20/09/2020 15:06
Bon nombre d’établissements scolaires et universitaires font le choix de la transformation numérique de l’enseignement bien qu’elle présente aussi des inconvénients. Mais, cette solution permet d’assurer la continuité pédagogique, notamment dans le contexte épidémique encore imprévisible.
>>L’enseignement à distance sollicite l’autonomie de l’élève
>>À la télévision ou sur tablettes, l’école au temps du coronavirus
>>COVID-19 : les cours en ligne ont le vent en poupe

Une équipe d’enseignante et technicien d’un lycée à Phu Yên (Centre) réalise un cours de biologie à distance lors de la suspension de l’école en mars en raison du COVID-19. Photo : Pham Cuong/VNA/CVN 

Le COVID-19 favorise l’e-transformation de l’éducation

Phùng Xuân Nha, ministre de l’Éducation et de la Formation


Lors de la période de distanciation sociale au Vietnam en raison du COVID-19 (entre mi-février et avril, ndlr), les écoles ont élaboré des leçons diffusées sur plus de 28 chaînes de télévision du pays pour assurer la continuité de l’enseignement pendant la fermeture des écoles. Actuellement, la pandémie de COVID-19 est maitrisée au Vietnam mais reste encore imprévisible, donc, le ministère de l’Éducation et de la Formation accélère la transformation numérique dans le secteur. L’enseignement en ligne continuera d’être un outil pédagogique utilisé dans les établissements scolaires vietnamiens. Nous avons adopté les mesures nécessaires pour encourager la combinaison des deux types d’écoles : en présentiel et en numérique distanciel. Si auparavant, les cours directs étaient prépondérants, désormais la combinaison de ces deux méthodes sera convenable pour toutes les disciplines et certaines disciplines pourront être enseignées entièrement à distance.

Au niveau universitaire, l’enseignement numérique amène les enseignants à constituer une base riche de méthodes pédagogiques, en particulier grâce aux archives de connaissances partagées à l’échelle mondiale. Concernant les étudiants, les cours en ligne leur permettent de s’approprier des leçons, même depuis l’étranger. La transformation numérique de l’éducation obligera les professeurs à renouveler leurs méthodes mais sera pour eux l’occasion de se connecter et d’échanger avec leurs collègues du monde entier. Avec cette tendance, je prévois que d’ici cinq à sept ans, nous aurons une génération de professeurs qualifiés au niveau international dans ce domaine.

Apprendre à distance, sans enseignant(e) à proximité pour guider, accompagner, c'est nouveau pour les élèves du primaire. 
Photo : Bùi Phuong/CVN 

Développer de nouvelles méthodes pour s’adapter à l’imprévu

Hoàng Xuân Hiêp, recteur de l’Université de l’industrie textile de Hanoï


Le COVID-19 est comme un "catalyseur" obligeant les universités à s’adapter et investir dans les applications de l’enseignement en ligne. Ce n’est pas seulement depuis l’apparition du COVID-19 que nous connaissons les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement. Il y a deux ans, nous avions coopéré avec des développeurs de logiciels pour expérimenter les classes à distance. Fin 2019, nous avons formé les enseignants sur l’utilisation des logiciels d’e-learning pour les cours en ligne. Nous avons des archives des leçons disponibles sur Internet afin que nos étudiants puissent les consulter à tout moment et n’importe où. L’université a choisi un à trois professeurs de chaque faculté pour mettre en œuvre des classes en ligne et investi dans une salle d’e-learning standard, insonorisée, et équipée du matériel nécessaire et de webcams. Les vidéos des leçons réalisées sont ensuite postées sur le site web et la fanpage de l’université.

De nouvelles classes impliquent de nouveaux investissements

Duong Thang Long, vice-recteur de l’Université ouverte de Hanoï


Depuis dix ans, l’université met en œuvre la formation à distance. En particulier, depuis 2015, nous recevons le soutien de plusieurs universités sud-coréennes qui ont formé nos enseignants et techniciens à l’enseignement numérique. Cependant, pour disposer d’un système d’infrastructures capable d’assurer la bonne qualité des cours en ligne, il faut investir un montant financier important. Si l’on recourt à une plateforme technologique ancienne et à faible coût, la mise en œuvre des classes de ce type sera inefficace. Par conséquent, les établissements scolaires et universitaires doivent bien comprendre que pour atteindre de bons résultats dans cette activité, il faut dépenser un coût initial élevé.

Une collégienne hanoienne suit un cours télévisé de littérature sur la chaine HTV de la Télévision de Hanoï lors de la fermeture de l'école en mars 2020.
Photo : Bùi Phuong/CVN 

Comment accompagner les enfants à domicile ?

Thanh Lan, une Hanoïenne mère d’un collégien de 15 ans


Lors de la distanciation sociale, entre mi-février et avril, mon mari et moi avons dû à tour de rôle soutenir et surveiller mon fils dans l’utilisation de l’ordinateur pour l’apprentissage à distance. Sans notre supervisation, il ne parvenait pas à se concentrer. De plus, sans notre aide, j’avais l’impression qu’il ne comprenait pas bien les leçons enseignées. Je crois savoir que le ministère de l’Éducation et de la Formation a l’intention d’inclure la méthode d’enseignement à distance dans le programme officiel. Si c’est à cause de l’épidémie, il faut l’accepter. Mais si cette forme d’étude s’applique en toutes circonstances, je pense que les écoles devront prendre en compte les horaires. Si elles coïncident avec les heures de travail des parents, ce sera un gros inconvénient car personne ne pourra surveiller les enfants, donc, en l’état, je ne vois pas comment l’efficacité des cours serait garantie.

Le contrôle du temps de l’utilisation des ordinateurs est également mon souci. Pour mon fils de 15 ans, je fixe une heure le soir. Et si l’école a des cours en ligne pendant la journée et que nous partons travailler, personne ne peut contrôler le temps qu’il passerait à surfer sur internet et je m’inquiète qu’il puisse tomber sur de mauvais contenus.

Opportunités d’accès aux technologies d’information

Nguyên Minh Thuân, directeur du Lycée d’élite de la province de Lào Cai


L’application des technologies de l’information dans les écoles est importante pour contribuer à la transformation numérique de l’éducation. Au Lycée d’élite de Lào Cai, depuis de nombreuses années, nous intensifions nos investissements dans la mise à niveau de nos matériels informatiques. En particulier, nous nous concentrons sur l’amélioration de la connexion Internet à haut débit au service de l’enseignement à distance en cas de besoin. Lors des périodes de distanciation sociale, les cours en ligne ont montré leur efficacité en garantissant la continuité des classes. Les technologies de l’information ont contribué à améliorer l’enseignement. Enseignants et élèves ont l’occasion d’avoir accès aux technologies numériques et ils les mettent en pratique.

Les vues des sites web sur l’éducation augmentent fortement
 
Selon une enquête de Comscore, une société de mesures multiplateformes d’audiences, de janvier à février 2020, le nombre de visites mensuelles sur des sites internet éducatifs a doublé au niveau mondial. Plus précisément, les sites spécialisés dans l’éducation aux enfants ont vu tripler leur nombre de visites. Parallèlement aux changements dans les habitudes d’enseignement et d’apprentissage, les attentes en matière de modernisation et de numérisation dans l’éducation ont également augmenté chez les parents et les élèves. L’enquête de la société HolonIQ menée en mars 2020 montre que l’utilisation des nouvelles technologies est l’une des stratégies de développement les plus courantes pour les entreprises de l’éducation après le COVID-19.

Linh Thao/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

Tourisme post-COVID-19 : Dà Nang lorgne le marché singapourien Une conférence en ligne présentant l'offre touristique de Dà Nang sur le marché de Singapour a été organisée lundi 19 octobre par le Service du tourisme de Dà Nang et le Bureau commercial du Vietnam à Singapour.