24/11/2018 16:15
La pagode Doi, littéralement "pagode des chauves-souris", située dans la province méridionale de Soc Trang, est sans doute l’un des plus beaux édifices bouddhiques khmers du delta du Mékong. Ce magnifique îlot de calme et de sérénité abrite des milliers de chauves-souris sous ses ombrages séculaires.
>>La musique traditionnelle à la pagode Doi

La pagode Doi dans  la province méridionale de Soc Trang.

Photo : Trong Dat/VNA/CVN

De son vrai nom Seraytecho Mahatup en langue khmère, la pagode vieille de 440 ans est dix fois plus connue sous le nom "pagode des chauves-souris", un nom qu’elle doit aux milliers de ces mammifères volants qui y ont élu domicile.

Ces petits habitants inoffensifs occupent les arbres fruitiers juste derrière le sanctuaire principal. "Personne ne sait exactement pourquoi il y a autant de chauves-souris. On suppose qu’ils sont attirés par les fruits aux alentours dont ils se nourrissent et par le calme de la pagode où ils se reposent tranquillement dans l’ombre", 
dit Hông Thi Thu Châu, qui habite à côté de la pagode.

Cette supposition paraît logique, à part que les chauves-souris ne mangent pas les fruits de la pagode. Le matin, ils s’accrochent sur les branches, vers 18h00, ils partent se nourrir dans d’autres jardins et ne reviennent que vers 05h00 le lendemain matin.

Autre particularité, à en croire les habitants, ces petits animaux ne volent jamais au-dessus de la travée principale de la pagode mais prennent soin de la contourner systématiquement. Pour les bonzes et les habitants, c’est un signe de bon augure qui ne fait que renforcer leur envie de protéger les chauves-souris.


Emblème de l’architecture khmère méridionale

Le nombre de ses petits locataires volants peut atteindre des dizaines de milliers. Les plus gros peuvent peser jusqu’à 1,5 kilo et avoir une envergure d’ailes de 1,5 m. Le calme du lieu ne s’interrompt qu’au crépuscule, moment où les chauves-souris sortent pour chasser. Sinon, une immense sérénité règne partout dans cet espace vert, assure le vénérable Lâm Tú Linh, le gérant adjoint de cette pagode. 

"Construite en 1569, notre pagode a été rénovée plusieurs fois. La plus grande restauration a eu lieu en 1960 et concernait le sanctuaire principal. En 1999, la pagode a été reconnue site historique et culturel national. Gravement endommagé par un incendie en 2008, le sanctuaire principal a repris son allure initiale dès l’année suivante", confie l
e vénérable Lâm Tú Linh

Ce monument bouddhique considéré comme l’emblème de l’architecture khmère méridionale, se distingue par une toiture dorée à deux niveaux et des bas-reliefs en forme de lotus. Naga, le serpent sacré du bouddhisme thérévada, trône aux quatre extrémités de la toiture, soutenue par une rangée de colonnes ornées de la déesse Kemnar à chaque arbalétrier.

À l’entrée du sanctuaire, on croise deux gigantesques statues, l’une en pierre de Shakyamuni assise sur son siège de lotus et l’autre du Bouddha à califourchon sur le serpent sacré Muchalinda. La trentaine de fresques sur les mûrs retracent la vie de Shakyamuni, depuis sa naissance jusqu’à son passage au nirvana. Non loin du sanctuaire se trouvent des tours où sont installées des reliques de bonzes qui ont consacré leur vie à la pagode.

La pagode Doi détient des livres canoniques du Bouddha conservés dans des feuilles de palmier à sucre, un patrimoine religieux inestimable du delta du Mékong.


VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Revivre les jeux de miniatures à Hô Chi Minh-Ville

Intégrer le numérique dans les stratégies touristiques Le Service du tourisme de Hô Chi Minh-Ville, en collaboration avec Google, a organisé le 9 juillet une formation sur les compétences numériques et la promotion du marketing digital pour les gestionnaires d’État chargés du tourisme et les entreprises en activité dans ce domaine.