19/01/2019 15:07
La majorité des grandes bases militaires américaines sont menacées par les effets du changement climatique, selon un rapport du Pentagone publié vendredi 18 janvier et aussitôt critiqué pour son manque de précision et l'absence de projets pour y remédier.

>>Climat: le monde appelé à ne "pas trahir" les générations futures
>>Les États-Unis étudient l'ouverture d'une base militaire permanente en Pologne

Une base militaire américaine en Turquie. Photo: AFP/VNA/CVN

"Les deux tiers des 79 infrastructures examinées dans ce rapport sont vulnérables à des inondations récurrentes actuellement ou à l'avenir, et plus de la moitié sont vulnérables à des périodes de sécheresse actuellement ou à l'avenir", indique ce rapport commandé par le Congrès pour améliorer le degré de préparation des forces armées face au changement climatique.

D'autres installations militaires font face à des risques d'incendies de forêt ou de fonte du permafrost, ajoute ce document de 22 pages, qui évalue à une vingtaine d'années le délai pour que les menaces futures se concrétisent. Le Pentagone ne prévoit cependant aucun financement particulier pour répondre à ces menaces qui sont, selon le document, déjà pris en compte dans le budget actuel du ministère de la Défense.

"Il y a beaucoup de choses qui manquent" dans ce rapport, a souligné John Conger, directeur du Centre pour le climat et la sécurité, qui regroupe des experts de l'environnement et d'anciens responsables militaires. Le Congrès avait chargé le Pentagone de désigner les dix infrastructures militaires les plus menacées par le changement climatique.

Or ce rapport fournit une liste de 79 bases et installations par ordre alphabétique et "on ne sait comment, oublie le corps des Marines", a-t-il ajouté dans un communiqué. "En outre, il omet sans explication la base aérienne de Tyndall et celle de Camp Lejeune, confrontées toutes les deux à des milliards de dollars de travaux après les récents évènements météorologiques extrêmes liés au changement climatique", a-t-il conclu.

La base des Marines de Camp Lejeune, en Caroline du Nord, a été dévastée par l'ouragan Florence en septembre 2018 et le coût des réparations est évalué à 3,6 milliards de dollars.

En Floride, la base aérienne de Tyndall, qui abrite des avions de chasse furtifs F-22 Raptors réputés pour leur coût unitaire faramineux, a été ravagée par l'ouragan Michael en octobre de la même année et les réparations sont estimées à 5 milliards de dollars. Climato-sceptique notoire, le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord de Paris sur le climat et a allégé les réglementations environnementales américaines.

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune