06/03/2021 20:18
L'Assemblée nationale du Cambodge a approuvé vendredi 5 mars un projet de loi sur les mesures visant à prévenir la propagation du COVID-19 et d'autres maladies hautement contagieuses, qui énonce clairement des sanctions financières et des peines de prison pour les contrevenants.
>>Le Cambodge signale 65 nouvelles infections au COVID-19
>>Situation épidémique au Cambodge, en Malaisie et en Indonésie

Plusieurs sites de Sihanoukville ont été bloqués pour empêcher la propagation du COVID-19.
Photo : Trân Long/VNA/CVN

Le législateur principal Lork Kheng a déclaré qu'en vertu de la nouvelle loi, les personnes évadées de quarantaine, qui conduisent à la propagation du COVID-19 à d'autres, seront passibles de six mois à trois ans de prison et d'une amende de 2.500 USD.

Un patient atteint de COVID-19 fuyant un établissement de traitement désigné sera emprisonné d'un à cinq ans et passible d'une amende de 5.000 USD. La peine de prison sera portée à 10 ans si l'acte conduit à la propagation du COVID-19 à d'autres.

Quelqu'un propage intentionnellement le COVID-19 à d'autres sera passible d'un emprisonnement de cinq à dix ans, et les peines de prison seront augmentées de dix à 20 ans si l'acte est organisé par un groupe ou un syndicat.

Le ministre cambodgien de la Santé, Mam Bunheng, a déclaré que le projet de loi était conçu pour lutter contre le COVID-19 et pour contribuer à minimiser l'impact de la pandémie sur les secteurs sociaux et économiques du Royaume.

Jusqu'au 5 mars, le Cambodge a enregistré 932 cas de contamination au coronavirus et aucun décès. 
VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang coopèrent dans le tourisme Trois provinces de Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang (Nord) s’engagent à accélérer leur coopération interprovinciale pour développer le tourisme, en particulier le tourisme spirituel avec comme principal atout : le complexe paysager de Yên Tu.