Le COVID-19 accroît le risque de caillots sanguins jusque six mois après l'infection

Le COVID-19 accroît le risque de développer des caillots sanguins graves jusque six mois après l'infection, montre une étude publiée jeudi 7 avril dans le British medical Journal (BMJ).

>>Des milliers de personnes souffrent de séquelles post- COVID

>>Une autre mauvaise surprise du COVID-19 : des caillots de sang

Soins intensifs d'un patient du COVID-19.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'étude suédoise révèle un risque accru de thrombose veineuse profonde (un caillot sanguin dans la jambe) jusqu'à trois mois après l'infection au COVID-19, d'embolie pulmonaire (un caillot de sang dans les poumons) jusqu'à six mois après et d'un événement hémorragique jusqu'à deux mois après.

Ce risque est plus élevé chez les patients atteints de comorbidités et ceux atteints d'un COVID-19 sévère. Il était plus marqué pendant la première vague pandémique par rapport aux deuxième et troisième vagues, souligne aussi l'étude.

On savait déjà que le COVID-19 augmente le risque de caillots sanguins graves (connus sous le nom de thrombose veineuse), mais on avait moins d'informations sur la durée pendant laquelle ce risque était accru et s'il a varié pendant les différentes vagues épidémiques.

Pour mener leur étude, les chercheurs ont identifié plus d'un million de personnes en Suède ayant été infectées par le SARS-CoV-2 entre le 1er février 2020 et le 25 mai 2021, appariées par âge, sexe et lieu de résidence à plus de quatre millions de personnes qui n'avaient pas eu de résultat positif au COVID-19.

Ils ont ensuite calculé les taux de thrombose veineuse profonde, d'embolie pulmonaire et de saignement chez les personnes ayant eu le COVID-19 au cours d'une période de contrôle et ont fait des comparaisons avec un groupe témoin.


APS/VNA/CVN

back to top