière à un niveau supérieur : "Je créerai un nouveau mouvement d’arrangement floral qui n’existe qu’au Vietnam. J’utiliserai des fleurs à la place des mots adressés aux femmes vietnamiennes et, en même temps, je les honorerai pour leurs accomplissements dans la vie", partage-t-elle.

Lê Thi Luong dans sa robe de mariée à fleurs. Photo : TP/CVN

Issue d’un milieu modeste, Mme Luong comprend la souffrance des chômeurs. "Je me reconnais dans leur situation", se souvient-elle. Ne s’arrêtant pas aux ventes de fleurs, elle enseigne également aux autres la composition florale. Elle a ouvert des classes gratuites pour de nombreux enfants souffrant de troubles cognitifs ou comportementaux. Elle apprend non seulement à ses élèves à prendre soin, à conserver et à arranger les fleurs, mais apporte également de l’amour et des soins compensatoires à leurs familles lointaines. Après 20 ans de travail comme formatrice, elle a aidé des centaines de personnes à trouver un emploi stable. 

Mme Luong a ouvert des cours d’été dans des temples pour aider les moines à tisser des liens avec les habitants de la région. Ils organisent ensemble des formations sur les compétences transversales, permettant aux jeunes de développer leurs capacités et de mieux comprendre la piété filiale envers leurs parents. Ce collectif crée un milieu de vie sécurisant et convivial pour les assister à cultiver la persévérance, l’autonomie, l’amour pour les autres et à avoir la possibilité d’être au plus près de l’environnement naturel. Selon elle, il est évident que l’école n’est pas, à elle seule, capable de transmettre aux jeunes toutes les connaissances et valeurs dont ils ont besoin pour s’intégrer dans la société.

Des repas solidaires pour les plus démunis

Une œuvre florale de Lê Thi Luong. Photo : CTV/CVN
En raison de l’épidémie, la vente des fleurs a été durement touchée. Mettant de côté pour un temps l’amour des fleurs, Mme Luong a décidé de s’engager activement dans la lutte contre le COVID-19. "Les gens se concentrent maintenant sur une alimentation saine pour être en bonne santé, alors la +beauté+ est laissée derrière. Mais c’est aussi une chance pour réfléchir sur moi-même et réaliser tous les projets de bénévolat que je nourris depuis longtemps", confie-t-elle.

Lorsque la pandémie s’est aggravée, Mme Luong a mis en relation des donateurs avec des personnes en difficulté. Avec de nombreuses autres femmes vietnamiennes, elle a également apporté une petite contribution à la prévention de la propagation du COVID-19 et a été un "arrière" solide pour aider les "soldats du front" à lutter avec confiance contre l’épidémie.

Normalement, elle est occupée à la floriculture. Et le fait qu’elle continue toujours à charger des camionnettes qui transportent de la nourriture vers le Sud en pleine épidémie me touche. Faisant à la fois de petits gestes sans craindre les grands actes, elle devient progressivement une source d’inspiration pour de nombreuses femmes vietnamiennes. Cette fleuriste passionnée vit comme une fleur de lis - sa fleur préférée - qui dégage le parfum de la vie.
 
Minh Phuong - Hà Phuong - Quynh Ly/CVN
(Concours "Jeunes Reporters Francophones 2021")


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Dào Xá, la patrie des luthiers

Nghê An, une région riche de spécialités culturelles et culinaires Les maisons sur pilotis se reflétant dans la rivière Giang, la culture locale et la riche cuisine des Thai attirent les touristes de passage dans la région montagneuse de l’ouest de la province de Nghê An.