12/06/2020 17:13
La chaîne de télévision japonaise NHK a publié le 11 juin un reportage du journaliste Michishita Wataru, représentant de la NHK au Vietnam, louant les efforts du gouvernement vietnamien pour protéger les populations devant la pandémie de COVID-19.
>>La chaîne de télévision japonaise NHK salue la lutte contre le COVID-19 au Vietnam

Certaines zones du Vietnam ont été bloquées pour empêcher la propagation des infections de nouveau coronavirus. Photo : VNA/CVN

Selon le reportage, début juin, le Vietnam n'avait enregistré qu'environ 330 cas de COVID-19 et sans décès. Ces chiffres sont remarquables pour un pays de près de 100 millions d'habitants et ayant une frontière avec la Chine. Cela résulte d’une action rapide et vigoureuse du gouvernement vietnamien pour stopper la propagation du coronavirus. Cependant, l'impact économique de la pandémie a été plus difficile à atténuer.

Le gouvernement vietnamien a déclaré très tôt qu'il plaçait toujours la santé de la population au premier rang de ses priorités, même acceptait de sacrifier les intérêts économiques à court terme, en mettant en œuvre une série de mesures préventives strictes.

Immédiatement après la confirmation du premier cas dans le pays fin janvier, les autorités ont mis en quarantaine les personnes infectées et toutes les personnes avec lesquelles elles avaient été en contact. Début février, le gouvernement vietnamien a commencé à refuser l'entrée des personnes qui se trouvaient en Chine au cours des 14 derniers jours. En mars, l'épidémie a commencé à se propager, principalement parmi ceux qui étaient revenus de l'étranger. En réponse, le gouvernement a commencé à mettre en quarantaine toutes les personnes entrant dans le pays et a refusé l'entrée à tous les citoyens d'autres nations.

Dans les zones où les foyers d'infections ont été détectés, les autorités ont limité les déplacements des résidents en bouclant la zone. Près d'un million de personnes ont été mises en quarantaine dans tout le pays. Et depuis le début du mois d'avril, le gouvernement a limité les sorties non nécessaires et suspendu les activités des magasins sauf les supermarchés et les pharmacies.

Mesures drastiques

Le gouvernement vietnamien a commencé à assouplir les restrictions dès la mi-avril. Les écoles, les grands magasins et les transports publics ont tous repris leurs activités à Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville. La ligue de football professionnelle a même été autorisée à organiser des matchs avec des spectateurs.

Visites médicales à un patient de COVID-19 à l'Hôpital central des maladies tropicales, à Dông Anh (Hanoï). Photo : Minh Quyêt/VNA/CVN

Selon Hasebe Futoshi, professeur de l'Institut de médecine tropicale de l'Université de Nagasaki au Vietnam, le gouvernement vietnamien a pris des mesures strictes avant l’explosion de l'épidémie et a réussi à contenir les infections communautaires. Il cite la mise en place rapide d'un système de test et des mesures d'isolement approfondies comme principaux facteurs.

Il dit que le système politique du pays joue également un rôle important, car il permet aux autorités d'imposer des restrictions aux personnes avec un certain degré de coercition. Le fait que la plupart des gens observent les règlements était un facteur important, selon lui.

De nombreuses populations au Vietnam ont loué la manière dont le gouvernement a géré la pandémie. Une enquête réalisée par la grande société de recherche britannique YouGov montre que plus de 90% des Vietnamiens affirment que le gouvernement bien faisait face au COVID-19.

Un coup dur à l’économie

Mais le coronavirus a porté un coup dur à l’économie vietnamienne en plein essor. Ces dernières années, le Vietnam a maintenu un taux de croissance annuel élevé du PIB d'environ 7% en attirant activement les investissements et les touristes de Chine, du Japon, de Corée du Sud et d'autres pays. Mais le taux de croissance au premier trimestre de cette année n'était que de 3,8%.

Les principaux piliers de l'économie vietnamienne, notamment l'industrie textile et d’habillement, ont connu une baisse des commandes en provenance des États-Unis et de l'Europe, entraînant une chute des exportations. Et le nombre de touristes étrangers en avril a diminué de 98% en un an en raison du renforcement des contrôles aux frontières. Le gouvernement vietnamien estime que le nombre de chômeurs pourrait atteindre 3,5 millions.

Lors de ses entretiens avec NHK et d'autres médias internationaux, le Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc a déclaré que les mesures sévères mises en œuvre par son gouvernement portaient leurs fruits.

"Nous n'ignorons pas la vie des gens en ne pensant qu'à l'économie", a-t-il dit. "Il s'agit d'un virus très dangereux et aucun vaccin n'a été développé. Des mesures strictes sont importantes. Notre succès pour maîtriser rapidement la pandémie aidera à attirer les investisseurs et les touristes de retour au Vietnam", selon lui.

Le Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc a également promis de soutenir les entreprises en réduisant les taxes et en offrant d'autres privilèges.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Bac Son, la vallée des contemplations À plus de 160 km de Hanoï, Bac Son est une vallée paisible aux paysages magnifiques. Éloignés du tohu-bohu citadin, les visiteurs pourront s’immerger dans la vie quotidienne locale et se recueillir auprès des Tày et Nùng très hospitaliers.