26/07/2020 08:36
Dominique de Miscault visite le Vietnam depuis tant et tant d’années. Elle ne compte plus les heures qu’elle a passées à photographier des scènes insolites au bord de la mer, notamment à Huê (Centre) ou encore à Côn Dao de la province de Bà Ria-Vung Tàu (Sud). 
>>La route aux kouffas de Quang Nam en pleine rénovation
>>La route aux kouffas décorés à Quang Nam

Ramendage des filets de pêche. 

Dominique de Miscault nous offre cette semaine des souvenirs inoubliables de plages tranquilles où des pêcheurs s’activent autour de drôles de bateaux. Peut-on d’ailleurs parler de bateau ? Ce thuyên thung, en vietnamien, est une embarcation circulaire en bambou tressé calfaté très utilisée au Vietnam, en particulier comme annexe sur les bateaux de pêche.

Deux éléments ont conditionné la conception de ce bateau, souvent appelé "kouffa" en français : les dégâts occasionnés par les tarets, des mollusques qui s’attaquent au bois dans les mers tropicales ; et la nature même des côtes vietnamiennes. En effet, celles-ci sont constituées d’estuaires sur lesquels il est dangereux de tosser. Sur ces fonds, il est nécessaire d’avoir une coque flexible, supportant les chocs comme une balle de caoutchouc.

Dans les pays baignés par des eaux chaudes comme le Vietnam, les pêcheurs doivent entretenir les coques en bois de leur bateau continuellement. Les bois étant vulnérables, la difficulté a été contournée en utilisant un matériau plus léger et plus résistant aux tarets : le bambou.

Secrets de fabrication

On obtient cette forme si particulière avec un livet et de fines membrures de bambou liées intérieurement par des attaches au panier. Le calfatage s’effectue avec une décoction composée de résine pulvérisée, de chaux et de bouse de buffle. Admirablement adaptée pour rester toujours sur les lames, cette embarcation résiste à la mer agitée et aux fortes houles, et sert pour poser ou relever des casiers, ou pêcher. La souplesse et la légèreté constituent ses points forts.

Le bateau panier est fabriqué en deux semaines et peut durer cinq ans. Très largement utilisé, il se rencontre tout au long des côtes du pays: de Cat Bà au Nord jusqu’à Phu Quôc au Sud. Autrefois, pour éviter de payer une taxe sur la possession d’un bateau, les pêcheurs les plus pauvres avaient eu l’idée d’élaborer une embarcation qui ne serait pas considérée comme un bateau. Les thuyên thung étaient nés et devinrent par la suite des icônes culturelles du Vietnam rappelant l’ingéniosité des populations côtières.

Texte : Hervé Fayet/CVN
Photos : Dominique de Miscault/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Voyage en solo, un marché prometteur pour le tourisme Aujourd’hui, voyager seul est un choix très plébiscité par les jeunes. Cependant, afin de mieux répondre aux besoins de ces clients nomades, les voyagistes se doivent d’améliorer leurs services.